1. Particularités
    1. Un système Unix BSD
    2. Un noyau Mach
    3. Interface graphique
      1. Le moteur graphique
      2. Aqua
    4. Apple, mode d'emploi
  2. Installation
    1. Les mauvais choix d'Apple
    2. Mes vœux pour 2011...
    3. Préliminaires
      1. Stratégies de mots de passe
      2. Stratégies de disques
      3. Partitionner un disque externe
      4. Cloner Macintosh HD
      5. Partitionner le disque interne
    4. Versions du système
      1. 10.0 : Cheeta
      2. 10.1 : Puma
      3. 10.2 : Jaguar
      4. 10.3 : Panther
      5. 10.4 : Tiger
      6. 10.5 : Léopard
      7. 10.6 : Snow Léopard
        1. Mon installation
        2. Premières impressions
        3. Un Dock sinistre
        4. Cafouillages
      8. 10.7 : Lion
        1. Premières réactions (1)
        2. Premières réactions (2)
        3. Réinstallation de Lion
        4. Nouvelles réactions sur Lion (3)
        5. XCode 4
        6. Les mensonges de Lion
        7. Les pièges de Lion
        8. Débuter avec Lion
        9. Conserver Lion
        10. Installer Lion
        11. Les mystères de la restauration
    5. Installer le système
      1. Faire une nouvelle installation
        1. Réinstaller SnowLéopard
        2. Réinstaller Leopard
        3. Réinstaller Tiger
        4. Cloner le système
        5. L'assistant migration
      2. Personnaliser
        1. Compléments d'Apple
        2. Les must d'Internet
        3. Configurer Media
        4. Créez les comptes utilisateurs
        5. Ré-installez vos données
  3. Eléments de Mac OS X
    1. Le bureau
      1. Ouverture d'une session
      2. Pas de fond d'écran
      3. Rien sur le bureau
      4. Bien disposer le Dock
      5. La fenêtre du Mac
      6. Le menu du Mac
      7. Le clavier du Mac
      8. Les raccourcis clavier
      9. Les services
      10. Capture d'écran
      11. Spaces
    2. Le Finder
      1. Système de fichiers
      2. Les permissions
      3. ZFS c'est fini...
      4. ZFS sans Apple
        1. Retour sur les systèmes de fichiers
        2. Les insuffisances de HFS+
        3. Les atouts de ZFS
        4. macZFS
          1. Devenez root
          2. Préparez le travail
          3. Installez maczfs
      5. Les présentations
      6. Réglages du Finder
      7. Les problèmes du Finder
      8. Le Finder Spatial
      9. Un autre Finder ?
      10. Spotlight
      11. URLs de fichiers
    3. Les outils
      1. Gestion des couleurs
      2. Gestion du texte
      3. Les dictionnaires
      4. Exposé
      5. Dashboard
      6. Configuration audio
      7. La console
      8. Le terminal
      9. Trousseau d'accès
      10. Utilitaire de disques
  4. Les applications
    1. Aperçu
      1. Mode graphique
        1. La barre d'outils
        2. Les sélections
        3. Réglages de couleurs
        4. Pot pourri graphique
      2. Mode PDF
        1. Copier/coller
        2. Les annotations
        3. Pot pourri PDF
    2. Mail
  5. Sauvegardez...
    1. Formes de sauvegarde
    2. Que sauvegarder ?
    3. Outils de sauvegarde
      1. Time Machine
      2. CCC
      3. SuperDuper
    4. Le système
    5. Les données utilisateurs
    6. La médiathèque

SuperDuper




SuperDuper (SD) est un classique de la sauvegarde sur Mac. Des lecteurs de MacPuissanceDix m'ont reproché d'avoir trop longtemps laissé cette page vide, alors, j'ai fini par réagir. C'est que j'ai mis longtemps à me décider avant de faire des infidélités à CCC. Pour l'essentiel, l'utilitaire de Bombich me suffisait, et je n'ai jamais eu de surprise avec. Il est programmé pour sauvegarder tous les jours à heure fixe mes deux partitions principales (Travail et Media) sur un autre disque que celui où elles résident normalement et les choses se passent bien. Secondairement, CCC me permet aussi de faire des copies démarrables de mes partitions système, et je n'ai personnellement jamais eu de problème de démarrage avec ces copies. Alors, pourquoi changer ?

La principale raison est que SuperDuper est réputé plus sûr que CCC. CCC repose sur le moteur de sauvegarde d'Apple appelé Ditto, qu'il m'arrive d'utiliser tel quel. Le principal inconvénient de Ditto (donc de CCC) est (entre autres choses) qu'il ignore les attributs étendus de HFS+. Je n'ai pas l'habitude de référencer les fichiers de ma base d'information à l'aide des Commentaires Spotlight de la fenêtre d'information des fichiers (qui créent des attributs étendus), donc cela ne m'a pas gêné jusqu'à présent. Mais, avec la remise à plat de ma base d'informations, il est temps de corriger les choses, et c'est pourquoi j'ai décidé de migrer vers SD.

Si vous ne peinez pas trop avec l'Anglais, reportez-vous à ces deux importants articles déjà anciens (2006) sur la sauvegarde pour Mac OS X. Ne négligez pas les archives qui leur sont associées. La conclusion est sans appel : seul SD est "hautement recommandé" ; certains logiciels de sauvegarde commerciaux bien connus (Retrospect) doivent même "être évités à tout prix".

Pour une sélection plus étendue des logiciels de sauvegarde, voyez ici ; comme vous le verrez, ce n'est pas le choix qui manque. Mais pourquoi chercher ailleurs ce que vous avez facilement sous la main pour un prix raisonnable (gratuit pour la version de base, 20,6 € HT pour une version qui permet de programmer les sauvegardes) ? Sachez quand même que SD ne sait pas tout faire : il ne peut pas sauvegarder sur le volume de démarrage (c'est normal), ni sauvegarder sur des CDs ou DVDs (pour cela, j'utilise Toast), et il ne connait que le système de fichiers HFS+. Par contre, il peut aussi faire une défragmentation de base (si vous êtes plus exigeant(e), utilisez iDefrag ). Enfin, pour beaucoup d'entre vous, SD a l'inconvénient d'être uniquement en anglais. Ce n'est pas gênant pour des manipulations élémentaires, mais cela peut le devenir pour aller au delà.

figure

SD permet de choisir le disque à copier et le disque de destination

Comme CCC, SD présente une fenêtre de démarrage qui permet de choisir le disque source et le disque de destination. L'étape suivante (après OK) permet de programmer (Schedule) les sauvegardes.

figure

Les choix grisés sont actifs (cliquer dessus pour inverser).

SD vous permet alors de confirmer vos choix (Copy Now)

figure

Vous savez clairement ce qui va se passer.

figure

et vous pouvez encore renoncer...

Puis la copie commence. Il faut de la patience (comme avec CCC), mais une barre de progression indique où vous en êtes. Cela dépend beaucoup de la configuration ; pour moi, 45 Go ont été sauvegardées en 15 minutes et demies.

figure

Ayez la patience d'attendre que ce soit fini...

SD propose à l'aide de menus pop-up de nombreuses options de configuration de la sauvegarde. Elles sont prises en compte par des scripts propres à SD ou par des scripts shell. Pour chacune, une description précise de ce qui va se passer est fournie.

figure

Pour chaque option, une description précise est fournie.

figure

Les choix avancés permettent de copier les ACLs

figure

SD distingue tous les fichiers et ceux de l'utilisateur et prend en compte le bac à sable

figure

Les options de copie de SD

figure

Ce que peut faire SD quand il a terminé son travail...

Ces quelques exemples n'ont pas pour but de remplacer l'aide de SD (malheureusement en anglais), mais elles vous montrent la variété des solutions possibles, dans un logiciel qui demeure facile à maîtriser. Alors, faites comme moi : si vous n'avez pas encore opté pour SD, faites au moins un essai.