1. Particularités
    1. Un système Unix BSD
    2. Un noyau Mach
    3. Interface graphique
      1. Le moteur graphique
      2. Aqua
    4. Apple, mode d'emploi
  2. Installation
    1. Les mauvais choix d'Apple
    2. Mes vœux pour 2011...
    3. Préliminaires
      1. Stratégies de mots de passe
      2. Stratégies de disques
      3. Partitionner un disque externe
      4. Cloner Macintosh HD
      5. Partitionner le disque interne
    4. Versions du système
      1. 10.0 : Cheeta
      2. 10.1 : Puma
      3. 10.2 : Jaguar
      4. 10.3 : Panther
      5. 10.4 : Tiger
      6. 10.5 : Léopard
      7. 10.6 : Snow Léopard
        1. Mon installation
        2. Premières impressions
        3. Un Dock sinistre
        4. Cafouillages
      8. 10.7 : Lion
        1. Premières réactions (1)
        2. Premières réactions (2)
        3. Réinstallation de Lion
        4. Nouvelles réactions sur Lion (3)
        5. XCode 4
        6. Les mensonges de Lion
        7. Les pièges de Lion
        8. Débuter avec Lion
        9. Conserver Lion
        10. Installer Lion
        11. Les mystères de la restauration
    5. Installer le système
      1. Faire une nouvelle installation
        1. Réinstaller SnowLéopard
        2. Réinstaller Leopard
        3. Réinstaller Tiger
        4. Cloner le système
        5. L'assistant migration
      2. Personnaliser
        1. Compléments d'Apple
        2. Les must d'Internet
        3. Configurer Media
        4. Créez les comptes utilisateurs
        5. Ré-installez vos données
  3. Eléments de Mac OS X
    1. Le bureau
      1. Ouverture d'une session
      2. Pas de fond d'écran
      3. Rien sur le bureau
      4. Bien disposer le Dock
      5. La fenêtre du Mac
      6. Le menu du Mac
      7. Le clavier du Mac
      8. Les raccourcis clavier
      9. Les services
      10. Capture d'écran
      11. Spaces
    2. Le Finder
      1. Système de fichiers
      2. Les permissions
      3. ZFS c'est fini...
      4. ZFS sans Apple
        1. Retour sur les systèmes de fichiers
        2. Les insuffisances de HFS+
        3. Les atouts de ZFS
        4. macZFS
          1. Devenez root
          2. Préparez le travail
          3. Installez maczfs
      5. Les présentations
      6. Réglages du Finder
      7. Les problèmes du Finder
      8. Le Finder Spatial
      9. Un autre Finder ?
      10. Spotlight
      11. URLs de fichiers
    3. Les outils
      1. Gestion des couleurs
      2. Gestion du texte
      3. Les dictionnaires
      4. Exposé
      5. Dashboard
      6. Configuration audio
      7. La console
      8. Le terminal
      9. Trousseau d'accès
      10. Utilitaire de disques
  4. Les applications
    1. Aperçu
      1. Mode graphique
        1. La barre d'outils
        2. Les sélections
        3. Réglages de couleurs
        4. Pot pourri graphique
      2. Mode PDF
        1. Copier/coller
        2. Les annotations
        3. Pot pourri PDF
    2. Mail
  5. Sauvegardez...
    1. Formes de sauvegarde
    2. Que sauvegarder ?
    3. Outils de sauvegarde
      1. Time Machine
      2. CCC
      3. SuperDuper
    4. Le système
    5. Les données utilisateurs
    6. La médiathèque

Le Bureau



Résumé : L'informatique actuelle utilise le paradigme du bureau pour désigner l'écran de votre ordinateur, et les outils qui lui sont associés (souris, clavier, système de fichiers)

L'interface utilisateur graphique, utilisée sur pratiquement tous les ordinateurs de nos jours, représente une analogie (en termes savants on parle de paradigme) pour définir l'écran de l'ordinateur ; on l'assimile à la surface d'un bureau. Quand vous êtes à votre bureau, vous avez une surface de travail, sur laquelle vous disposez vos outils (le crayon, la gomme), le papier ou le cahier sur lequel vous écrivez, et les dossiers ou les livres que vous avez besoin de consulter. L'état de votre bureau donne une petite idée de vos méthodes de travail, et de votre degré d'organisation : certains bureaux sont bien rangés, d'une rigueur presque monacale ; d'autres accumulent pendant des mois (ou des années) des piles de bouquins ou de dossiers inutilisées, qui recueillent la poussière, réduisent l'espace de travail à la portion congrue, et seraient sans doute mieux dans des rayonnages.

Il en va de même avec un ordinateur : l'écran que vous avez devant vous peut être assimilé à la table de votre bureau ; vous disposez d'une souris pour désigner, attraper, déplacer, ouvrir des documents ; et vous avez un clavier, assimilable à un crayon, pour écrire. Votre bureau d'ordinateur est même plus sophistiqué que votre bureau classique : il peut enregistrer et reproduire de la parole ou de la musique, la Webcam peut vous prendre en photo au travail ou en conversation, et vous pouvez utiliser une partie de l'écran pour visualiser des séquences vidéo comme avec votre télévision.

L'analogie peut être poussée plus loin : sur votre bureau classique, vous avez un téléphone, pour entrer en relation avec l'extérieur, et vous gérez votre courrier postal. Sur votre ordinateur, vous disposez d'Internet, qui vous donne accès non seulement au téléphone, mais aussi à la visioconférence et à la messagerie instantanée, au courrier électronique, et au Web, la toile d'araignée mondiale. Incontestablement, l'ordinateur est beaucoup plus efficace pour ces activités, que les outils traditionnels.

On peut aussi assimiler le système de fichiers de votre ordinateur aux rayonnages de votre bibliothèque : vous y mettez ce qui vous intéresse, et ce dont vous avez besoin pour votre travail, et vous essayez de les ranger d'une façon logique pour les retrouver plus facilement. Mais il vous arrive d'égarer un document et de ne pas pouvoir remettre la main dessus ! Comment pourrez-vous faire avec un ordinateur, qui peut stocker infiniment plus de choses, pour éviter ce genre de mésaventure ?


Le paradigme du bureau, inventé au PARC, et d'abord disponible de façon confidentielle sur l'Alto est une technologie devenue indispensable sur toutes les plateformes informatiques, mais Apple a été la première société à la vulgariser, d'abord sur le Lisa, puis sur le Macintosh. Internet inventé par l'armée américaine sous le nom d'Arpanet est aussi resté longtemps confidentiel, seulement utilisé par quelques universités, jusqu'à ce que Tim Berners-Lee développe sur un NeXT, les rudiments de ce qui va devenir le Web. Steve Jobs a su vulgariser très tôt et de façon magistrale des technologies qui pointaient le bout du nez. Il l'a aussi fait (avec un peu de retard, mais beaucoup de succès) avec les baladeurs et les smartphones. Mais c'est Douglas Engelbart et Alan Kay qui ont été les pionniers de ces technologies, et Ted Nelson le visionnaire du Web.