1. Coin du débutant
    1. Comprendre l'informatique
      1. Introduction
      2. Le matériel
      3. Le logiciel
      4. Les réseaux
      5. Une évolution fulgurante
      6. Histoire de l'informatique
    2. Comprendre ce que vous faites
      1. La numération binaire
      2. La découverte du Mac
      3. Retour au B BA
      4. Configurez votre bureau
      5. Les gestes de base du Mac
      6. Le Finder : redécouverte
      7. Le système de fichiers
      8. Formats et autorisations
      9. Internet
      10. Le mail (courriel)
    3. Débuter avec Lion
      1. Conserver Lion
      2. Installer Lion
      3. Les mystères de la restauration
  2. Choisir une configuration
    1. Bureau ou portable
    2. Supériorité d'Apple
      1. Gamme Apple
        1. l'iMac
        2. le Mac Mini
        3. la loi de Murphy en action
        4. les Mac Book
        5. les Mac Pro
      2. Logiciels Apple
        1. Mac OS X
        2. Le Bureau
        3. Les applications
        4. Les utilitaires
        5. Technologies originales
        6. Suite iLife
        7. Suite iWork
        8. et les jeux ?
        9. XCode
    3. OS X hors Apple
    4. Autre OS sur Apple
  3. Utiliser Internet
    1. Internet

Internet.

Je suppose qu'après le démarrage de votre machine, vous avez configuré votre bureau, fait connaissance avec le Finder et compris l'intérêt et l'organisation du système de fichiers

Nous voilà prêt(e) maintenant pour découvrir les applications, et ce qu'on peut faire avec. En réalité, il existe une telle variété d'applications que nous allons commencer par les choses simples, et les plus importantes. Que serait un ordinateur sans Internet ? Sans doute une machine à écrire un peu sophistiquée, et pas grand chose d'autre.

Internet fait la différence; et vous en avez nécessairement entendu parler. Mais quand on démarre, que faut-il en penser, et que peut-on en faire ? Comme la vie, Internet est la meilleure et la pire des choses. On peut y trouver (presque) tout ce qu'on veut, mais on peut aussi y faire de très mauvaises rencontres. Comme dans la vie, on peut en tirer le meilleur, ou en boire la lie.

Internet, c'est une technologie qui permet de relier en réseau les ordinateurs du monde entier. Rien que cela ! Une chose extra-ordinaire à laquelle on n'aurait jamais osé penser il y a 50 ans ! Conçu pour les militaires américains, Internet repose sur le protocole TCI/IP (Transfer Control Protocol/Internet Protocol), qui envoie sur le réseau les données par petits paquets, et passe par des nœuds de communication qui peuvent changer d'un instant à l'autre sans perturber le fonctionnement du réseau (c'était prévu pour palier la destruction d'un centre de communication ou d'une ville).

Ainsi, votre communication internet avec un serveur aux Etats-Unis peut passer par Tokyo ou Sidney sans que vous en soyez conscient(e), et changer de chemin quelques minutes après, sans que vous l'ayez remarqué. Pour réaliser cette prouesse, tout repose sur des noms de domaine, qui sont relayés par des DNS (Domain Name Servers, serveurs de noms de domaine). Par exemple, pour accéder à MacPuissanceDix, vous avez appelé le nom de domaine correspondant (www.MacPuissanceDix.com), en le faisant précéder du protocole de communication à utiliser (HTTP : HyperTexte Transfer Protocol), qui définit une communication Web (Toile d'araignée mondiale).

Pour communiquer entre eux et se comprendre, deux interlocuteurs doivent (de préférence) parler la même langue, et respecter quelques conventions : on écoute l'autre et on essaie de le comprendre, on ne lui coupe pas la parole sans nécessité, on s'exprime aussi clairement que possible. Il en est de même sur Internet. Il existe un très grand nombre de protocoles de communication différents, chacun adapté à un besoin particulier, et chaque fois que vous communiquez avec Internet, vous devez (explicitement ou non) définir le protocole de communication utilisé.

Pour accéder à Internet, il faut être relié au réseau mondial. Comme pour le gaz ou l'électricité, on fait appel à des prestataires de services, les FAI, Fournisseur d'Accès Internet (en anglais, ISP, Internet Service Providers), qui fournissent un accès aux DNS, et permettent une communication selon les protocoles les plus utilisés.

Les choses se passent le plus souvent selon une architecture client-serveur : au restaurant, vous êtes le client, vous commandez, et le serveur vous apporte les plats, que vous consommez. Sur Internet, vous êtes aussi le client, et vous appelez un serveur susceptible de vous apporter un service. Par exemple, vous avez appelé le serveur de MacPuissanceDix.com pour pouvoir lire cette page. Rien de plus simple ! Mais sur Internet, un serveur est confronté en permanence à des milliers de clients, auxquels il doit répondre instantanément (sinon, ils s'en vont !).

En fait, le client, ce n'est pas vous, mais le logiciel que vous utilisez pour interroger le serveur, et le serveur, ce n'est pas la machine qui répond, mais le logiciel dans cette machine qui assure le service que vous avez demandé. Ainsi, si vous consultez MacPuissanceDix, le client sera sans doute Safari (à moins que vous ayez décidé de changer de butineur), et le serveur est un logiciel qui s'appelle Apache, installé sur une des multiples machines Unix du fournisseur d'accès à Internet qui héberge le site de MacPuissanceDix.

Safari est un client web, un butineur, ou un navigateur. Il travaille essentiellement avec le protocole HTTP, qui est le protocole utilisé pour le web, mais il sait aussi en cas de besoin utiliser d'autres protocoles de communication comme FTP (File Transfer Protocol, ou Protocole de Transfert de Fichiers), ou OCSP (On Line Certificate Status Protocol), pour n'en citer que deux. Quand vous téléchargez un logiciel, vous avez beaucoup de chances d'utiliser FTP, et si vous accédez à un site marchand, assurez-vous avant de donner des références bancaires ou personnelles, que vous êtes en HTTPS (HTTP sécurisé).

Car le problème principal d'internet, c'est que les paquets d'information qui circulent sur le réseau peuvent aller ou passer n'importe où, sans que vous ayez sur eux le moindre contrôle. Ils peuvent aussi être interceptés ou lus par n'importe qui (et il y en a qui ne se gênent pas) ! Si vous voulez faire transiter par Internet une information confidentielle, il vous faut donc la chiffrer pour qu'elle devienne illisible, et communiquer le code de déchiffrement au destinataire. Les codes de chiffrement eux-mêmes ne sont pas sûrs ; des milliers d'ordinateurs travaillant de concert peuvent "craquer" un code en quelques heures quand le jeu en vaut la chandelle.

Heureusement, en tant que particulier, vous êtes peu exposé(e) à ce genre de mésaventure. Mais les entreprises doivent être particulièrement vigilantes à assurer la sécurité de leurs communications, en utilisant par exemple des Réseaux Privés Virtuels (VPN, Virtual Private Network), qui empruntent Internet, mais codent l'information au départ, et la décodent à l'arrivée.

Heureusement encore, beaucoup d'informations qui circulent sur Internet ne sont pas confidentielles ; elles sont au contraire diffusées à l'attention de tout le monde, et c'est ce qui fait la force, et tout l'intérêt d'Internet ! Internet est une vaste bibliothèque en libre accès (quand vous avez payé votre abonnement au FAI), où vous avez des chances de trouver (en cherchant un peu) pratiquement tout ce que vous voulez (et même plus).

Que vous puissiez aussi y trouver des horreurs, ce n'est pas la faute d'internet, mais de ceux qui savent en profiter pour des activités que la morale réprouve, mais que la liberté interdit d'empêcher. A vous de savoir utiliser Internet à bon escient, et d'encadrer vos enfants avant qu'ils aient l'âge de faire la part des choses, pour qu'ils ne puissent pas consulter n'importe quoi.

Ne disons pas de mal d'Internet : il est loin d'être parfait, mais c'est un outil formidable à la disposition de tout le monde, et son succès le démontre ! Espérons seulement qu'il restera en libre accès, et que les choses les plus intéressantes ne seront pas récupérées pour des préoccupations mercantiles qui sont toujours à l'affût. Le scandale de la loi Hadopi n'en est qu'une malheureuse illustration...

Maintenant que vous savez un peu ce qu'est Internet, intéressons-nous à l'une de ses utilisations les plus fréquentes, le World Wide Web (WWW, Toile d'araignée mondiale). Le Web illustre l'utilisation d'un protocole de communication, HTTP, mis au point au début des années 90 par Tim Berners Lee, pour les besoins de ses collègues du CERN. L'idée principale est de permettre l'inclusion dans une information textuelle de liens qui permettent d'aller voir autre part.

Tout repose sur des serveurs HTTP, qui diffusent les informations de noms de domaines. L'accès à un nom de domaine se fait par son URL (Uniform Resource Locator), comme http://www.macpuissancedix.com. HTTP définit le protocole de communication, et www.macpuissancedix.com est le nom de domaine. N'importe qui peut demander à créer un nom de domaine, à condition qu'il n'existe pas encore, et diffuser de l'information par l'intermédiaire des services d'un hébergeur de domaines. La chose est suffisamment bon marché pour que votre "serviteur" puisse se payer ce service sur son budget de loisirs.

Vous pouvez donc créer votre propre domaine facilement. Mais il faut un peu de technicité pour le mettre en place. Apple fournit un outil (iWeb) qui permet assez facilement de créer ses propres pages web ; j'ai pour ma part préféré utiliser une autre solution, plus souple, bien qu'un peu plus compliquée. La facilité avec laquelle je peux créer et modifier les pages de MacPuissanceDix ne peut que me conforter dans le choix opéré. Elle compense très largement quelques défauts mineurs, comme une certaine difficulté à naviguer dans des menus très hiérarchisés.

figure

Fig. 1 : Safari, le navigateur d'Apple.


Pour consulter des pages Web sur Internet, il faut utiliser un "client" Web (une application spécifique, appelée navigateur ou butineur, en anglais browser). Le premier fut Mosaic qui a réellement permis le démarrage d'Internet ; depuis, les butineurs ont beaucoup changé. Apple fournit son navigateur, Safari, qui dans la plupart des cas me suffit. Mais il existe beaucoup d'autres clients web, qui sont aussi gratuits, et qu'on peut télécharger sur Internet (à l'aide de Safari, par exemple) : citons parmi les plus connus Firefox (que j'utilise de préférence pour l'accès à mon abonnement au Monde, parce que la décompression des fichiers s'y passe mieux), Opéra, Chrome, et même Internet Explorer, qui après avoir conquis le marché est en nette régression. Ces navigateurs peuvent être complétés par des greffons (plug-in) qui leur apportent des comportements complémentaires.

En utilisant votre Mac, vous n'êtes donc pas enchaîné à Safari ; vous pouvez choisir (et c'est gratuit !). Cela nous amène au téléchargement d'un fichier : pour le débutant, ce n'est pas évident, parce qu'il existe de multiples façons différentes de procéder, et des petits malins qui cherchent à en profiter pour faire payer des services inutiles. Voyez les "must d'Internet" pour quelques conseils là-dessus. Au début, cela paraît compliqué, puis on s'y fait vite. Le principal, si vous achetez sur Internet, est de bien répertorier les références personnelles que vous avez communiquées, et les numéros de série correspondants aux logiciels achetés, car on ne dispose d'aucun support matériel pour le logiciel téléchargé.

Pour terminer, évoquons le cas de Google et des moteurs de recherche. Il y a des milliards de pages Web sur Internet ; certaines y existent depuis le début du Web, d'autres se créent ou disparaissent tous les jours. Pour avoir une chance de savoir qu'elles existent, il y a des moteurs de recherche, dont le premier fut Archie, qui était réservé au protocole FTP.

Ne confondez pas navigateur et moteur de recherche ! En fait, le moteur de recherche est un site web particulier auquel vous accédez à l'aide de n'importe quel navigateur. Ce site Web est conçu pour vous demander un sujet à rechercher, et il répond immédiatement par une première page de résultats (souvent parmi des milliers !). Le moteur de recherche le plus connu (et le plus utilisé) est incontestablement Google, que des jaloux, comme toujours, s'empressent de dénigrer en le trouvant trop envahissant. Il m'arrive d'utiliser d'autres moteurs de recherche, mais dans la pratique, je m'en tiens le plus souvent à Google, qui généralement, me permet de trouver ce que je cherche.

Si vous n'aviez d'internet qu'une vague idée, vous voilà maintenant un peu mieux renseigné(e). Internet est tout un monde dans le monde, et vous n'en verrez jamais qu'un tout petit morceau. L'essentiel est de savoir tomber sur le morceau qui vous intéresse !