1. John Siracusa
    1. Mountain Lion
      1. Introduction
      2. Achat et installation
      3. Changements d'interface (1)
      4. Changements d'interface (2)
      5. Changements d'interface (3)
      6. Applications (1)
      7. Applications (2)
      8. Applications (3)
      9. Applications (4)
      10. Applications (5)
      11. iCloud(1)
      12. iCloud(2)
      13. iCloud(3)
      14. Gatekeeper(1)
      15. Gatekeeper(2)
      16. Retina et HiDPI
      17. Fourre-tout (1)
      18. Fourre-tout (2)
      19. Fourre-tout (3)
      20. Fourre-tout (4)
      21. Fourre-tout (5)
      22. Fourre-tout (6)
      23. Recommandations
      24. Deux pères, un fils
    2. Lion
      1. Introduction
      2. Installation
      3. Revoir les fondamentaux
      4. Redimensionnement des fenêtres
      5. Et voici pour les cinglés
      6. La gestion des fenêtres
      7. Le modèle de document
      8. le modèle des processus
      9. Les éléments internes (1)
      10. Les éléments internes (2)
      11. ARC
      12. Le système de fichiers
      13. Ses modifications dans Lion
      14. Documents, résolution
      15. Le Finder
      16. Mail, Safari
      17. Fourre tout (1)
      18. Fourre tout (2)
      19. Recommendations
    3. Snow Leopard
      1. Introduction
      2. Le ticket d'entrée
      3. L'installation
      4. Nouvel aspect
      5. Détails internes
      6. Quick Time X
      7. Système de fichiers
      8. Faire plus avec plus
      9. LLVM et Clang
      10. Les blocs
      11. Concurrence
      12. Grand Central Dispatch
      13. Asynchronicité
      14. Open CL
      15. La différence...
      16. Quick Time Player
      17. Le Dock
      18. Le Finder
      19. Exchange
      20. Performances
      21. Fourre tout (1)
      22. Fourre tout (2)
      23. Le futur
    4. Leopard
      1. Introduction
      2. L'héritage
      3. Nouvel aspect 1
      4. Nouvel aspect 2
      5. Le noyau
      6. 64 bits
      7. FS Events
      8. Core animation
      9. Quartz GL
      10. Core UI
      11. Détails internes
      12. Le Finder
      13. Le Dock
      14. Time Machine
      15. Performances
      16. Pot pourri
      17. Demain
    5. Tiger
      1. Introduction
      2. Retour sur le passé
      3. Nouvel aspect de Tiger
      4. Mises à jour du noyau
      5. Le lancement
      6. Les méta-données
      7. Attributs étendus
      8. Listes de contrôle d'accès
      9. Spotlight 1
      10. Spotlight 2 : analyse et potentiel
      11. Types de fichiers
      12. Méta-données : la fin
      13. Quartz
      14. Quartz 2D Extreme
      15. Core Image
      16. La vidéo sous Tiger
      17. Dashboard
      18. Le Finder
      19. Les performances
      20. Pot pourri
      21. Conclusion
    6. Panther
      1. Introduction
      2. Les précédents
      3. L'installation
      4. Nouvel aspect
      5. Performances
      6. Changement rapide d'utilisateur
      7. Gestion des fenêtres
      8. Exposé
      9. Le Finder
      10. Performance du Finder
      11. Toujours le même
      12. Safari
      13. XCode
      14. Conclusion
    7. Jaguar
      1. Introduction
      2. Le nom
      3. L'installation
      4. Modifications d'Unix
      5. Dévelopeurs...
      6. Quoi de neuf
      7. Rendezvous
      8. Quartz Extrême
      9. Performance
      10. Compositions
      11. Le Finder
      12. Applications
      13. Sherlock
      14. Le portrait
    8. Puma
      1. Prelude
      2. Introduction
      3. Installation
      4. Réglages système
      5. Performance
      6. Redimensionnement des fenêtres
      7. Utilisation de la mémoire
      8. Diagnostics de mémoire
      9. L'environnement Classique
      10. L'interface Utilisateur
      11. Le Finder
      12. Extensions de fichiers
      13. Divers, conclusion
    9. Cheeta (Mac OS X 10.0)
      1. Qu'est ce que Mac OS X
      2. Installation
      3. Le démarrage
      4. Utilisation de la RAM
      5. Performance
      6. Performance des applications
      7. Stabilité
      8. L'interface utilisateur
      9. Le Finder
      10. Le navigateur du Finder
      11. Le Finder (divers)
      12. L'interface utilisateur
      13. Os X Classique
      14. Système de fichiers
      15. Unix
      16. Applications
      17. Conclusion
    10. Les débuts de MacOsX
      1. 1999 : OSX DP2
      2. 2000 : Quartz et Aqua/a>
      3. Fin de la lune de miel
      4. la première bêta publique
      5. 2001 : Mac OS X 10.0
      6. Un investissement
    11. Finder Spatial
      1. Introduction
      2. Interfaces spatiales
      3. Le Finder spatial
      4. Le concierge
      5. Un nouveau Finder
      6. Le browser
      7. Le browser spatial
      8. Finder et méta-données
      9. Les modèles
      10. Pensées finales

Les applications fournies

OS X est livré avec une collection assez complète d'applications, pour le cas où l'utilisation d'internet est votre principale activité informatique. Il est fourni avec un butineur satisfaisant (IE 5.1 version préliminaire), une application de courriel qui accepte de multiples comptes POP et IMAP, un client telnet (accessible par le Terminal), et le support intégré des iTools d'Apple.

Portage de la version d'IE de Mac OS classique, le butineur est l'application la plus complète de celles qui sont proposées. Malheureusement, des problèmes persistants de performance et de multitâche affectent cette version préliminaire. La plupart des utilisateurs de Mac OS X ont téléchargé au moins un butineur alternatif, le plus souvent OmniWeb (lui aussi incomplet mais impressionnant). Omniweb est un emblème (poster child ) des technologies Mac OS X, avec des éléments d'interface comme les tiroirs, des barres d'outils personnalisables, des services système pour la typographie, la parole, et autres. Le fait qu'une application aussi impressionnante ait été créée par une petite équipe de programmeurs à Omni est un témoignage de la puissance des outils de développement d'applications et des bibliothèques supportées par OS X. C'est encore un travail en cours, cependant, et c'est pourquoi je suis revenu personnellement à IE 5 sous classique, qui actuellement est meilleur que le portage de IE sous OS X, et est plus stable et plus riche en possibilités que OmniWeb.

En dépit de la moisson de bogues à laquelle on peut s'attendre, l'application d'Apple appelée simplement Mail est l'outil internet le plus impressionnant qui est fourni. Comme OmniWeb, c'est une démonstration des nouvelles technologies de Mac OS X. Ce n'est pas une menace pour des applications de courriel plus élaborées comme Microsoft Entouage (qui doit être bientôt porté sous OS X avec le reste de Ms Office, mais est actuellement tout à fait utilisable sous classique), avec son calendrier intégré, sa gestion de contacts, la synchronisation Palm, de d'autres caractéristiques qui le mettent dans un registre différent. Mais Mail est plus que convenable pour une application fournie. J'ai lancé plus de 5000 messages de courriel via mes divers comptes POP et IPAP, et il n'a pas encore bronché.

Concernant les applications natives Mac OS X, les problèmes des APIs surgissent inévitablement et notamment la distinction entre les applications Carbon et Cocoa. Si vous voulez bien vous rappeler des articles précédents, carbon est une version propre de l'API de Mac OS classique qui peut tourner nativement (c'est à dire sans l'environnemnt classique) sous Mac OS X. Cocoa est la dernière incarnation du framework orienté objet OpenStep hérité de NeXT.

L'opinion générale est que les applications Cocoa sont supérieures aux applications Carbon, en terme de support des caractéristiques de Mac OS X, de possibilités de multitâche, et de réactivité de l'interface. Que ce soit lié à la supériorité inhérente des technologies de Cocoa ou simplement une conséquence de l'implantation immature de Carbon (comparativement à Cocoa/OpenStep qui existe depuis des années) est encore un objet de débat. Mais, subjectivement, je dois l'admettre. Les applications Cocoa que j'ai utilisées avec Mac OS X sont à coup sûr meilleures. Quelques exemples de ces applications Cocoa sont Mail, Omniweb, et le Terminal. Les entraves les plus visibles à la bonne réputation de Carbone sont le Finder et la pré-version IE 5.1. Le temps dira si le niveau des API sera amélioré lors des prochains développements de carbon.

Une dernière remarque sur les applications fournies : le panneau de préférences de l'économiseur d'écran est tout à fait bien. Il utilise des greffons (dans le paquet, bien sûr), et a déjà été complété par un ensemble d'économiseurs en Open GL. Mais les plus remarquables sont les modules "Slide Show" et "Aqua Icons", simples, mais étonnamment attirants.

Slide Show affiche simplement un dossier plein d'images, mais avec un truc. Chaque image est lentement agrandie ou réduite et les modifications d'image interviennent grâce à un fondu enchaîné très progressif. La grande qualité des paquets de photos d'Apple s'ajoute au spectacle. Choisissez pour diaporama le thème de la plage, et laissez-vous dériver...

Le module "Aqua Icons" utilise des effets de fondu pour afficher une mer d'icônes récoltée sur votre disque dur, surgissant des profondeurs sombres de l'écran. (Surveillez les icônes tournoyants, très rares).

Exercice : comparez l'économiseur d'écran d'Aqua icons au classique économiseur des fenêtres volantes fourni par Microsoft. C'est toute la différence entre Apple et Microsoft.

Petite digression : le numéro des constructions

A la suite de la bêta publique, une série de "constructions" (builds) largement diffusée a été créée, chacune numérotée par une balise alphanumérique comme 4K50 ou 4K70 . Comme ces constructions étaient très faciles à trouver sur le net, la plupart des utilisateurs enthousiastes du Mac ont téléchargé et installé chaque nouvelle construction en attendant impatiemment la version finale.

La construction 4K78 a commencé à circuler à la mi-mars, et comme toutes les précédentes, elle a été considérée comme un travail en cours par les fans du mac. Mais à mesure que la date de livraison de Mac OS X s'approchait, et que de nouvelles constructions (authentiques) apparaissaient sur le net, les problèmes sont apparus. Quand Mac OS X est sorti avec le numéro de construction 4K78, affiché dans la boite de dialogue "A propos de ce Mac", les spéculations sont apparues : est-ce que Mac OS X 10.0 était réellement la même chose que la construction 4K78 qui avait été diffusée sur le net depuis des semaines ? Ou était-ce une 4K78 re-compilée sans le code de déboguage ? Ou était-ce une construction surprise, entièrement différente, que personne en dehors d'Apple n'avait vue auparavant ?

En fait, la version de détail de Mac OS X est exactement la même que la construction 4K78 qui a été envoyée aux développeurs au début de Mars, et qui a été plus tard largement distribuée sur le net. Que ce soit par fichier, par byte ou par bit, c'est la même chose. Désolé pour les gens qui s'attendaient à une surprise à la Steve Jobs, ou au moins à la suppression du code infamant de déboguage, dont on dit qu'il ralentissait les constructions 4Kxx. Je suppose qu'il vous faudra attendre 10.1.