1. Particularités
    1. Un système Unix BSD
    2. Un noyau Mach
    3. Interface graphique
      1. Le moteur graphique
      2. Aqua
    4. Apple, mode d'emploi
  2. Installation
    1. Les mauvais choix d'Apple
    2. Mes vœux pour 2011...
    3. Préliminaires
      1. Stratégies de mots de passe
      2. Stratégies de disques
      3. Partitionner un disque externe
      4. Cloner Macintosh HD
      5. Partitionner le disque interne
    4. Versions du système
      1. 10.0 : Cheeta
      2. 10.1 : Puma
      3. 10.2 : Jaguar
      4. 10.3 : Panther
      5. 10.4 : Tiger
      6. 10.5 : Léopard
      7. 10.6 : Snow Léopard
        1. Mon installation
        2. Premières impressions
        3. Un Dock sinistre
        4. Cafouillages
      8. 10.7 : Lion
        1. Premières réactions (1)
        2. Premières réactions (2)
        3. Réinstallation de Lion
        4. Nouvelles réactions sur Lion (3)
        5. XCode 4
        6. Les mensonges de Lion
        7. Les pièges de Lion
        8. Débuter avec Lion
        9. Conserver Lion
        10. Installer Lion
        11. Les mystères de la restauration
    5. Installer le système
      1. Faire une nouvelle installation
        1. Réinstaller SnowLéopard
        2. Réinstaller Leopard
        3. Réinstaller Tiger
        4. Cloner le système
        5. L'assistant migration
      2. Personnaliser
        1. Compléments d'Apple
        2. Les must d'Internet
        3. Configurer Media
        4. Créez les comptes utilisateurs
        5. Ré-installez vos données
  3. Eléments de Mac OS X
    1. Le bureau
      1. Ouverture d'une session
      2. Pas de fond d'écran
      3. Rien sur le bureau
      4. Bien disposer le Dock
      5. La fenêtre du Mac
      6. Le menu du Mac
      7. Le clavier du Mac
      8. Les raccourcis clavier
      9. Les services
      10. Capture d'écran
      11. Spaces
    2. Le Finder
      1. Système de fichiers
      2. Les permissions
      3. ZFS c'est fini...
      4. ZFS sans Apple
        1. Retour sur les systèmes de fichiers
        2. Les insuffisances de HFS+
        3. Les atouts de ZFS
        4. macZFS
          1. Devenez root
          2. Préparez le travail
          3. Installez maczfs
      5. Les présentations
      6. Réglages du Finder
      7. Les problèmes du Finder
      8. Le Finder Spatial
      9. Un autre Finder ?
      10. Spotlight
      11. URLs de fichiers
    3. Les outils
      1. Gestion des couleurs
      2. Gestion du texte
      3. Les dictionnaires
      4. Exposé
      5. Dashboard
      6. Configuration audio
      7. La console
      8. Le terminal
      9. Trousseau d'accès
      10. Utilitaire de disques
  4. Les applications
    1. Aperçu
      1. Mode graphique
        1. La barre d'outils
        2. Les sélections
        3. Réglages de couleurs
        4. Pot pourri graphique
      2. Mode PDF
        1. Copier/coller
        2. Les annotations
        3. Pot pourri PDF
    2. Mail
  5. Sauvegardez...
    1. Formes de sauvegarde
    2. Que sauvegarder ?
    3. Outils de sauvegarde
      1. Time Machine
      2. CCC
      3. SuperDuper
    4. Le système
    5. Les données utilisateurs
    6. La médiathèque

Les insuffisances de HFS+

Soyons juste : HFS+, qui a été créé avec Mac OS 8.1, et qui a maintenant 14 ans, a remarquablement résisté au temps. Pour la plupart des utilisateurs de Macs, il ne pose pas de problèmes particuliers, au point qu'ils l'ignorent le plus souvent.

Pourtant, sur des configurations un peu étoffées, avec plusieurs disques installés, HFS+ révèle maintenant de plus en plus ses insuffisances :

• La plus gênante est un temps de latence parfois important (pouvant aller jusqu'à une trentaine de secondes, selon mon expérience) lors de l'ouverture de fichiers (ou de dossiers). Au delà de quelques secondes, il est accompagné de l'affichage de la roulette multicolore qui indique une saturation de la boucle principale d'événements. Il n'intervient heureusement pas à chaque ouverture de fichier, mais surgit inopinément, d'une façon qui semble aléatoire, sans être associé à la taille du fichier à ouvrir. Le plus souvent, l'ouverture d'un fichier est pratiquement instantanée, mais mystérieusement un fichier (ou un dossier) ou un autre tarde à s'ouvrir, et se fait longuement attendre ; et ce n'est pas lié à une application particulière.

• Le second défaut est une tendance à la corruption des permissions de certains fichiers, d'une façon qui semble aussi aléatoire. Au point qu'Apple a cru nécessaire d'inclure dans son utilitaire de disque une option "Vérifier le disque" et une autre "Réparer le disque" en cas de problème. L'existence de ces options est un aveu d'impuissance devant des problèmes récurrents qui ne devraient pas exister.

• Le troisième gros défaut est une absence complète de sécurité des données : leur intégrité n'est aucunement garantie, et les risques de corruption des données augmentent avec la taille des systèmes de fichiers, qui est passée en dix ans de l'ordre du Go à celui du To ; mille fois plus de risques !

John Siracusa a dressé un constat accablant de ce qui ne va pas avec HFS+. Le système a été conçu quand les plus gros disques durs avaient une capacité de quelques Go. Maintenant, un disque peut stocker à lui seul 4 To ! HFS+ gère les données 16 bits à la fois, avec des processeurs qui peuvent manipuler jusqu'à 256 bits ; il a conservé la forme big-endian des mots du Motorola 68000, alors que les processeurs Intel sont en little-endian ; la résolution du temps se mesure seulement en secondes ; la taille des blocs est fixe à 4 Ko, etc...


Pourtant, HFS + a été capable, au cours de ces 14 ans, d'accommoder des améliorations indéniables :

• La journalisation, introduite avec Jaguar, qui inscrit les modifications apportées au système de fichiers dans un journal avant de les appliquer. En cas d'arrêt inopiné d'alimentation pendant une opération sur les fichiers, un système sain peut ainsi être reconstitué.

• La recherche des fichiers a plusieurs fois été retouchée : commencée sous Jaguar avec un champ de recherche intégré à chaque fenêtre, poursuivie sous Panther avec un moteur de recherche intégré, perfectionnée avec l'introduction de Spotlight sous Tiger.

• Les méta-données de fichiers ont été introduites dans Tiger avec des attributs en ligne. Cela permet de disposer d'attributs étendus arbitrairement extensibles.

• Pour faire bonne mesure Apple a aussi introduit dans Tiger les Listes de contrôle d'accès (ACLs) qui permettent d'affiner les permissions d'accès d'Unix.

• Et pour compléter le tout (et faciliter le fonctionnement de Spotlight), les FSEvents ont été introduits sous Léopard ; ils permettent à toute application de connaître des modifications intervenues dans le système de fichiers.

• La sécurité des fichiers est abordée avec l'introduction de Time Machine dans Léopard, mais c'est un système complexe, qui souffre des insuffisances du système de fichiers (lors d'une modification de fichier, celui-ci doit être intégralement réécrit). Time Machine est bien adapté à des petits systèmes de fichiers, mais devient un cauchemar quand le nombre de volumes augmente.

• Léopard, c'est aussi le moment où Apple se penche sur ZFS : elle introduit la lecture de fichiers ZFS dans Mac OS X et le support complet dans son serveur, pour en abandonner le projet presque immédiatement.

• Et finalement, je ne sais pas trop que penser de la sauvegarde permanente des fichiers de Lion ! Ne pas devoir se préoccuper d'enregistrer son fichier régulièrement est incontestablement un progrès, mais à quel prix ces prouesses sont-elles obtenues avec un système de fichiers qui n'a pas évolué ? Voici l'expérience d'un lecteur qui a comparé Snow Léopard et Lion :

J'ai installé, en clientèle, à 4 reprises, et sur des paires de machines rigoureusement identiques, Snow Leopard sur l'une et Lion sur l'autre: et j'ai chronométré dans une vingtaine de tâches "courantes" les performances de ces operating systems : résultats sans appel, SL est 10 à 20 % plus rapide, dans pratiquement tout !

• Et puis, est-il vraiment indispensable, dans une pratique courante, de revenir à tous les états antérieurs d'un fichier ? Time Machine (avec ses défauts) permettait déjà de le faire en partie, et cela suffisait bien ; Lion introduit des complications handicapantes qui semblent bien superflues... C'est encore une illustration de la dérive de bon sens des ingénieurs d'Apple qui pensent généralement plus aux prouesses qu'ils peuvent accomplir qu'aux besoins réels et au confort des utilisateurs.


HFS+, malgré ses améliorations, est donc un système de fichiers au bout du rouleau, incapable de répondre aux besoins d'un système d'exploitation moderne avec de gros volumes de données. Il peut à la rigueur suffire à de petites configurations, comme un portable, qui représentent il est vrai plus de la moitié des ventes de Macs d'Apple. Mais il y a dans la gamme Apple des machines qui n'y retrouvent plus leur compte.

L'abandon de ZFS semble avoir été un pari délibéré, qui s'est matérialisé avec la sortie de Lion : miser sur iOS et les iBidules, et abandonner Mac OS X à son triste sort, pour qu'il disparaisse à petit feu. Les ventes de Macs augmentent lentement, mais ne représentent globalement que 6 % du marché des PCs, et rien n'est fait pour que la situation s'améliore. Ce ne sont pas les 250 nouveautés de Lion qui y changeront quelque chose. Les utilisateurs de Mac veulent quelque chose de robuste, sur lequel ils puissent compter, pas nécessairement des gadgets qui finissent par se révéler compliqués et inutiles, quand ils ne sont pas (comme Launchpad) d'une laideur accablante.