1. John Siracusa
    1. Mountain Lion
      1. Introduction
      2. Achat et installation
      3. Changements d'interface (1)
      4. Changements d'interface (2)
      5. Changements d'interface (3)
      6. Applications (1)
      7. Applications (2)
      8. Applications (3)
      9. Applications (4)
      10. Applications (5)
      11. iCloud(1)
      12. iCloud(2)
      13. iCloud(3)
      14. Gatekeeper(1)
      15. Gatekeeper(2)
      16. Retina et HiDPI
      17. Fourre-tout (1)
      18. Fourre-tout (2)
      19. Fourre-tout (3)
      20. Fourre-tout (4)
      21. Fourre-tout (5)
      22. Fourre-tout (6)
      23. Recommandations
      24. Deux pères, un fils
    2. Lion
      1. Introduction
      2. Installation
      3. Revoir les fondamentaux
      4. Redimensionnement des fenêtres
      5. Et voici pour les cinglés
      6. La gestion des fenêtres
      7. Le modèle de document
      8. le modèle des processus
      9. Les éléments internes (1)
      10. Les éléments internes (2)
      11. ARC
      12. Le système de fichiers
      13. Ses modifications dans Lion
      14. Documents, résolution
      15. Le Finder
      16. Mail, Safari
      17. Fourre tout (1)
      18. Fourre tout (2)
      19. Recommendations
    3. Snow Leopard
      1. Introduction
      2. Le ticket d'entrée
      3. L'installation
      4. Nouvel aspect
      5. Détails internes
      6. Quick Time X
      7. Système de fichiers
      8. Faire plus avec plus
      9. LLVM et Clang
      10. Les blocs
      11. Concurrence
      12. Grand Central Dispatch
      13. Asynchronicité
      14. Open CL
      15. La différence...
      16. Quick Time Player
      17. Le Dock
      18. Le Finder
      19. Exchange
      20. Performances
      21. Fourre tout (1)
      22. Fourre tout (2)
      23. Le futur
    4. Leopard
      1. Introduction
      2. L'héritage
      3. Nouvel aspect 1
      4. Nouvel aspect 2
      5. Le noyau
      6. 64 bits
      7. FS Events
      8. Core animation
      9. Quartz GL
      10. Core UI
      11. Détails internes
      12. Le Finder
      13. Le Dock
      14. Time Machine
      15. Performances
      16. Pot pourri
      17. Demain
    5. Tiger
      1. Introduction
      2. Retour sur le passé
      3. Nouvel aspect de Tiger
      4. Mises à jour du noyau
      5. Le lancement
      6. Les méta-données
      7. Attributs étendus
      8. Listes de contrôle d'accès
      9. Spotlight 1
      10. Spotlight 2 : analyse et potentiel
      11. Types de fichiers
      12. Méta-données : la fin
      13. Quartz
      14. Quartz 2D Extreme
      15. Core Image
      16. La vidéo sous Tiger
      17. Dashboard
      18. Le Finder
      19. Les performances
      20. Pot pourri
      21. Conclusion
    6. Panther
      1. Introduction
      2. Les précédents
      3. L'installation
      4. Nouvel aspect
      5. Performances
      6. Changement rapide d'utilisateur
      7. Gestion des fenêtres
      8. Exposé
      9. Le Finder
      10. Performance du Finder
      11. Toujours le même
      12. Safari
      13. XCode
      14. Conclusion
    7. Jaguar
      1. Introduction
      2. Le nom
      3. L'installation
      4. Modifications d'Unix
      5. Dévelopeurs...
      6. Quoi de neuf
      7. Rendezvous
      8. Quartz Extrême
      9. Performance
      10. Compositions
      11. Le Finder
      12. Applications
      13. Sherlock
      14. Le portrait
    8. Puma
      1. Prelude
      2. Introduction
      3. Installation
      4. Réglages système
      5. Performance
      6. Redimensionnement des fenêtres
      7. Utilisation de la mémoire
      8. Diagnostics de mémoire
      9. L'environnement Classique
      10. L'interface Utilisateur
      11. Le Finder
      12. Extensions de fichiers
      13. Divers, conclusion
    9. Cheeta (Mac OS X 10.0)
      1. Qu'est ce que Mac OS X
      2. Installation
      3. Le démarrage
      4. Utilisation de la RAM
      5. Performance
      6. Performance des applications
      7. Stabilité
      8. L'interface utilisateur
      9. Le Finder
      10. Le navigateur du Finder
      11. Le Finder (divers)
      12. L'interface utilisateur
      13. Os X Classique
      14. Système de fichiers
      15. Unix
      16. Applications
      17. Conclusion
    10. Les débuts de MacOsX
      1. 1999 : OSX DP2
      2. 2000 : Quartz et Aqua/a>
      3. Fin de la lune de miel
      4. la première bêta publique
      5. 2001 : Mac OS X 10.0
      6. Un investissement
    11. Finder Spatial
      1. Introduction
      2. Interfaces spatiales
      3. Le Finder spatial
      4. Le concierge
      5. Un nouveau Finder
      6. Le browser
      7. Le browser spatial
      8. Finder et méta-données
      9. Les modèles
      10. Pensées finales

L'installation

Je n'ai jamais tout à fait compris la fascination de certains pour le processus d'installation. En ce qui me concerne, les seules questions sont :
1. Est-ce que l'installation se fait sur n'importe quelle configuration ?
2. Comment l'installation préserve et/ou gère les réglages existants de la configuration ?

Jusqu'à présent, presque tout rapport sur un nouveau système d'exploitation ne peut pas s'empêcher de dire combien de temps l'installation a duré, souvent à la seconde près. L'essentiel, en ce qui concerne ce test, est que le facteur principal est presque toujours un invariant : vitesse du disque ou du réseau, etc. Mac OS X ne fait pas exception comme nous allons le voir.

Le système de test principal pour ce rapport a été mon Power Mac G3 400 MHz (bleu et blanc, révision 1) avec 256 Mo de RAM et un disque dur de 12 Go, tel qu'il est fourni par Apple. Les rajouts personnels à la configuration comprennent une carte PCI ATA/66 avec un disque dur IBM 75GXP de 45 Go et plusieurs périphériques SCSI branchés sur la carte SCSI Adaptec fournie par Apple.

Un G4 dual de 450 MHz avec 256 Go de RAM et un disque dur de 30 Go a servi de second système de test principalement pour des comparaisons subjectives de performance.

figure

Fig. 1 : Livraison Mac OS X 10.0


La boite de Mac OS X comprend un petit livret d'apprentissage de 30 pages, l'agrément de licence et la mise en garde légale habituels, et trois CD :
• Mac OS 9.1
• Mac OS X 10.0
• Outils de développement Mac OS X

J'ai commencé par reformater le disque de 12 Go en créant un nouveau volume HFS + et en installant dessus Mac OS 9.1. Comme vous le savez (pour avoir fait votre devoir et lu les autres articles), Mac OS X requiert une installation complète de Mac OS 9.0 pour faire tourner des applications de Mac OS Classique. L'installation 9.1 peut se trouver n'importe où : sur un autre disque, ou sur le même sur une partition différente. J'ai choisi d'installer 9.1 sur un disque nouvellement formaté, puis d'installer Mac OS X directement par dessus. Je suppose que ce sera la configuration la plus courante.

Après avoir installé 9.1, j'ai mis le disque Mac OS X, et j'ai lancé l'installeur. Un dialogue est apparu immédiatement avec un bouton "Redémarrer". Le seul but de cette étape du processus d'installation est de définir le disque de démarrage comme étant le CD d'installation OS X, et de redémarrer. Malheureusement, l'appui sur le bouton "Redémarrer" a donné un message d'erreur disant que le disque de démarrage ne pouvait pas être modifié. Un commencement pas encourageant, mais le démarrage à partir d'un CD n'est pas de la technologie spatiale. J'ai simplement redémarré en maintenant appuyée la touche "c" pour forcer le Mac à démarrer à partir du CD d'installation.

Le CD d'installation démarre sous Mac OS X, pas sous Mac OS 9. L'installeur demande d'installer les composants suivants :
• Système de base (288 662 Ko)
• Logiciels système principaux (592 980 Ko)
• Sous-système BSD (82 867 Ko)
• Pilotes d'imprimante additionnels (78 885 Ko)

Le deux derniers items sont optionnels, mais sélectionnés par défaut. J'ai choisi de faire les choix par défaut, et de tout installer. Cela représente plus d'un Go de données, compressés sur le CD. Plus qu'autre chose, cela détermine le temps d'installation. Si vous êtes obsédés par les tests, vous pouvez faire le calcul, mais si vous réclamez la publication d'un nombre, cela a pris 16 minutes du début à la fin.

Le premier démarrage après l'installation de Mac OS X commence par une surprise : une vidéo QuickTime qui affiche le mot "Bienvenue" dans plusieurs langues, en flottant au dessus d'une mer bleue. Il y a même un accueil en musique.

Après, un ensemble de questions est proposé, à la fois personnelles et techniques. Vous êtes invité(e) à donner votre nom et votre adresse, quelques informations sur la façon d'utiliser votre ordinateur, le type de votre connexion internet, l'heure et la date, la zone horaire, votre adresse de courriel, et votre information d'enregistrement pour iTools (iTools est un ensemble de services Internet d'Apple disponible pour tous les utilisateurs de Macs ; cela comprend une adresse de courriel gratuite, un espace web, et un espace de disque sur le réseau). On vous demande aussi de définir un compte d'utilisateur pour vous, de choisir un nom d'utilisateur court ("John") correspondant à votre nom long ("John Syracusa"). Les deux noms, long ou court, peuvent être utilisés pour s'authentifier sur Mac OS X.

La première véritable surprise apparaît sur l'écran de définition du courriel. Il s'établit par défaut à l'adresse d'iTools donnée précédemment. La surprise vient du fait qu'il apparaît comme un compte IMAP, et qu'il utilise le serveur d'Apple pour le courriel SMTP sortant. Précédemment, le courriel d'iTools ne supportait que POP, et réclamait le recours au serveur SMTP de votre FAI pour envoyer du courriel. Les utilisateurs de Mac diligents avaient en fait découvert les nouvelles possibilités d'iTools environ une semaine avant la sortie de Mac OS X, mais la surprise est venue d'IMAP, non seulement comme choix par défaut, mais aussi comme seul choix possible sur ce dialogue de configuration. Si vous choisissez " Utiliser mon compte iTools", il choisit IMAP à votre place, et supprime le reste du formulaire.

Je suis un fervent adepte de IMAP, si bien que cette modification m'a réjoui. Autant que je sache, c'est le premier service de courriel gratuit et (relativement) protégé du Spam, qui propose son propre serveur SMTP authentifié pour le courriel sortant, et un serveur IMAP pour le courriel rentrant. Il ne rajoute même pas de ces signatures embêtantes dans tout votre courriel. Et comme il n'y a pas de composant web dans le service de courriel d'iTools, il est ouvert à tout le monde. Il vous faut un Mac pour y adhérer, mais cela vaut le coup d'emprunter un Mac à un ami pendant quelques minutes pour obtenir un compte à votre nom, en supposant bien sûr que vous n'avez pas d'objection à une adresse qui se termine par "@mac.com".

Pour les amateurs de tests, cela m'a pris 8 minutes pour fournir toute cette information, et pour compléter le processus d'installation. Après cela, le Finder apparaît, et vous pouvez tourner sous Mac OS X.

figure

Fig. 2 : le premier démarrage sous Mac OS X 10.0