1. Coin du débutant
    1. Comprendre l'informatique
      1. Introduction
      2. Le matériel
      3. Le logiciel
      4. Les réseaux
      5. Une évolution fulgurante
      6. Histoire de l'informatique
    2. Comprendre ce que vous faites
      1. La numération binaire
      2. La découverte du Mac
      3. Retour au B BA
      4. Configurez votre bureau
      5. Les gestes de base du Mac
      6. Le Finder : redécouverte
      7. Le système de fichiers
      8. Formats et autorisations
      9. Internet
      10. Le mail (courriel)
    3. Débuter avec Lion
      1. Conserver Lion
      2. Installer Lion
      3. Les mystères de la restauration
  2. Choisir une configuration
    1. Bureau ou portable
    2. Supériorité d'Apple
      1. Gamme Apple
        1. l'iMac
        2. le Mac Mini
        3. la loi de Murphy en action
        4. les Mac Book
        5. les Mac Pro
      2. Logiciels Apple
        1. Mac OS X
        2. Le Bureau
        3. Les applications
        4. Les utilitaires
        5. Technologies originales
        6. Suite iLife
        7. Suite iWork
        8. et les jeux ?
        9. XCode
    3. OS X hors Apple
    4. Autre OS sur Apple
  3. Utiliser Internet
    1. Internet

Le système de fichiers.

Le Finder nous a fait découvrir le système de fichiers. Le système de fichiers est l'élément de base de votre Mac : puisque ce dernier fonctionne avec des logiciels (système d'exploitation et applications, pour simplifier), tous ces logiciels sont logés dans le système de fichiers. Sur un Mac (comme sur toute machine Unix), c'est encore plus vrai, car toutes les ressources de l'ordinateur, la souris, le clavier, et les communications internet sont eux-même considérés comme des fichiers. En plus par l'intermédiaire de la mémoire virtuelle, le système de fichiers permet de compléter la mémoire de l'ordinateur.

Reportez-vous à la page de MacPuissanceDix déjà consacrée au système de fichiers. Mais pour un débutant, elle est un peu difficile. Je vais donc ici essayer de reprendre les choses à la base.

Un système de fichiers, ce n'est rien d'autre qu'un ensemble de fichiers, mais organisé. Et un fichier, c'est une collection de bytes. Un byte (ou octet), c'est un ensemble de 8 bits. Et un bit, c'est une case élémentaire de mémoire qui peut contenir seulement un zéro ou un un. L'ordinateur fonctionne uniquement avec des zéros et des uns groupés en bytes (8 bits) ou en mots (16 à 64 bits selon le processeur).

Ces bytes, ou ces mots peuvent servir d'instructions que le processeur sait interpréter, ou de données propres à l'utilisateur. Un byte (le plus souvent plusieurs bytes associés) peut donc représenter des choses très différentes : une instruction pour le processeur; un nombre, une lettre, le pixel d'une photo, et bien d'autres choses encore. Le processeur doit savoir à quoi il a affaire pour interpréter toutes ces chose là correctement.

Par exemple, une photo est une collection de pixels (points élémentaires de couleur). Chaque point a trois couleurs de base (RVB : Rouge, vert, bleu) dans une gamme d'intensité codée de 0 à 255. Chaque pixel est donc représenté par 3 bytes (avec 8 bits, on peut coder 28 = 256 valeurs, soit 0 à 255). A ces trois couleurs fondamentales, Apple ajoute un canal alpha, qui définit la transparence du pixel, si bien que le pixel est représenté par 4 bytes (ou 8 si les couleurs sont codées sur 16 bits).

Si la photo fait 512 x 512 pixels, elles contient 262 144 pixels, et peut être codée à l'aide de 786 432 bytes (3 x 512 x 512). Ces bytes vont constituer un fichier sous certaines conditions : il faut connaître l'ordre des couleurs (RVB), et décider que l'image sera définie ligne par ligne, par exemple. Les 786 432 bytes à la queue leu leu pourront alors être interprétés par le processeur, qui reconstituera les couleurs et alignera les pixels, ligne après ligne, sur l'écran pour restituer la photo.

En fait, c'est un peu plus compliqué, car une photo est accompagnée de méta-données (les paramètres de prise de vue, d'autres informations diverses) qu'il faut rajouter aux pixels de la photo, et qui entraînent l'utilisation de formats d'images variés et souvent complexes. Le système de fichier y rajoute aussi ses propres méta-données : nom du fichier, taille, dates de création et de dernière modification, etc...

Voilà ce que c'est qu'un fichier : au départ quelque chose de simple, mais qui se complique d'informations complémentaires qui en facilitent l'utilisation. Et surtout, il existe une multitude de types de fichiers différents, avec leur propre format, leur propre taille (certains énormes, d'autres tout petits), leur emplacement dans le système de fichiers.

Le système de fichiers cherche à mettre de l'ordre dans ce fatras (des centaines de milliers) de fichiers. Il les organise en une arborescence : au départ, le tronc (communément appelé la racine) sur lequel s'organisent des branches maîtresses, puis sur celles-ci des branches plus petites et plus nombreuses, puis des rameaux. Toutes ces branches s'appellent des dossiers, ou des répertoires (directory). A l'extrémité se trouvent les feuilles (les fichiers proprement dits). Souvent, les choses sont plus compliquées : sous Mac OS X, par exemple, les fichiers de format .rtfd sont en réalité des dossiers qui contiennent un fichier texte, et tout un ensemble de fichiers image.

Le système de fichiers est normalement logé sur un disque dur (ou sur un SSD -Solide State Disk- sur des petites machines). L'espace disponible sur un disque peut être partitionné en plusieurs morceaux, et cela rend habituellement le système de fichiers plus robuste (s'il y a des problèmes sur une partition, ils n'affectent pas les autres partitions).

Le Finder vous a fait découvrir le système de fichiers du Mac. Le tronc dispose de quatre branches principales : Applications, Bibliothèque, Système et Utilisateurs.

figure

Fig. 1 : Les branches principales du système de fichiers

• La branche Applications est simple ; elle comprend une branche secondaire Utilitaires. Tout ce qui s'y trouve représente (en principe) des applications. Le Mac est livré avec une gamme intéressante d'applications Apple. Mais vous pouvez y mettre aussi vos propres applications, celles que vous avez achetées ou récupérées gratuitement sur Internet. Certaines, comme Firefox, Adobe Reader ou Open Office sont incontournables parce qu'elles sont gratuites, et qu'elles complètent efficacement la gamme fournie par Apple.

• La branche Bibliothèque contient une énorme quantité de dossiers, certains vides, d'autres fondamentaux pour le système. Vous pouvez la parcourir et l'explorer, mais ne cherchez surtout pas à la modifier, en modifiant ou en supprimant un fichier. De telles opérations sont réservées à des spécialistes, et elles peuvent anéantir votre système ; vous risquez d'être obligé(e) de tout réinstaller.

• La branche Système comprend une autre branche Bibliothèque. Malgré le nom identique, ce ne sont pas les mêmes bibliothèques. Comme pour la branche principale Bibliothèque, vous pouvez l'explorer, mais n'y changez jamais rien !

• La quatrième branche est appelée Utilisateurs. Celle-ci, vous allez pouvoir la modifier à votre guise, elle est faite pour ça. Elle comprend la liste des utilisateurs dont vous avez créé les comptes, plus une branche "Partagé" qui permet aux utilisateurs de se passer des fichiers les uns aux autres. Car sous Unix, l'espace qui vous est réservé dans le système de fichiers est privé. Quand vous êtes logué, vous pouvez le voir, mais vous ne pouvez pas voir les fichiers des autres utilisateurs.

Vous ne pouvez donc pas prendre un de vos fichiers, et aller le déposer chez un autre utilisateur. Il vous faudra le mettre dans le dossier Partagé, et l'autre utilisateur ira récupérer ce fichier dans le dossier Partagé auquel il a aussi accès. Et pour avertir l'utilisateur en question que vous avez déposé pour lui un fichier dans le dossier partagé, envoyez-lui donc un courriel (ou mail) !

Vous pouvez aussi envisager de passer le fichier par l'intermédiaire d'une clé USB, mais l'opération n'est pas garantie ! Car vos fichiers ont votre signature, et si quelqu'un d'autre essaie de les récupérer sans avoir les autorisations d'accès nécessaires, il ne le pourra pas... Nous verrons plus tard comment on peut modifier les autorisations (qui font partie des méta-données) associées aux fichiers.

Votre dossier personnel (avec une icône en forme de maison) vient tout prêt avec un certain nombre de branches :

figure

Fig. 2 : les dossiers de base de l'utilisateur.

• Ne touchez pas à Bibliothèque (c'est la troisième que nous rencontrons) ; comme les précédentes, elle contient des programmes nécessaires au fonctionnement de la machine (et dans ce cas, de votre propre compte) qu'il est préférable de ne pas perturber.

• Le dossier Bureau contient tout ce que vous avez mis sur le bureau (rien, si vous avez suivi mes conseils !). Il est aussi accessible directement dans la rubrique Emplacements de la barre latérale du Finder. Ne mettez sur le bureau que des fichiers en transit, que vous utilisez pour le travail que vous êtes en train de faire, mais ne gardez jamais rien sur le bureau (le système de fichiers est là pour cela).

• Le dossier Documents est en principe l'endroit où vous pourrez mettre tous les documents que vous créez et que vous utilisez. Dans ce dossier, organisez une arborescence à votre convenance ; par exemple, vous pouvez y créer un dossier pour contenir des figures (Figs) un autre pour contenir des documents (Docs), un pour un projet sur lequel vous travaillez, un pour conserver des news auxquelles vous êtes abonné(e), ou vos courriels (Mails), etc... Pratiquement, tous vos documents textuels doivent (en principe) entrer dans le dossier "Documents" .

• Pour les média, Apple a réservé trois dossiers : Images (pour les photos), Musique, et Vidéos. iPhoto range sa photothèque dans le dossier Images (à moins que vous n'en décidiez autrement), et iTunes range sa bibliothèque (y compris les vidéos) dans Musique. Le dossier vidéo peut être utilisé pour y mettre des films ou des séquences vidéo et sert aussi en principe pour des séquences iMovie.

• Une telle organisation est potentiellement dangereuse : les média peuvent grossir très vite et en venir à saturer l'espace disque. Et quand le disque est saturé, Unix (donc Mac OS X) ne sait plus quoi faire et cafouille. C'est une des raisons pour lesquelles je conseille de revoir complètement l'organisation du disque, mais pour le moment, nous n'en sommes pas là ; nous avons décidé, pour commencer, de travailler à la sauce Apple !

• Le dossier Public correspond dans votre propre espace de travail au dossier Partagé que nous avons déjà vu. Il contient une boîte de dépôt où d'autres utilisateurs pourront vous passer des documents.

• Le dossier Sites contient l'ébauche d'un site Web ; à vrai dire, la première page (index.html), pour le cas où vous auriez envie de continuer.

• Et pour terminer, le dossier Téléchargements est là pour accueillir (temporairement) les téléchargements que vous lancez sur Internet. Un autre dossier peut être spécifié à l'aide des Préférences de Safari (voir figure 3) : cliquez sur le menu pop-up Téléchargements, et choisissez un autre emplacement. Vous allez découvrir en même temps ce qu'est un menu pop-up : ouvrez Safari, et choisissez <Safari<Préférences ; explorez les menus pop-up de la fenêtre de la figure 3.

figure

Fig. 3 : Préférences Générales de Safari.

En ouvrant Safari vous avez fait appel à une des applications qui vous servira le plus souvent : le butineur ou navigateur, qui permet d'accéder à Internet. Mais cela est une autre histoire que nous verrons ultérieurement.