1. Bienvenue
    1. Pourquoi MacPuissanceDix
    2. Comment butiner ?
    3. Conventions d'écriture
    4. Construction du site
    5. hebdo_retro
      1. hebdo 2009
      2. hebdo 2010_S1
      3. hebdo 2010_S2
      4. hebdo 2011_S1
      5. hebdo 2011_S2
      6. hebdo 2012_S1
      7. hebdo 2012_S2
      8. hebdo 2013_S2
  2. A propos d'Apple
    1. 2012 : le bilan d'Apple
    2. Où va Apple
    3. Hommage à Steve Jobs
    4. Où en est Apple ?
    5. Mes vœux pour 2011
    6. La gamme des Macs
  3. Partager l'expérience
    1. Les premiers pas
    2. Télédétection sur micro-ordinateur
    3. L'informatique Pour Tous
    4. Le tournant de l'informatique
  4. De Qui ?
    1. Conseils aux séniors
    2. Conseils aux débutants
    3. Conseils aux basculeurs

Télédétection sur micro-ordinateur



Résumé : Une première tentative pour vulgariser la télédétection spatiale et les images du satellite SPOT, en utilisant des PCs, menée au département de Géographie de l'Université de Rouen entre 1981 et 1987.


En août 1981 est présenté l’IBM PC, promis à un avenir étonnant grâce à sa conception ouverte ; le labo dont j’ai la charge ne l’exploite par immédiatement ; nous commençons alors un projet visant à utiliser les images du satellite Spot qui sera finalement lancé en Février 1986. A l’époque, les images du satellite de télédétection Landsat étaient traitées sur des minis spécialisés, avec des configurations coûteuses (de l’ordre de cent mille à un million de francs) hors de portée (même dans le cadre d’un projet de recherche) d’un petit labo de province.

L’idée est d’utiliser des micro-ordinateurs pour faire la même chose, mais les obstacles sont énormes : les micros sont insuffisants, les qualités d’images médiocres, et les images sur bande magnétique nécessitent un dérouleur. Les premières tentatives s’orientent vers des systèmes à bus S100 sous CP/M, puis sur un système multibus sous Xenix ; dans les deux cas, trop d’obstacles à surmonter pour une petite équipe dont le métier primaire n’est pas l’informatique.

La solution se présente en 1984 avec le PC-AT : il dispose d’un bus 16 bits, et permet d’utiliser des cartes graphiques évoluées avec 1 Mo de mémoire image : 2 cartes graphiques complémentaires sont alors mises en œuvre : Pip 1024 de Matrox, et Revolution 32 de Number Nine ; elles ont chacune leur langage de commande, qui est appelé en assembleur sous Dos ; en assembleur aussi, l’interface avec le lecteur de bandes, et la commande d’une imprimante à jet d’encre. Elles peuvent afficher et traiter des images de 512 x 512 pixels sur plusieurs canaux.

La première image SPOT sur la Normandie est disponible en Décembre 1986, et son exploitation par le logiciel µSAT sera présentée à l’Université en mars 1987, et au forum FI3G (Forum International de l’Instrumentation & de l’Information Géographique) de Lyon en Juin 1987. A cette manifestation, Cap Sogéti présentait une première version de son logiciel Multiscope développé sous Windows ; une petite équipe de province avait réussi à faire (soyons modeste) aussi bien qu’un géant de l’informatique.

Malheureusement, les géants ont la vie plus dure ; à Rouen, le projet terminé, rien ne vient le relayer, et l’équipe se disloque : le spécialiste en assembleur est obligé d’aller chercher du travail ailleurs, et des dissensions se font jour ; µSat va rapidement tomber dans l’oubli. Je vais continuer par la suite à enseigner la télédétection, mais sur des stations Unix (SGI) à l’aide de ER Mapper, ou sur des micros sous Windows l’aide de Idrisi. Largement écrit en assembleur, µSat était très réactif ; c’est aussi ce qui l’a condamné : il n’a pas été capable d’évoluer.