1. Mode Graphique
    1. 1- Principes fondamentaux
      1. Processus de conception
      2. Caractéristiques d'un grand logiciel
        1. Haute performance
        2. Facilité d'utilisation
        3. Aspect attractif
        4. Fiabilité
        5. Adaptabilité
        6. Interoperabilité
        7. Mobilité
      3. Principes de conception
        1. Principes (1)
        2. Principes (2)
        3. Principes (3)
      4. Pensez aux utilisateurs
        1. Compatibilité internationale
        2. Accessibilité aux handicapés
        3. Etendre l'interface
      5. Priorités
    2. 2- L'expérience du Mac
      1. L'environnement
        1. L'environnement (1)
        2. L'environnement (2)
      2. Les technologies
        1. Les technologies (1)
        2. Les technologies (2)
        3. Les technologies (3)
        4. Les technologies (4)
      3. Installation et mises à jour
        1. Packaging, installation
        2. Les assistants
    3. 3- L'interface Aqua
      1. Entrées utilisateur
        1. La souris
        2. le clavier
          1. Fonction des touches
          2. Raccourcis-clavier
          3. Navigation au clavier
        3. Sélection
        4. Edition de texte
      2. Glisser-déposer
        1. Glisser-Déposer (1)
        2. Glisser-Déposer (2)
      3. Le texte
        1. Les fontes
        2. Le style
      4. Les icônes
        1. Genres et familles d'icônes
        2. Création des icônes
        3. Icônes des barres d'outils
        4. Images propres au système
      5. Les pointeurs
      6. Les menus
        1. Comportement des menus
        2. Conception des menus
        3. La barre de menus
          1. Les menus (1)
          2. Les menus (2)
          3. Les menus (3)
        4. Menus contextuels et du Dock
      7. Les fenêtres
        1. Type et apparence
        2. Eléments
          1. Barre de titre
          2. Barre d'outils
          3. Barre de recherche
          4. Barre latérale
          5. Barre inférieure
          6. Les Tiroirs
        3. Comportement des fenêtres
          1. Comportement (1)
          2. Comportement (2)
          3. Superposition
          4. Défilement
        4. Les panneaux
          1. Les panneaux
          2. Panneaux transparents
          3. Autres panneaux
      8. Les dialogues
        1. Types de dialogues
        2. Aspect et comportement
      9. Fenêtres de dialogues
        1. Recherche, Préférences, Ouverture
        2. Enregistrement
        3. Choix, Impression
      10. Les contrôles
        1. Contrôles du cadre
          1. Contrôles en capsule
          2. Contrôles hérités
        2. Les boutons
          1. Boutons poussoirs
          2. Boutons en icônes
          3. Boutons de recherche
          4. Boutons de gradient, et d'aide
          5. Boutons à champfrein
          6. Boutons ronds
        3. Contrôles de sélection
          1. Boutons radio
          2. Cases à cocher
          3. Contrôles segmentés
          4. Boutons et menus pop-Up
          5. Menus Action
          6. Boîtes de combinaison
          7. Contrôles de chemin
          8. Puits, sélection de date
          9. Menus pop-down
          10. Glissières
          11. Contrôles pas-à-pas et placards
        4. Indicateurs
          1. Indicateurs de progression
          2. De niveau, de capacité
          3. D'estimation, de pertinence
        5. Contrôles de texte
          1. Champs d'entrée
          2. Champs à jeton
          3. Champs de recherche
          4. Listes de défilement
        6. Contrôles de visualisation
          1. Triangles d'affichage
          2. Boutons d'affichage
          3. Vues en liste
          4. Vues en colonnes
          5. Vues éclatées
          6. Vues à onglets
        7. Contrôles de groupage
          1. Séparateurs
          2. Boîtes de groupage
        8. Règles de disposition
          1. Dans le corps de la fenêtre
            1. Fenêtre de préférences
            2. Fenêtre à onglets
            3. Alerte, Dialogue
          2. Contrôles réduits et mini
            1. Contrôles réduits
            2. Mini contrôles
          3. Groupement des contrôles
          4. Positionnement dans la barre inférieure
      11. Glossaire
        1. Entrées en anglais
          1. 1- A à C
          2. 2- D à H
          3. 3- I à R
          4. 4- S à Z
        2. Entrées en français
          1. 1- A à C
          2. 2- C à G
          3. 3- I à P
          4. 4- P à Z
        3. `
    4. 4- Les leçons de Lion
      1. L'environnement de Mac OS X
      2. Principes fondamentaux
      3. L'expérience utilisateur
        1. Règles de conduite (1)
        2. Règles de conduite (2)
        3. Règles de conduite (3)
        4. Règles de conduite (4)
        5. Règles de conduite (5)
        6. Règles de conduite (6)
      4. Les technologies d'Apple
        1. Les technologies (1)
      5. -->
  2. Mode Commande

Les dialogues : types et utilisation




Ce que dit Apple :

Un dialogue est une fenêtre conçue pour obtenir une réponse de la part de l'utilisateur. Beaucoup de dialogues (celui d'impression, par exemple) permettent de fournir beaucoup de réponses en même temps.

Une alerte est un dialogue qui jaillit quand le système, ou une application ont besoin de communiquer une information à l'utilisateur. Les alertes fournissent des messages sur les conditions d'erreurs, et avertissent les utilisateurs de situations ou d'actions potentiellement dangereuses.

Pour la façon d'utiliser le clavier dans les dialogue, voyez la navigation au clavier.

Pour la façon de concevoir et de disposer les dialogues, voyez les exemples de positionnement.

Les applications Mac OS X peuvent utiliser ces trois types de dialogues :

Dialogues non modaux : un dialogue non modal permet aux utilisateurs de modifier les réglages dans un dialogue, tout en interagissant avec la fenêtre du document ; la fenêtre de recherche, dans de nombreux traitements de texte, est un exemple de dialogue non modal. La plupart des dialogues non modaux ne comprennent que le bouton de fermeture dans la barre de titre, parce que les utilisateurs interviellent brièvement avec un dialogue non modal, puis le ferment ; ils n'ont pas besoin de zoomer ou de minimiser.

Dialogue de document modal : un dialogue de document modal empêche l'utilisateur de faire toute autre chose à l'intérieur du document en question. L'utilisateur peut passer à d'autres documents dans l'application, ou à d'autres applications. Les dialogues de document modal sont des feuilles.

Dialogue d'application modale : c'est un dialogue qui empêche l'utilisateur de faire toute autre chose au sein de l'application, bien qu'il puisse passer à d'autres applications. La plupart des dialogues d'applications modales n'ont pas de contrôles (fermeture, zoom, minimisation) dans la barre de titre ; l'utilisateur sort du dialogue en pressant un bouton poussoir comme OK ou Annuler. Les dialogues d'applications modale qui apparaissent quand l'utilisateur choisit une commande (comme le dialogue Open) doivent afficher un titre qui correspond à la commande.

Une alerte peut être celle d'un document modal ou d'une application modale.
• Si une condition d'erreur, ou une notification s'applique sur un seul document, l'alerte doit être de document modal (autrement dit, une feuille). Voyez la figure 1 comme exemple.
• Si l'alerte s'applique à l'application dans son ensemble ou à plus d'un document, ou à une fenêtre qui appartient à l'application, l'alerte doit être d'application modale. Les alertes Sauver les modifications fig14_59 et voir les modifications fig14_60 sont des alertes d'applications modales.


1- Les feuilles (dialogues de document modal) :

Une feuille est un dialogue modal attaché un document ou à une fenêtre, qui permet à l'utilisateur de ne pas perdre la trace de la fenêtre à laquelle le dialogue s'applique. Comme la feuille est attachée à la fenêtre dont elle surgit, elle ne peut pas avoir un titre propre. Voyez la figure 1.

figure

Fig. 1 : une alerte "Sauver les modifications" ; exemple d'utilisation d'une feuille pour afficher un dialogue de document modal.

La possibilité de conserver un dialogue attaché à sa fenêtre aide les utilisateurs à tirer parti du modèle de superposition des fenêtres de Mac OS X. Les feuilles permettent aussi aux utilisateurs d'exécuter des tâches avant de faire disparaître de dialogue, sans que le système soit usurpé par l'application.

Disposez les feuilles comme vous le feriez de n'importe quel autre dialogue de Mac OS X.

Le comportement des feuilles

Les feuilles sont affichées sous la forme d'une animation qui semble surgir de sous la barre de titre. Quand la feuille s'ouvre dans une fenêtre qui est près du bord de l'écran, comme la feuille est plus large que la fenêtre à laquelle elle est attachée, elle écarte la fenêtre du bord. Quand la feuille est fermée, la fenêtre reprend sa place.

Une seule feuille peut être ouverte sur une fenêtre à un moment donné. La feuille empêche toute autre opération sur la fenêtre jusqu'à ce qu'elle soit fermée. Si, quand l'utilisateur répond à une feuille, une autre feuille doit s'ouvrir pour le même document, la première feuille se ferme avant que la seconde ne s'ouvre.

Une feuille sur un document actif doit recouvrir (se mettre au-dessus) tout panneau actif (si c'est nécessaire). Mais si l'utilisateur laisse la feuille ouverte, et clique sur un autre document dans la même application, la fenêtre inactive, et sa feuille doivent passer derrière tous les panneaux ouverts.

Si une application autorise de multiples fenêtres dans le même document (pour que l'utilisateur puisse voir simultanément plusieurs parties du document), une feuille n'est pas appropriée. Dans ce cas, utilisez un dialogue modal, pour montrer clairement que les modifications dans une fenêtre affectent les autres fenêtres de l'application.

Si une application affiche de multiples documents dans la même fenêtre à différents moments (comme un navigateur avec des onglets), une feuille est appropriée, même si elle ne s'applique qu'à un seul document dans la vue. Parce que, dans le cas d'une seule fenêtre, l'utilisateur ne peut pas déplacer la vue et sa feuille à côté, pour s'en occuper après, en choisissant de voir un autre document. En fait, l'utilisateur ferme le contenu de la vue quand il choisit de voir un autre document. L'utilisateur doit donc fermer la feuille de la vue courante avant de sélectionner un autre document.

Quand utiliser des feuilles

Utilisez des feuilles pour des dialogues propres à un document quand l'utilisateur interagit avec le dialogue, et le ferme avant de continuer. Voici quelques exemples :
• Un dialogue modal, pour une activité propre à un document, comme Enregistrer ou Imprimer.
• Un dialogue modal spécifique à une application d'une seule fenêtre, qui ne crée pas de documents. Par exemple, un programme utilitaire sur une seule fenêtre, peut utiliser une feuille pour demander l'acceptation de l'agrément de licence à l'utilisateur.
• D'autres dialogues propres à une fenêtre, qui sont normalement fermés par l'utilisateur avant qu'il continue. Utilisez une feuille quand un dialogue profite d'être attaché à une fenêtre comme dialogue modal, même si vous devriez autrement concevoir le dialogue comme dialogue non modal.

Quand ne pas les utiliser

Ne pas utiliser les feuilles dans les situations suivantes :
• Pour les dialogues qui s'appliquent à plusieurs fenêtres. L'utilisation d'une feuille s'applique à un dialogue associé à une seule fenêtre.
• Pour les opérations non modales dans lesquelles le dialogue peut être laissé ouvert, pour permettre à l'utilisateur d'observer l'effet de changements. Des tâches de ce genre (opérations de recherche et de remplacement par exemple) sont mieux assorties à des dialogues non modaux, à des panneaux ou à des tiroirs.
• Dans une fenêtre qui n'a pas de barre de titre. Les feuilles doivent sortir de sous une barre de titre.
• Quand l'utilisateur a besoin d'une information dans la fenêtre essentielle pour remplir une requête dans le dialogue.


2- Les alertes :

les alertes affichent des messages pour informer les utilisateurs de situations particulières ou potentiellement dangereuses. les alertes sont des dialogues modaux. Pour une alerte qui s'applique à un document, ou aux applications à une seule fenêtre, affichez l'alerte comme une feuille.

figure

Fig. 2 : les principaux éléments d'une alerte standard.

Les éléments d'un alerte

Une alerte doit contenir les éléments suivants :

Le texte du message d'alerte : ce texte en en gras et fournit un résumé simple et court de l'erreur, ou de la condition qui a déclenché l'alerte; Ce doit être une phrase complète ; souvent elle est présentée comme une question. Voir le paragraphe suivant.

• Le texte d'information : ce texte est dans la fonte système réduite, et fournit une description plus complète de la situation, de ses conséquences, et la manière de s'en sortir. Par exemple, un avertissement qu'une action ne peut pas être défaite et une utilisation convenable du texte d'information.
Important : Ne négligez pas le texte informatif. Ce que vous imaginez comme un message d'alerte intuitif peut être beaucoup plus intuitif pour vos utilisateurs; utilisez le texte d'information pour reformuler et étendre le texte du message d'alerte.

Les boutons pour gérer l'alerte. Le nom des boutons doit correspondre à l'action que l'utilisateur accomplit quand il presse le bouton, par exemple, Effacer, Enregistrer, ou Supprimer; Le bouton le plus à droite dans le dialogue, le bouton d'action, est celui qui confirme le texte du message d'alerte. Le bouton d'action est normalement (mais pas toujours) le bouton par défaut. (Notez que dans les méthodes Cocoa, le bouton de droite est est toujours considéré comme le bouton par défaut, même s'il ne le devrait pas). Voir sortie du dialogue.

L'icône de l'application : du fait du modèle de superposition des fenêtres de Mac OS X, une icône est indispensable pour informer l'utilisateur de l'application qui affiche l'alerte.

Dans de rares cas, vous pouvez afficher une icône de mise en garde complétée par l'icône de l'application comme dans la figure 3. Une alerte étiquetée n'est satisfaisante que si l'utilisateur accomplit une tâche, comme l'installation d'un logiciel, et qu'un effet secondaire possible serait une destruction non vouleu de données. N'utilisez pas l'icône de mise en garde quand il s'agit seulement de ré-écrire ou de supprimer des données , comme dans avec Enregistrer ou Vider la corbeille ; une utilisation trop fréquent de l'icône de mise en garde dilue sa signification.

figure

Fig. 3 : Alerte personnalisée montrant une icône de sauvegarde estampillée avec l'icône de l'application.

Rédiger de bons messages d'alerte

Un bon message d'alerte indique clairement ce qui a provoqué l'alerte et ce que l'utilisateur doit faire. Utilisez le vocabulaire de l'utilisateur. figure



Ce message pourrait être amélioré en décrivant le problème dans le vocabulaire de l'utilisateur. figure







Le message amélioré figure


Pour rendre l'alerte plus utile, proposez une suggestion sur ce que l'utilisateur doit faire dans la situation où il se trouve. Même si l'alerte sert de notification, et qu'aucune action supplémentaire n'est nécessaire, fournissez autant d'information qu'il en faut pour décrire la situation.


Mes commentaires :

Les feuilles sont affectées de la semi-transparence. Rien ne le justifie, bien que cela ne rentre pas en contradiction avec les règles d'utilisation des panneaux transparents définies par Apple. Puisque la feuille est attachée au document, je ne vois pas la nécessité de polluer le message avec la semi-transparence.