1. Les outils
    1. Editeurs
      1. Travaux pratiques (1)
      2. Editeurs préférés
      3. Travaux Pratiques (2)
      4. Mes modèles
      5. Jedit-X pour Lion
  2. Courriel et nouvelles
    1. Gestion des nouvelles
    2. ....
      1. ....
      2. ....
      3. ....
      4. ....
      5. ....
  3. Base d'informations
    1. Partition Travail
    2. Infos perso
      1. Ma Compta...
      2. ....
      3. ....
      4. ....
      5. ....
    3. Infos diverses
      1. ....
      2. ....
      3. ....
      4. ....
      5. ....
    4. ....
  4. Mes photos
    1. ....
    2. ....
      1. ....
      2. ....
      3. ....
      4. ....
      5. ....
  5. Mes chansons
    1. ....
    2. ....
      1. ....
      2. ....
      3. ....
      4. ....
      5. ....
  6. Mes vidéos
    1. ....
    2. ....
      1. ....
      2. ....
      3. ....
      4. ....
      5. ....

Mes modèles




Autant que possible, je conserve la plus grande partie des informations que je veux garder dans des fichiers texte, sous TE ou TEP. Et pour éviter de réinventer la roue à chaque fois que je crée un de ces fichiers, j'ai mis au point des modèles, qui servent de point de départ. J'ai déjà évoqué un modèle à propos de ma comptabilité. Je range mes modèles dans /Volumes/Travail/perso/phil/models/...

Comment créer un modèle

Le modèle est (presque) le même sous TE ou TEP, mais il faut les créer séparément.

Sous TEP, ouvrez un nouveau fichier, et essayez de le remplir comme le montre la figure suivante :

fichier TEP

mon modèle sous TEP

Les lignes rouges sont des lignes de séparation. A chaque fois que j'ai une information intéressante sur le sujet auquel est consacré le fichier, je recopie cette information entre deux lignes rouges, en commençant par le bas, si bien que les informations les plus récentes se présentent toujours les premières. Quand il ne reste plus que trois ou quatre lignes rouges successives disponibles en haut, je les sélectionne toutes ensemble, j'en fais une copie, et je colle (au besoin plusieurs fois) à la suite d'une de ces lignes rouges. Je maintiens de cette façon un stock de lignes rouges en début de fichier.

Faire la première insertion dans le fichier suppose de placer le curseur à la fin de l'avant-dernière ligne de séparation, à envoyer un CR, et à copier l'information à conserver. Pour moi, la première ligne de cette information, la plus importante, est l'URL à laquelle j'ai trouvé cette information (et où je pourrai peut-être la retrouver). Normalement, les URL sont affichés en bleu de façon standard. Si vous collez l'URL contenue dans le presse-papier après le CR qui vous a permis de faire de la place entre deux lignes rouges, l'URL sera en rouge, parce que l'enrichissement de la ligne a été conservé.

Pour éviter cela, en créant votre fichier model, passez en rouge (Maj-Ctrl-Cmd-C sous TEP), créez une première ligne de séparation avec des caractères <><> ; après le dernier > en rouge, passez en bleu (Ctrl-Cmd-C sous TEP), et tapez successivement trois ou quatre blancs ; vous ne voyez pas les blancs en bleu, mais le curseur s'éloigne du dernier caractère >. Quand vous insérez le curseur sur ces blancs (en bleu), et tapez CR, vous conservez l'enrichissement bleu, si bien que l'URL que vous collez sera affiché en bleu. Simple, mais pas évident !

ligne

après la ligne de <>, passez en bleu et tapez quelque blancs

Quand vous avez créé cette première ligne de séparation, recopiez-la avec le CR qu'elle continent (pour cela, placez le curseur au début de la ligne suivante, et remontez sur la ligne que vous venez de taper pour la sélectionner). Copiez, mettez le curseur sur la ligne suivante, et collez plusieurs fois. Vous devez obtenir le résultat de la première figure.

Forcer l'éjection

Sélectionnez la ligne entière, et recopiez-la plusieurs fois...

Dans mon modèle TEP, j'ai introduit deux lignes mnémotechniques supplémentaires en début de fichier : le première représente un URL de figure. Il est plus facile et plus rapide de sélectionner cet URL, de le copier et de le coller quand on en a besoin (en modifiant le numéro de figure), que de tout réécrire (avec la concentration que cela suppose). La ligne suivante, je vous l'expliquerai une autre fois.

Forcer l'éjection

des moyens mnémotechniques en début de fichier

Epluchons un peu l'URL, pour comprendre : 999 figures ( fz999 à fz001 ) pourront êtres logées dans le dossier Fz, lui même contenu dans le dossier Figs de la partition Travail. Quand le dossier Fz sera plein, je créerai un dossier Fy, et ainsi de suite. Je dispose de cette façon de 26 000 figures possibles. Bon an, mal an, je crée environ 1000 figures par an (ou un peu plus), si bien que je suis tranquille pour un certain temps... Je pense que si vous adoptez cette méthode, cela vous suffira aussi. Si ce n'était pas le cas, vous pouvez loger 9999 figures (au lieu de 999) dans Fz.

Le fait de numéroter les figures en remontant vers zéro permet de voir dans le Finder les dernières figures créées, sans utiliser l'ascenseur.

Introduisons maintenant une information utile dans un fichier de ce genre. Dans un dossier consacré à Snow Léopard, je vais créer un fichier "installation" capable de me renseigner sur les différents modes d'installation possibles, et sur les problèmes qu'on peut rencontrer. Le plus important pour moi, est la page de macpuisssancedix consacrée à ce sujet ; il suffit d'en garder l'URL, en espérant longue vie à MacPuissanceDix... ou de conserver l'intégralité de la page. La capacité actuelle des disques durs est suffisante pour qu'on se permette ce genre de folie.

Installation

mon fichier Installation de Snow Léopard

Je peux y mettre simplement l'URL et le titre de l'article ou de la page, de façon à pouvoir les retrouver rapidement sur internet... s'ils ne disparaissent pas. Je peux aussi y recopier la totalité d'un article que je juge fondamental, de peur qu'il ne disparaisse. J'harmonise la présentation en sélectionnant tout, et en définissant une seule police (arial, 12), et j'harmonise la présentation des titres en les mettant en noir et en gras.

Sous TEP, il suffit de faire un Cmd-click sur les URL pour en obtenir le contenu.

Sauver le modèle avant d'y mettre quoi que ce soit

La première chose à faire en ouvrant model... est de le sauver (vide) sous le nom du fichier que vous voulez créer, à sa place dans le système de fichier. Si vous ne vous habituez pas à cette discipline, il vous arrivera tôt ou tard (et généralement très tôt), de sauver sans avoir changé le nom, donc d'écraser votre modèle !

Je répète : dès que vous ouvrez un modèle, donnez au fichier un autre nom, et sauvez immédiatement, avant d'avoir mis quoi que ce soit dedans. Après seulement, vous pouvez vous consacrer à remplir votre fichier avec les informations qui vous intéressent.

Pour me prémunir contre cette mauvaise manipulation (malgré mes exhortations, elle m'est arrivée maintes fois !), dans votre dossier /Volumes/Travail/perso/phil/models/..., sauvez votre modèle sous deux noms différents : model.tep, et _model.tep. S'il vous arrive d'écraser un fichier, vous pourrez recopier l'un sur l'autre.

Même chose pour le modèle TE

Vous pouvez créer le modèle Text Edit sur le même modèle, en jouant sur les couleurs à l'aide des outils fournis par Apple (Maj-Cmd-C) au lieu des raccourcis clavier utilisés avec TEP. La seconde ligne mnémotechnique est rigoureusement inutile pour le modèle TE. Sauvegardez en rtf. Si le document que vous allez créer avec comporte de figures, TE exigera une sauvegarde en rtfd.

Placez vos modèles à portée de main

Vos modèles sont maintenant dans le dossier /Volumes/Travail/perso/phil/models/... Il peut être ennuyeux de naviguer jusque là dans le Finder à chaque fois que vous en avez besoin. Attrapez les deux modèles, et déposez-les de part et d'autre des outils de présentation dans la barre d'outils du Finder (TEP à gauche, TE à droite).

Forcer l'éjection

Mettez vos modèles dans la barre d'outils du Finder.

C'est tout pour aujourd'hui. Nous aurons par la suite maintes occasions d'utiliser nos modèles.