1. Particularités
    1. Un système Unix BSD
    2. Un noyau Mach
    3. Interface graphique
      1. Le moteur graphique
      2. Aqua
    4. Apple, mode d'emploi
  2. Installation
    1. Les mauvais choix d'Apple
    2. Mes vœux pour 2011...
    3. Préliminaires
      1. Stratégies de mots de passe
      2. Stratégies de disques
      3. Partitionner un disque externe
      4. Cloner Macintosh HD
      5. Partitionner le disque interne
    4. Versions du système
      1. 10.0 : Cheeta
      2. 10.1 : Puma
      3. 10.2 : Jaguar
      4. 10.3 : Panther
      5. 10.4 : Tiger
      6. 10.5 : Léopard
      7. 10.6 : Snow Léopard
        1. Mon installation
        2. Premières impressions
        3. Un Dock sinistre
        4. Cafouillages
      8. 10.7 : Lion
        1. Premières réactions (1)
        2. Premières réactions (2)
        3. Réinstallation de Lion
        4. Nouvelles réactions sur Lion (3)
        5. XCode 4
        6. Les mensonges de Lion
        7. Les pièges de Lion
        8. Débuter avec Lion
        9. Conserver Lion
        10. Installer Lion
        11. Les mystères de la restauration
    5. Installer le système
      1. Faire une nouvelle installation
        1. Réinstaller SnowLéopard
        2. Réinstaller Leopard
        3. Réinstaller Tiger
        4. Cloner le système
        5. L'assistant migration
      2. Personnaliser
        1. Compléments d'Apple
        2. Les must d'Internet
        3. Configurer Media
        4. Créez les comptes utilisateurs
        5. Ré-installez vos données
  3. Eléments de Mac OS X
    1. Le bureau
      1. Ouverture d'une session
      2. Pas de fond d'écran
      3. Rien sur le bureau
      4. Bien disposer le Dock
      5. La fenêtre du Mac
      6. Le menu du Mac
      7. Le clavier du Mac
      8. Les raccourcis clavier
      9. Les services
      10. Capture d'écran
      11. Spaces
    2. Le Finder
      1. Système de fichiers
      2. Les permissions
      3. ZFS c'est fini...
      4. ZFS sans Apple
        1. Retour sur les systèmes de fichiers
        2. Les insuffisances de HFS+
        3. Les atouts de ZFS
        4. macZFS
          1. Devenez root
          2. Préparez le travail
          3. Installez maczfs
      5. Les présentations
      6. Réglages du Finder
      7. Les problèmes du Finder
      8. Le Finder Spatial
      9. Un autre Finder ?
      10. Spotlight
      11. URLs de fichiers
    3. Les outils
      1. Gestion des couleurs
      2. Gestion du texte
      3. Les dictionnaires
      4. Exposé
      5. Dashboard
      6. Configuration audio
      7. La console
      8. Le terminal
      9. Trousseau d'accès
      10. Utilitaire de disques
  4. Les applications
    1. Aperçu
      1. Mode graphique
        1. La barre d'outils
        2. Les sélections
        3. Réglages de couleurs
        4. Pot pourri graphique
      2. Mode PDF
        1. Copier/coller
        2. Les annotations
        3. Pot pourri PDF
    2. Mail
  5. Sauvegardez...
    1. Formes de sauvegarde
    2. Que sauvegarder ?
    3. Outils de sauvegarde
      1. Time Machine
      2. CCC
      3. SuperDuper
    4. Le système
    5. Les données utilisateurs
    6. La médiathèque

ZFS, C'est fini...

La nouvelle est tombée le samedi 24 Octobre 2009 : Apple a décidé d'abandonner ZFS, avec lequel elle avait flirté dès la sortie de Léopard. La question est à considérer sous plusieurs angles :

HFS + au bout du rouleau

Le fait d'avoir évalué ZFS et de l'avoir proposé sur son serveur est déjà un aveu, de la part d'Apple, que HFS+ ne donne plus entièrement satisfaction. Le contraire serait étonnant : introduit en janvier 1998, HFS + était déjà un bricolage destiné à rajeunir les système de fichiers HFS de Mac OS Classique, introduit en septembre 1985 en remplacement de MFS, quand Apple avait décidé de joindre un disque dur au Macintosh.

Depuis, la taille courante des disques durs est passée de 5 Mo à 2 To (400 000 mille fois plus) ; sous HFS+, la taille des fichiers est limitée à 8 EiB, ce qui est encore largement suffisant pour les besoins actuels, mais le nombre total des fichiers peut sembler un peu limité à l'ère du 64 bits : 232, soit 4,3 milliards. Sous Mac OS X, les ressources, qui étaient une des caractéristiques de MFS et de HFS ont été abandonnées, remplacées par des paquetages (bundles), mais la définition des types de fichiers n'a pas été résolue : Apple a bien défini des UTIs pour Tiger, mais les extensions demeurent monnaie courante.

Le système de fichiers HFS+ a aussi su s'adapter aux ACLs, et accepter des méta-données grâce aux attributs étendus. Apple a été assez habile pour permettre tous ces enrichissements sans modifier le système de fichiers, et sans exiger un nouveau formatage des volumes. Mais ces pirouettes entraînent des difficultés accrues de gestion, et de nouvelles améliorations risquaient sans doute de faire effondrer ce château de cartes.

ZFS était un bon candidat

C'est le PDG de Sun, Jonathan Schwartz, qui avait annoncé en juin 2007 l'intérêt d'Apple pour ZFS. Presque trois ans de pourparlers pour aboutir à un échec.

ZFS avait pourtant soulevé de grands espoirs :
• C'est un système sans limites ; du fait qu'il utilise 128 bits, il est tout à fait impossible de le saturer ; on a calculé que l'énergie qui serait nécessaire pour cela suffirait à mettre en ébullition les océans du globe !
• C'est un système mutualisé : il regroupe dans un espace virtuel (zpool) l'ensemble des disques et partitions disponibles sur le système. Il s'adapte à des disques hétérogènes, et à des modifications de la configuration des disques. Il dispose de systèmes de quota pour en limiter l'usage. Le striping dynamique (usage de plusieurs disques en parallèle) permet d'optimiser les opérations de lecture/écriture.
• Il utilise un modèle transactionnel Copy On Write (COW) qui permet un accès simultané à un même fichier ; un bloc de données n'est jamais réécrit au même endroit, et les pointeurs sur ces blocs contiennent une somme de contrôle de 256 bits qui est vérifiée à chaque écriture
• La technique COW permet de conserver des clichés (snapshots, des copies de versions anciennes) et des clones (des systèmes de fichiers qui partagent un même ensemble de blocs). Cela permet de prendre en considération des modifications au niveau du bloc, qui auraient été bien utilisés pour Time Machine.
• Des blocs de taille variable permettent une meilleure adaptation aux flux de données. Le système de fichiers est plus facile à gérer, et à modifier.

En Juin 2008, Apple avait annoncé que ZFS serait incorporé au serveur de Léopard des neiges. Une page ZFS était apparue à cette occasion sur le site d'Apple, et je regrette de n'en avoir pas conservé une copie. A la sortie de Léopard des neiges en Août 2009, il n'était plus question de ZFS, et John Siracusa en a exprimé son dépit.

Maintenant, la page est tournée, alors, que va-t-il se passer ?

Apple au travail ?

L'abandon de ZFS m'est d'abord apparu comme un bon signe : au bout de trois ans de tergiversations, la décision d'Apple avait incontestablement été prise de mettre en place son propre système de fichiers ; on ne pouvait que s'en réjouir. Nul doute que la chose était sur les rails, et que la prochaine WWDC pourrait bien en faire état... Le nouveau système de fichiers d'Apple serait sans doute une des caractéristiques phare de Mac OS X 10.7.

Mais pour le savoir, il va nous falloir attendre la sortie de Lion (été 2011). Et maintenant, je suis loin d'être aussi optimiste ! J'ai bien peur qu'Apple ait décidé de sacrifier Mac OS X sur l'autel des iBidules. Ce serait à mon humble avis une grossière erreur : Mac OS X a besoin d'un système de fichiers moderne et robuste, qui ne peut pas être satisfait par celui d'iOS. Et Apple continue à vendre des Macs, du moins pour le moment.

L'écriture d'un nouveau système de fichiers n'est pas une chose facile, bien que Apple ait depuis longtemps préparé le terrain. Elle a engagé dès 2002 le créateur du système de fichiers BeFS. Elle a par la suite recruté des spécialistes des systèmes de fichiers. Et les ingénieurs d'Apple chargés du système savent ce dont ils ont besoin. Je suis enclin à leur faire plus confiance qu'à ceux qui nous ont gratifiés d'une interface utilisateur caméléon, et d'applications inutilement compliquées.

Alors, croisons les doigts, et soyons patients... Le système d'exploitation le plus évolué (the most advanced operating system) est peut-être sur les rails, mais rien n'est moins sûr !