1. John Siracusa
    1. Mountain Lion
      1. Introduction
      2. Achat et installation
      3. Changements d'interface (1)
      4. Changements d'interface (2)
      5. Changements d'interface (3)
      6. Applications (1)
      7. Applications (2)
      8. Applications (3)
      9. Applications (4)
      10. Applications (5)
      11. iCloud(1)
      12. iCloud(2)
      13. iCloud(3)
      14. Gatekeeper(1)
      15. Gatekeeper(2)
      16. Retina et HiDPI
      17. Fourre-tout (1)
      18. Fourre-tout (2)
      19. Fourre-tout (3)
      20. Fourre-tout (4)
      21. Fourre-tout (5)
      22. Fourre-tout (6)
      23. Recommandations
      24. Deux pères, un fils
    2. Lion
      1. Introduction
      2. Installation
      3. Revoir les fondamentaux
      4. Redimensionnement des fenêtres
      5. Et voici pour les cinglés
      6. La gestion des fenêtres
      7. Le modèle de document
      8. le modèle des processus
      9. Les éléments internes (1)
      10. Les éléments internes (2)
      11. ARC
      12. Le système de fichiers
      13. Ses modifications dans Lion
      14. Documents, résolution
      15. Le Finder
      16. Mail, Safari
      17. Fourre tout (1)
      18. Fourre tout (2)
      19. Recommendations
    3. Snow Leopard
      1. Introduction
      2. Le ticket d'entrée
      3. L'installation
      4. Nouvel aspect
      5. Détails internes
      6. Quick Time X
      7. Système de fichiers
      8. Faire plus avec plus
      9. LLVM et Clang
      10. Les blocs
      11. Concurrence
      12. Grand Central Dispatch
      13. Asynchronicité
      14. Open CL
      15. La différence...
      16. Quick Time Player
      17. Le Dock
      18. Le Finder
      19. Exchange
      20. Performances
      21. Fourre tout (1)
      22. Fourre tout (2)
      23. Le futur
    4. Leopard
      1. Introduction
      2. L'héritage
      3. Nouvel aspect 1
      4. Nouvel aspect 2
      5. Le noyau
      6. 64 bits
      7. FS Events
      8. Core animation
      9. Quartz GL
      10. Core UI
      11. Détails internes
      12. Le Finder
      13. Le Dock
      14. Time Machine
      15. Performances
      16. Pot pourri
      17. Demain
    5. Tiger
      1. Introduction
      2. Retour sur le passé
      3. Nouvel aspect de Tiger
      4. Mises à jour du noyau
      5. Le lancement
      6. Les méta-données
      7. Attributs étendus
      8. Listes de contrôle d'accès
      9. Spotlight 1
      10. Spotlight 2 : analyse et potentiel
      11. Types de fichiers
      12. Méta-données : la fin
      13. Quartz
      14. Quartz 2D Extreme
      15. Core Image
      16. La vidéo sous Tiger
      17. Dashboard
      18. Le Finder
      19. Les performances
      20. Pot pourri
      21. Conclusion
    6. Panther
      1. Introduction
      2. Les précédents
      3. L'installation
      4. Nouvel aspect
      5. Performances
      6. Changement rapide d'utilisateur
      7. Gestion des fenêtres
      8. Exposé
      9. Le Finder
      10. Performance du Finder
      11. Toujours le même
      12. Safari
      13. XCode
      14. Conclusion
    7. Jaguar
      1. Introduction
      2. Le nom
      3. L'installation
      4. Modifications d'Unix
      5. Dévelopeurs...
      6. Quoi de neuf
      7. Rendezvous
      8. Quartz Extrême
      9. Performance
      10. Compositions
      11. Le Finder
      12. Applications
      13. Sherlock
      14. Le portrait
    8. Puma
      1. Prelude
      2. Introduction
      3. Installation
      4. Réglages système
      5. Performance
      6. Redimensionnement des fenêtres
      7. Utilisation de la mémoire
      8. Diagnostics de mémoire
      9. L'environnement Classique
      10. L'interface Utilisateur
      11. Le Finder
      12. Extensions de fichiers
      13. Divers, conclusion
    9. Cheeta (Mac OS X 10.0)
      1. Qu'est ce que Mac OS X
      2. Installation
      3. Le démarrage
      4. Utilisation de la RAM
      5. Performance
      6. Performance des applications
      7. Stabilité
      8. L'interface utilisateur
      9. Le Finder
      10. Le navigateur du Finder
      11. Le Finder (divers)
      12. L'interface utilisateur
      13. Os X Classique
      14. Système de fichiers
      15. Unix
      16. Applications
      17. Conclusion
    10. Les débuts de MacOsX
      1. 1999 : OSX DP2
      2. 2000 : Quartz et Aqua/a>
      3. Fin de la lune de miel
      4. la première bêta publique
      5. 2001 : Mac OS X 10.0
      6. Un investissement
    11. Finder Spatial
      1. Introduction
      2. Interfaces spatiales
      3. Le Finder spatial
      4. Le concierge
      5. Un nouveau Finder
      6. Le browser
      7. Le browser spatial
      8. Finder et méta-données
      9. Les modèles
      10. Pensées finales

L'environnement classique

L'environnement classique est contrôlé par un panneau des préférences système qui offre presque toutes les options utiles et imaginables. La plus explicite est l'option "forcer à quitter", un autre aveu par Apple des bords brutaux de 10.0. Il est là pour vous dire que, eh bien oui, classique va se planter de temps en temps.

Classique est l'environnement Mac OS 9 qui fonctionne à l'intérieur de Mac OS X. Les seules limitations sont qu'il prend un peu moins de RAM que lorsqu'on démarre la machine directement sous Mac OS 9.1, et que les applications qui fonctionnent avec, bénéficient d'une légère baisse de performance (environ 1 à 10 %), due aux ajustements et trucs nécessaires pour faire oublier à Mac OS 9.1 qu'il fonctionne à l'intérieur d'une autre application. A part cela, c'est exactement ce que vous pouvez attendre de Mac OS 9.1.

figure

Fig. 1 : Le panneau des préférences de Classique.

figure

Fig. 2 : et l'onglet "avancé."

Bon, dans l'idéal, c'est exactement ce à quoi on peut s'attendre. Mais vous verrez qu'il a tendance à s'arrêter ou à se planter (en vous envoyant vers ce bouton bien pratique "Forcer à quitter"), à moins que vous ne soyez très prudent(e) sur les extensions que vous chargez (d'où cette option de raccourci pour le démarrage). Et puis, il y a cette possibilité déjà évoquée que classique ne se plante pas seulement, mais qu'il s'arrête d'une façon où il est impossible de repartir sans redémarrer la machine. Pas spécialement réjouissant, quand on considère la relative rareté des applications natives OS X.

En pratique, un compromis heureux peut être trouvé si vous utilisez un ensemble d'extensions et d'applications bien connu (et stable) sous classique. Je me suis aussi rendu compte qu'il est utile de fermer classique à la fin de la journée, plutôt que de le laisser en veille la nuit, mais votre expérience peut être différente.

L'intégration avec le reste de Mac OS X est impressionnante, compte tenu des difficultés techniques. Le glisser-déposer entre des applications OS X et classiques fonctionne normalement comme on peut s'y attendre, tout comme le copier-coller (avec un léger retard de la synchronisation du presse papier, une bogue connue). Beaucoup d'applications classiques aboutissent même au bon bureau (propre à l'utilisateur), dans les dialogues Ouvrir/enregistrer à l'aide de Cmd-d. Etant donné l'état incroyablement bogué, et non fini de classique dans de très nombreuses livraisons de développement, l'intégration de la version 10.0 est une heureuse surprise.

Les problèmes secondaires abondent. Classic n'a pas une double mémoire comme les applications natives OS X, et cela se voit. Glisser un fenêtre OS X par dessus la fenêtre d'une application classique entraîne un effacement redouté quand la fenêtre OS X devient invalide (et par conséquent efface d'énormes morceaux des fenêtres des applications classiques). Ils sont vite re-dessinés, mais pas assez rapidement pour faire oublier ce très vilain effet. C'est très loin du comportement des applications Mac OS X, où les fenêtres derrière celle que vous déplacez semblent magiquement à leur place sans aucun signe visible de restitution.

La transparence ne fonctionne pas quand elle s'affiche au dessus d'applications classiques. Cela concerne les menus, le Dock, et tout élément non opaque qui peut être potentiellement affiché par dessus une fenêtre d'application classique. Etant donné la nature d'un tracé direct QuickDraw classique, et la composition en couches du modèle de Quartz, ce genre de problème m'affecte comme une noix difficile à craquer, particulièrement si on veut que classique maintienne ses capacités réactives (relativement à Quartz).

Les performances subjectives de l'interface de classique semblent d'abord être meilleures que Mac OS 9.1 "natif". En fait, elles sont légèrement inférieures pour le tracé dans presque toutes les circonstances. Si on la fait tourner côte à côte avec l'interface Aqua OS X, elle semble beaucoup plus rapide qu'elle ne l'est en réalité. En comparaison avec des applications OS X natives, les fenêtres classiques défilent et se re-dimensionnent plus vite, les menus se déroulent instantanément, et les performances de QuickTime sont souvent bien meilleurs dans l'environnement classique que dans des applications natives OS X sur mon G3/400. L'audio reste mieux synchronisé, et c'est comparable pour les trames vidéo.

A beaucoup d'égard, ce sera bien de voir le besoin de classique disparaître à mesure que des applications OS X arriveront. L'utilisation de la RAM, pour un travail journalier typique, en sera réduite considérablement, et la suppression des attaches à OS X que classique exige pour faire son travail va libérer des ressources pour des processus plus productifs comme le rendu vidéo ou audio, que j'ai dans les deux cas trouvé plus susceptible d'interruption quand classique tourne. D'un autre côté, à moins que OS X lui même (ou le matériel sur lequel il tourne) ne se soit considérablement amélioré, la disparition de classique peut entraîner la disparition d'un interface utilisateur réellement réactive.