1. Bienvenue
    1. Pourquoi MacPuissanceDix
    2. Comment butiner ?
    3. Conventions d'écriture
    4. Construction du site
    5. hebdo_retro
      1. hebdo 2009
      2. hebdo 2010_S1
      3. hebdo 2010_S2
      4. hebdo 2011_S1
      5. hebdo 2011_S2
      6. hebdo 2012_S1
      7. hebdo 2012_S2
      8. hebdo 2013_S2
  2. A propos d'Apple
    1. 2012 : le bilan d'Apple
    2. Où va Apple
    3. Hommage à Steve Jobs
    4. Où en est Apple ?
    5. Mes vœux pour 2011
    6. La gamme des Macs
  3. Partager l'expérience
    1. Les premiers pas
    2. Télédétection sur micro-ordinateur
    3. L'informatique Pour Tous
    4. Le tournant de l'informatique
  4. De Qui ?
    1. Conseils aux séniors
    2. Conseils aux débutants
    3. Conseils aux basculeurs

Les pièges de Lion.

J'ai voulu profiter cette semaine du bouquet de logiciels (Bundle) proposé par MacLegion. Si vous êtes intéressés, vous pouvez encore saisir l'occasion. Les bouquets de logiciels sont une opportunité d'enrichir sa collection d'applications à un prix intéressant (juqu'à 90 % de remise). Certains logiciels proposés font parfois double emploi avec ce dont vous disposez déjà, mais c'est aussi une façon de mettre à jour d'anciennes versions, à un prix souvent inférieur à celui de la mise à jour. Avant de se décider, il est prudent d'évaluer soigneusement l'intérêt de l'opération.

Le téléchargement d'un bouquet de logiciels pose des problèmes différents de celui de l'App Store.

• Sur l'App Store, la difficulté est d'abord de choisir le bon logiciel parmi les milliers qui sont disponibles. Quand le choix est fait, l'opération est très simple : il suffit de cliquer sur le prix indiqué pour obtenir (en vert) l'invitation à l'acheter (pour un débutant, ce n'est pas évident, d'autant moins qu'on a tendance à utiliser le bouton pop up qui jouxte le prix, et qu'il faut au contraire cliquer sur le prix pour obtenir "Acheter l'app"). Sous Lion, le téléchargement se fait automatiquement dans une fenêtre de Launchpad (vous pouvez utiliser ESC pour revenir à votre bureau). Apple enregistre votre achat, et vous proposera automatiquement les mises à jour quand elles seront disponibles. Sur l'AppStore, le prix de l'application est remplacé par la mention "Installé". Rien à faire d'autre, et notamment, pas de numéros de série à gérer. Les logiciels achetés sont automatiquement inscrits dans votre dossier Applications.

figure

Fig. 1 : Cliquer sur le prix (et non sur le bouton pop up) pour avoir une chance d'acheter l'App.

• Un logiciel qui ne vient pas de l'AppStore, est généralement accompagné d'un numéro de série qu'il faut conserver soigneusement pour le rendre fonctionnel à l'aide d'une opération d'enregistrement. Il faut aussi conserver le fichier .dmg téléchargé pour pouvoir le réinstaller ultérieurement. Quand il s'agit d'un bouquet de logiciels, l'opération doit être répétée pour le nombre de logiciels contenus dans le bouquet. Normalement, je crée un dossier pour chaque bouquet, dans lequel figure le fichier .dmg de l'ensemble des applications, et les fichiers de chaque application après ouverture du fichier .dmg. Cela sert de copie de sécurité, et les applications sont aussi copiées dans le dossier Applications.

Pour que l'opération soit sécurisée, il est indispensable que le volume où est créé le dossier du bouquet soit différent du volume du système, sinon les applications sont simplement déplacées, et il n'y a plus de copie de sécurité. Il faut aussi conserver dans le dossier du bouquet un ficher texte (Text Edit) où sera reportée la liste des applications du bouquet, et pour chacune, une courte description, et son numéro de série (il suffit souvent de recopier le courriel de réception de commande qui contient toutes les informations nécessaires pour procéder à l'enregistrement des applications).

En procédant ainsi pour le bouquet de MacLegion, j'ai encore eu l'occasion de pester contre la suppression dans Lion de l'item de menu "Enregistrer sous..." qui pour Apple, fonctionnait sans doute trop bien. Pour enregistrer le fichier Text Edit qui vient d'être créé (avec le nom Sans titre) dans un autre dossier (le dossier "120823_MacLegion") que le dossier courant, il faut déclencher la fermeture du fichier pour sauver ce dernier au bon endroit.

figure

Fig. 2 : il faut déclencher la fermeture du fichier pour avoir l'opportunité de l'enregistrer puisque "enregistrer sous..." n'existe plus

On a longtemps prétendu que la supériorité de Mac OS X était d'abord sa facilité d'utilisation, et son caractère intuitif : mais nous venons de voir ci-dessus deux exemples flagrants qui démentent ce fait :

• Dans le Mac App Store, il faut cliquer sur le prix d'un application pour avoir la possibilité de l'acheter. Quand on le sait, pas de problème, on le fait sans y penser. Mais quand on ne le sait pas, la procédure ne s'impose pas d'elle-même. Il doit y avoir bien des gens qui restent longtemps coincés sur le bouton pop up, sans savoir comment s'y prendre.

• Quant à la nécessité de fermer un fichier qu'on vient de créer (en utilisant le bouton rouge de fermeture à gauche de la barre de titre) pour avoir une chance de l'enregistrer sous un autre nom et dans un autre dossier que le dossier courant, cela défie l'entendement.

Dans le cas du bouquet de MacLegion, trois logiciels sont livrés à l'origine sans leur numéro de série ; il faut récupérer ce dernier séparément ; on l'obtient sous la forme d'un fichier plist dont il convient de sauvegarder aussi le contenu dans le fichier AppList. L'un de ces fichiers, affublé d'un suffixe .pdfnl se présente avec une icône de fichier de commande, et n'est pas lisible directement. Il faut passer par la fenêtre d'information pour imposer Text Edit comme application capable de l'ouvrir pour pouvoir en récupérer le contenu. Pas évident pour le commun des mortels.

Voilà pourquoi les dernières versions de OS X représentent une dégradation considérable des facilités d'utilisation de l'OS. Et ces trois exemples ne sont malheureusement pas isolés.