1. John Siracusa
    1. Mountain Lion
      1. Introduction
      2. Achat et installation
      3. Changements d'interface (1)
      4. Changements d'interface (2)
      5. Changements d'interface (3)
      6. Applications (1)
      7. Applications (2)
      8. Applications (3)
      9. Applications (4)
      10. Applications (5)
      11. iCloud(1)
      12. iCloud(2)
      13. iCloud(3)
      14. Gatekeeper(1)
      15. Gatekeeper(2)
      16. Retina et HiDPI
      17. Fourre-tout (1)
      18. Fourre-tout (2)
      19. Fourre-tout (3)
      20. Fourre-tout (4)
      21. Fourre-tout (5)
      22. Fourre-tout (6)
      23. Recommandations
      24. Deux pères, un fils
    2. Lion
      1. Introduction
      2. Installation
      3. Revoir les fondamentaux
      4. Redimensionnement des fenêtres
      5. Et voici pour les cinglés
      6. La gestion des fenêtres
      7. Le modèle de document
      8. le modèle des processus
      9. Les éléments internes (1)
      10. Les éléments internes (2)
      11. ARC
      12. Le système de fichiers
      13. Ses modifications dans Lion
      14. Documents, résolution
      15. Le Finder
      16. Mail, Safari
      17. Fourre tout (1)
      18. Fourre tout (2)
      19. Recommendations
    3. Snow Leopard
      1. Introduction
      2. Le ticket d'entrée
      3. L'installation
      4. Nouvel aspect
      5. Détails internes
      6. Quick Time X
      7. Système de fichiers
      8. Faire plus avec plus
      9. LLVM et Clang
      10. Les blocs
      11. Concurrence
      12. Grand Central Dispatch
      13. Asynchronicité
      14. Open CL
      15. La différence...
      16. Quick Time Player
      17. Le Dock
      18. Le Finder
      19. Exchange
      20. Performances
      21. Fourre tout (1)
      22. Fourre tout (2)
      23. Le futur
    4. Leopard
      1. Introduction
      2. L'héritage
      3. Nouvel aspect 1
      4. Nouvel aspect 2
      5. Le noyau
      6. 64 bits
      7. FS Events
      8. Core animation
      9. Quartz GL
      10. Core UI
      11. Détails internes
      12. Le Finder
      13. Le Dock
      14. Time Machine
      15. Performances
      16. Pot pourri
      17. Demain
    5. Tiger
      1. Introduction
      2. Retour sur le passé
      3. Nouvel aspect de Tiger
      4. Mises à jour du noyau
      5. Le lancement
      6. Les méta-données
      7. Attributs étendus
      8. Listes de contrôle d'accès
      9. Spotlight 1
      10. Spotlight 2 : analyse et potentiel
      11. Types de fichiers
      12. Méta-données : la fin
      13. Quartz
      14. Quartz 2D Extreme
      15. Core Image
      16. La vidéo sous Tiger
      17. Dashboard
      18. Le Finder
      19. Les performances
      20. Pot pourri
      21. Conclusion
    6. Panther
      1. Introduction
      2. Les précédents
      3. L'installation
      4. Nouvel aspect
      5. Performances
      6. Changement rapide d'utilisateur
      7. Gestion des fenêtres
      8. Exposé
      9. Le Finder
      10. Performance du Finder
      11. Toujours le même
      12. Safari
      13. XCode
      14. Conclusion
    7. Jaguar
      1. Introduction
      2. Le nom
      3. L'installation
      4. Modifications d'Unix
      5. Dévelopeurs...
      6. Quoi de neuf
      7. Rendezvous
      8. Quartz Extrême
      9. Performance
      10. Compositions
      11. Le Finder
      12. Applications
      13. Sherlock
      14. Le portrait
    8. Puma
      1. Prelude
      2. Introduction
      3. Installation
      4. Réglages système
      5. Performance
      6. Redimensionnement des fenêtres
      7. Utilisation de la mémoire
      8. Diagnostics de mémoire
      9. L'environnement Classique
      10. L'interface Utilisateur
      11. Le Finder
      12. Extensions de fichiers
      13. Divers, conclusion
    9. Cheeta (Mac OS X 10.0)
      1. Qu'est ce que Mac OS X
      2. Installation
      3. Le démarrage
      4. Utilisation de la RAM
      5. Performance
      6. Performance des applications
      7. Stabilité
      8. L'interface utilisateur
      9. Le Finder
      10. Le navigateur du Finder
      11. Le Finder (divers)
      12. L'interface utilisateur
      13. Os X Classique
      14. Système de fichiers
      15. Unix
      16. Applications
      17. Conclusion
    10. Les débuts de MacOsX
      1. 1999 : OSX DP2
      2. 2000 : Quartz et Aqua/a>
      3. Fin de la lune de miel
      4. la première bêta publique
      5. 2001 : Mac OS X 10.0
      6. Un investissement
    11. Finder Spatial
      1. Introduction
      2. Interfaces spatiales
      3. Le Finder spatial
      4. Le concierge
      5. Un nouveau Finder
      6. Le browser
      7. Le browser spatial
      8. Finder et méta-données
      9. Les modèles
      10. Pensées finales

Le Finder

J'ai déjà dit que, pour le plupart des utilisateurs d'un ordinateur, l'interface est l'ordinateur. Et bien, pour la plupart des utilisateurs de Macs, le Finder est l'interface . C'est ce qu'ils considèrent comme l'ordinateur depuis 17 ans. Même ce nom, qui n'a pas grande signification, -un nom qui était sur le point d'être abandonné au cours du développement, mais qui a heureusement survécu à 10.0- devient une seconde nature pour les utilisateurs de Macs : "passe au Finder", "regarde le Finder", "c'est dans le Finder".

L'importance du Finder dans Mac OS classique est plus que philosophique. Beaucoup de fonctions importantes de l'OS ont été gérées par le Finder : la gestion des fichiers, le lancement des applications, le montage des volumes, même le menu Apple. Sous Mac OS X, cela a -pour le moins- beaucoup changé, et pour le mieux. Le Finder de Mac OS X est simplement une autre application, au meilleur sens du terme. Les applications n'ont pas besoin de reposer sur ses fonctionnalités pour utiliser des fonctions qui sont véritablement au niveau du système.

Le Finder spatial.

C'est dans le rôle le plus philosophique du Finder que Mac OS X pose des problèmes. Comme je l'ai exposé longuement, dans l'article sur la bêta publique, la caractéristique dominante du Finder de Mac OS classique -et par extension, de toute l'expérience utilisateur sur le Mac- est la gestion de fichiers présentée spatialement qu'il fournit. Dans la bêta publique, cette expérience était anéantie par une interface non spatiale façon navigateur.

Et il est vrai que certains aiment l'interface façon navigateur. Je l'utilise moi-même pour certaines choses. C'est une adjonction utile. Mais l'interface spatiale est la référence pour un comportement de type Mac. Jusqu'à Mac OS X le Finder spatial était le seul type de finder. Des utilitaires de gestion de fichiers comme le Greg's Browser existaient, mais n'étaient pas utilisés par la grande majorité des utilisateurs de Macs. Et si vous aviez interrogé un utilisateur moyen, pour savoir pourquoi il avait choisi un Mac, la réponse numéro un que vous auriez obtenue aurait sans doute été en relation avec l'interface. Au milieu et à la fin des années 90, quiconque n'aimait pas l'interface de Mac OS classique, ou préférait une interface utilisateur sans considération de supériorité technique , pour la disponibilité de matériel et du logiciel, ou pour le prix, serait depuis longtemps tombé sur la plateforme Windows PC (ou autre chose).

C'est dans ce monde que Mac OS X est proposé. Imaginer que Mac OS X serait merveilleux au point que son public cible devienne le plus important parmi les utilisateurs de PCs (ou parmi le monde beaucoup plus petit des inconditionnels de NeXT) plutôt que de considérer les utilisateurs existants de Macs, c'est faire preuve d'une prétention excessivement folle. Non, le marché le plus important de Mac OS X est, et a toujours été, les utilisateurs actuels de Macs. C'est pourquoi je pense que la gestion spatiale des fichiers est très pertinente dans toute discussion sur le Finder de Mac OS X, en dépit du fait que 90 % du monde utilisant des PCs semble s'accommoder plutôt bien de l'interface non spatiale de Windows, de ses fenêtres à la taille de l'écran, et de la tabulation généralisée avec la touche alt.

Le courant du Finder spatial s'inscrit profondément dans la communauté Mac. Depuis la bêta publique, beaucoup de concessions ont été faites à la façon spatiale, classique, de faire les choses, en réponse à des milliers de réclamations soumises à Apple concernant cette bêta. Les disques apparaissent maintenant par défaut sur le bureau. Le nom du dossier courant, ou du disque, s'inscrit dans la barre de titre de la fenêtre du Finder, accompagné d'une icône proxy. La barre d'outils du Finder peut être cachée à l'aide d'un widget placé dans la barre de titre, et une barre d'état peut être rajoutée à la fenêtre du Finder, ce qui la fait ressembler à peu près exactement aux fenêtres (en mode Aqua) du Finder traditionnel. Dans ce mode, l'ouverture d'un nouveau dossier ouvre une nouvelle fenêtre au lieu de remplacer le contenu de la fenêtre existante. Tout cela contribue à ce que les utilisateurs de Macs se sentent mieux chez eux, et donne l'impression d'être plus comme un Mac.

Malheureusement, une litanie frustrante de bogues et de caractéristiques défectueuses empêchent le Finder de Mac OS X de fournir une expérience "semblable au Mac".
• Les fenêtres sont supposées conserver leur taille et leur position, mais parfois, elles oublient et se retrouvent à de mauvaises places avec de mauvaises tailles.
• Dans le vue en liste, l'état des triangles d'affichage n'est pas conservé.
• Le pas de grille est déraisonnablement grand, et n'est pas ajustable.
• La fonte par défaut est très grande, et elle n'est pas ajustable non plus.
• La fonction d'adaptation du widget de zoom de la fenêtre se comporte de façon erratique, et faillit souvent à faire défiler la fenêtre, en aboutissant à une mauvaise taille.
• Dans certaines situations, les icônes perdent spontanément leur position, en réponse à un redimensionnement de fenêtre.
• Le déplacement de dossiers entraîne souvent la modification de leur vue, ou la fermeture de leurs fenêtres.
• Remonter dans la hiérarchie des dossiers à l'aide du menu pop-up de la barre de titre a tendance à prendre la position et l'état de la fenêtre d'où on part.
• En dépit d'une invalidation effective et constante, la barre d'outils de la fenêtre du Finder réapparaît régulièrement, change la taille de la fenêtre, modifie la position des icônes, ce qui la rend généralement nuisible.
• Un clic sur l'icône du Finder dans le Dock quand le Finder est déjà devant, crée une nouvelle fenêtre du Finder, quelque soit l'état de toutes les autres fenêtres du Finder.

Je pourrais continuer ainsi, mais l'idée essentielle, c'est que la fonctionnalité spatiale, et la fonctionnalité de navigateur du Finder sont encore fortement imbriquées, le plus souvent au détriment du mode spatial. Si bien qu'il n'est toujours pas possible d'obtenir que le Finder de Mac OS X se comporte exactement comme celui de Mac OS classique, comme cela a été présenté par Steve Jobs au cours de plusieurs présentations de sa keynote au MacWorld.

La solution à ce problème est de séparer proprement le Finder en mode navigateur et le Finder en mode spatial. Une fenêtre dans un mode ne devrait pas engendrer une fenêtre dans le mode opposé, et l'utilisateur devrait être capable de choisir quel est le comportement par défaut. Tout le monde serait content.