1. John Siracusa
    1. Mountain Lion
      1. Introduction
      2. Achat et installation
      3. Changements d'interface (1)
      4. Changements d'interface (2)
      5. Changements d'interface (3)
      6. Applications (1)
      7. Applications (2)
      8. Applications (3)
      9. Applications (4)
      10. Applications (5)
      11. iCloud(1)
      12. iCloud(2)
      13. iCloud(3)
      14. Gatekeeper(1)
      15. Gatekeeper(2)
      16. Retina et HiDPI
      17. Fourre-tout (1)
      18. Fourre-tout (2)
      19. Fourre-tout (3)
      20. Fourre-tout (4)
      21. Fourre-tout (5)
      22. Fourre-tout (6)
      23. Recommandations
      24. Deux pères, un fils
    2. Lion
      1. Introduction
      2. Installation
      3. Revoir les fondamentaux
      4. Redimensionnement des fenêtres
      5. Et voici pour les cinglés
      6. La gestion des fenêtres
      7. Le modèle de document
      8. le modèle des processus
      9. Les éléments internes (1)
      10. Les éléments internes (2)
      11. ARC
      12. Le système de fichiers
      13. Ses modifications dans Lion
      14. Documents, résolution
      15. Le Finder
      16. Mail, Safari
      17. Fourre tout (1)
      18. Fourre tout (2)
      19. Recommendations
    3. Snow Leopard
      1. Introduction
      2. Le ticket d'entrée
      3. L'installation
      4. Nouvel aspect
      5. Détails internes
      6. Quick Time X
      7. Système de fichiers
      8. Faire plus avec plus
      9. LLVM et Clang
      10. Les blocs
      11. Concurrence
      12. Grand Central Dispatch
      13. Asynchronicité
      14. Open CL
      15. La différence...
      16. Quick Time Player
      17. Le Dock
      18. Le Finder
      19. Exchange
      20. Performances
      21. Fourre tout (1)
      22. Fourre tout (2)
      23. Le futur
    4. Leopard
      1. Introduction
      2. L'héritage
      3. Nouvel aspect 1
      4. Nouvel aspect 2
      5. Le noyau
      6. 64 bits
      7. FS Events
      8. Core animation
      9. Quartz GL
      10. Core UI
      11. Détails internes
      12. Le Finder
      13. Le Dock
      14. Time Machine
      15. Performances
      16. Pot pourri
      17. Demain
    5. Tiger
      1. Introduction
      2. Retour sur le passé
      3. Nouvel aspect de Tiger
      4. Mises à jour du noyau
      5. Le lancement
      6. Les méta-données
      7. Attributs étendus
      8. Listes de contrôle d'accès
      9. Spotlight 1
      10. Spotlight 2 : analyse et potentiel
      11. Types de fichiers
      12. Méta-données : la fin
      13. Quartz
      14. Quartz 2D Extreme
      15. Core Image
      16. La vidéo sous Tiger
      17. Dashboard
      18. Le Finder
      19. Les performances
      20. Pot pourri
      21. Conclusion
    6. Panther
      1. Introduction
      2. Les précédents
      3. L'installation
      4. Nouvel aspect
      5. Performances
      6. Changement rapide d'utilisateur
      7. Gestion des fenêtres
      8. Exposé
      9. Le Finder
      10. Performance du Finder
      11. Toujours le même
      12. Safari
      13. XCode
      14. Conclusion
    7. Jaguar
      1. Introduction
      2. Le nom
      3. L'installation
      4. Modifications d'Unix
      5. Dévelopeurs...
      6. Quoi de neuf
      7. Rendezvous
      8. Quartz Extrême
      9. Performance
      10. Compositions
      11. Le Finder
      12. Applications
      13. Sherlock
      14. Le portrait
    8. Puma
      1. Prelude
      2. Introduction
      3. Installation
      4. Réglages système
      5. Performance
      6. Redimensionnement des fenêtres
      7. Utilisation de la mémoire
      8. Diagnostics de mémoire
      9. L'environnement Classique
      10. L'interface Utilisateur
      11. Le Finder
      12. Extensions de fichiers
      13. Divers, conclusion
    9. Cheeta (Mac OS X 10.0)
      1. Qu'est ce que Mac OS X
      2. Installation
      3. Le démarrage
      4. Utilisation de la RAM
      5. Performance
      6. Performance des applications
      7. Stabilité
      8. L'interface utilisateur
      9. Le Finder
      10. Le navigateur du Finder
      11. Le Finder (divers)
      12. L'interface utilisateur
      13. Os X Classique
      14. Système de fichiers
      15. Unix
      16. Applications
      17. Conclusion
    10. Les débuts de MacOsX
      1. 1999 : OSX DP2
      2. 2000 : Quartz et Aqua/a>
      3. Fin de la lune de miel
      4. la première bêta publique
      5. 2001 : Mac OS X 10.0
      6. Un investissement
    11. Finder Spatial
      1. Introduction
      2. Interfaces spatiales
      3. Le Finder spatial
      4. Le concierge
      5. Un nouveau Finder
      6. Le browser
      7. Le browser spatial
      8. Finder et méta-données
      9. Les modèles
      10. Pensées finales

Mac OS X 10.1




9- Divers.

L'environnement classique

Selon mon expérience, la performance de classique est restée à peu près identique. Il se lance un peu plus vite sous 10.1, mais la performance des applications ne semble pas s'être améliorée depuis 10.0.x. Les applications classique continuent à tourner à peu près à pleine vitesse avec quelques caractéristiques (le lancement de l'application) qui dépassent la vitesse d'un système Mac OS 9 isolé.

Cependant, l'utilisation de la mémoire dans l'environnement classique s'est améliorée sous 10.1. Comparez Mac OS 9.1.2 après un démarrage dans l'environnement classique avec 10.1 et 10.0.4 :

figure

(Vous savez tous lire ces statistiques d'utilisation de la mémoire, n'est-ce-pas ?)

Cela peut être encore mieux. Voici 10.1 et 10.0.4 faisant tourner Word dans l'environnement classique :

figure

Cela représente un progrès imposant.

Les problèmes secondaires de 10.0.x subsistent dans 10.1 mais je soupçonne que l'environnement classique aura disparu avant eux.

Audio et Vidéo

Le nouveau lecteur de DVD a été discuté précédemment, mais il y a de meilleures nouvelles pour l'audio et la vidéo sous 10.1. La performance de QuickTime, décevante sous 10.0 sur le G3/400 a fini par atteindre des niveaux acceptables. La même pub iMac en 588x440 qui sautait et bafouillait sur un G3 sans charge sous 10.0.x se déroule maintenant avec douceur à pleine vitesse. Mais le déplacement ou la minimisation de la fenêtre du lecteur l'affecte beaucoup sur le G3, et le bafouillage est de retour.

Comme sous 10.0.x, le G4 gère la lecture QuickTime bien mieux que le G3. Mais sur les deux systèmes, la sollicitation rapide du serveur de fenêtres réduit la performance de QuickTime. Sur le G3, je peux vraiment faire qu'une vidéo en cours s'arrête entièrement -audio, vidéo, tout- en agitant une fenêtre transparente du terminal sur l'écran.

L' ancienne manœuvre consistant à agiter une fenêtre transparente a pourtant perdu son pouvoir avec iTunes sous 10.1. Même sur le G3, iTunes est complètement insensible à tout abus de fenêtre que j'ai été capable de lui infliger. En fait, je n'ai pas été capable de perturber iTunes sur aucun des systèmes, sans recourir à des attaques délibérées sur le processus d'iTunes ou sur l'ensemble de l'OS (voir plus loin).

Les menus, le défilement, etc...

Le comportement des menus déroulants sous 10.1 est une grosse amélioration sur 10.0.x. Oui, ils sont encore semi-transparents, et ressemblent aussi bien (ou mal selon votre point de vue) à ce qu'ils étaient sous 10.0.x, si bien qu'il n'y a pas de triche dans ce domaine. La meilleure réactivité que j'ai observée a été associée à une mise à jour matérielle. Cela dit, la performance des menus sur le G3 sous 10.1 est presque aussi bonne que celle sur le G4 sous 10.0.x.

Alors que les menus sous Mac OS 9 sur les mêmes matériels sont encore notablement plus réactifs (particulièrement pour des menus conséquents), 10.1 est finalement arrivé à quelque chose proche de l'acceptable, pour le comportement des menus, dans la plupart des situations.

Le défilement, par ailleurs, reste décevant. Comme les opérations de composition du serveur de fenêtres, le défilement est une autre opération qui n'est pas normalement dévolue au GPU de la carte vidéo (comme c'est souvent le cas sous Mac OS classique), et cela se voit. Même sur le dual G4/450, le seul comportement acceptable de défilement se rencontre dans les applications classiques qui continuent à disposer d'une accélération matérielle dans l'environnement classique. (Mettez en route l'option de clignotement jaune dans l'application Quartz Debug, et faites défiler par exemple dans IE classique. Puis comparez avec la version native de IE pour Mac OSX, et vous verrez la différence).

Quelques applications souffrent même de problèmes de défilement hésitant, une expression que je n'ai jamais imaginée avant Mac OS X. Ouvrez l'application Informations Système, par exemple, et allez à l'onglet "Frameworks". Puis essayez seulement de faire défiler cette fenêtre pleine de texte. Sur le G3, j'ai réellement obtenu un curseur de surcharge (le disque multicolore) pendant l'essai de défilement ! J'admet que vous pouvez appeler cela un problème d'application, mais je prétends qu'il révèle quelque chose sur l'OS lui-même quand une tâche simple, comme le défilement de quelques lignes de texte dans un tableau est problématique.

Le cas le plus fréquent est tout aussi frustrant. Le défilement d'une grosse boîte aux lettres dans Mail, par exemple, est très irrégulier sur le G3. Cela ramène la navigation à une forme de jeu qui suppose de nombreuses pauses et faux pas car la liste des messages saute et hésite sur la destination voulue. (Et notez que ce problème existe que la liste soit affichée ou non avec l'anti-crénelage du texte).

Je suppose qu'Apple travaille pour renvoyer aussi le défilement sur la carte vidéo sous Mac OS X, mais 10.1 ne contient pas cette optimisation indispensable. Comme le changement de taille des fenêtres, le défilement n'est pas une caractéristique de haut niveau. Cela devrait fonctionner bien partout. Mais à la différence de la modification de taille des fenêtres, le défilement devient beaucoup moins efficace quand une méthode non opaque est utilisée ; cela devient "défiler, deviner, et relâcher". A cause de cela, l'utilisation du défilement en temps réel peut encore être recommandé dans de nombreux cas en dépit de ses mauvaises performances. Bien que le comportement du défilement soit légèrement meilleur dans certaines situations sous 10.1, le changement n'est pas assez net pour éliminer cette caractéristique de la liste des optimisations futures indispensables (ou des bogues à corriger, selon la façon dont vous voyez les choses).

Bien que le déplacement des fenêtres opaques soit devenu particulièrement régulier depuis 10.0, ce serait bien si la "pause" initiale qui intervient quand les opérations de déplacement sont lancées pouvait être minimisée. Bien sûr, ceci est en fait plus un problème de mémoire qu'une question d'optimisation vidéo. comme nous l'avons évoqué précédemment, de vilaines choses peuvent arriver quand des tampons de fenêtre sont échangés. Peut-être que le câblage de plus de mémoire tampon pour les fenêtres pourrait améliorer l'expérience de l'utilisateur sur des machines avec beaucoup de RAM.

D'autres problèmes divers de performance de l'affichage subsistent dans 10.1, sous une forme seulement un peu atténuée. La sélection multiple d'icônes sur le bureau est encore trop lente. Le déplacement de sélections (icônes, texte, etc...) continue à être plus gênant que sous Mac OS classique (qui incidemment utilise une transparence limitée dans certaines situations). L'effet génie, qui s'est beaucoup amélioré sous 10.1, continue à bégayer quand la charge est trop lourde à la fois sur le G3 et le G4. Heureusement, le nouvel effet d'échelle fournit une option moins lourde (des options... Représentez-vous cela !;-)

Contrôle de la priorité

Le contrôle de priorité, ce mécanisme selon lequel certains processus reçoivent plus ou moins d'occasions d'utiliser des cycles CPU, a été méchamment affecté sous Mac OS 10.0.X. Ce problème peut être facilement mis en évidence sous 10.0.x en utilisant un simple test de spin (un programme avec une boucle infinie) et la commande Unix nice (utilisée pour définir la priorité du processus à l'aide de la ligne de commande), comme le montre la session de terminal 10.0.4 que voici (légèrement abrégée).

figure

Comme vous le voyez, les deux processus ont bénéficié de temps de CPU comparables, bien qu'ils soient aux deux extrémités du spectre de priorité (20 est le niveau le plus bas, et -20 est le niveau le plus élevé).

Sous 10.1, le contrôle de priorité à l'aide de nice fonctionne maintenant correctement.

figure

Le processus de plus haute priorité récupère maintenant plus d'occasion d'utiliser les cycles de CPU que le processus de basse priorité.

Compte tenu des performances impressionnantes de iTunes sous 10.1 je me suis demandé s'il n'utilisait pas le nouveau contrôle de priorité de 10.1. mais le processus d'iTunes semble tourner à la même priorité (0, au milieu entre 20 et -20), comme tout autre processus utilisateur normal sous 10.1. En plus, seul le super-user (autrement dit root) peut augmenter la priorité des processus. Les utilisateurs normaux peuvent seulement l'abaisser.

Mac OS X, dit-on, accepte des priorités en temps réel, c'est à dire des priorités qui garantissent une certaine quantité de cycles de CPU par unité de temps. Est-ce que iTunes utilise un ou plusieurs threads (fils) en temps réel pour assurer le rendu de musique sans à-coup ? Je ne suis pas sûr, mais j'ai essayé de modifier sa priorité à l'aide de la commande renice, avec des résultats bizarres.

iTunes démarre au niveau de priorité utilisateur normal (0), et ne peut pas être modifié à ce stade. La seule façon dont j'ai pu le changer est en lançant une "bombe mémoire" (un processus qui alloue de la mémoire dans une boucle infinie) en tant que super-user et il a alloué plus de 600 Mo de mémoire sur le G3 qui en compte 384 avant que iTunes ne commence à bafouiller.

La réduction de la priorité à 10 (rappelez-vous que les nombres les plus élevés correspondent aux priorités les plus faibles) a rendu iTunes très susceptible au test du déplacement de Terminal transparent : le monde des à-coups.

La bizarrerie est intervenue quand j'ai augmenté la priorité (en tant que root) pour revenir à l'originale (0). Plutôt que de retrouver son état sans à-coups, iTunes est resté sensible à des actions susceptibles d'entraîner des à-coups.

Je ne suis pas sûr de ce qui se passe. S'il y avait des threads en temps réel dans iTunes, renice semble les avoir ramenés au niveau normal de priorité. Et ils ne se sont pas rétablis quand iTunes a été ramené à sa priorité originale. (Si quelqu'un sait ce qui se passe, qu'il me mette un courriel).

Quoi qu'il en soit, cela est un peu formel. La conclusion, c'est que dans son état normal, iTunes est pratiquement indestructible. Et le nouveau contrôle de priorité sera certainement utile aux hackers Unix, et aussi à l'équipe de l'OS chez Apple.

Résumé sur la performance

Dans l'ensemble, Mac OS 10.1 est effectivement plus rapide que 10.0.x, mais ce n'est quand même pas "assez rapide" dans de nombreux domaines. Presque tous les aspects de la manipulation des fenêtres restent problématiques, notamment le changement de dimension et le défilement. Alors que quelques applications (le Finder en particulier) ont fait du chemin, cela reste encore un point faible. L'utilisation de la mémoire reste vorace, bien qu'elle se soit considérablement réduite dans l'environnement classique.

Si j'avais à définir deux domaines dans lesquels 10.1 s'est le plus amélioré, je choisirais le lancement des applications et les menus déroulants. Ces deux choses devraient être immédiatement remarquées par quiconque a passé du temps sous 10.0.X, et concerneront les utilisateurs dans l'usage quotidien. Combinée avec la performance améliorée de beaucoup d'applications jointes, -Tunes sans à-coups, le lecteur amélioré de QuickTime, le lecteur de DVD qui est meilleur que son correspondant sous Mac OS 9 (quand il est utilisable)-, Mac OS 10.1 fournit dans les faits une meilleure expérience d'ensemble en ce qui concerne la performance. Mais ne croyez pas la pub selon laquelle il est plus rapide que Mac OS 9, parce que, malgré des aspects brillants, l'ensemble n'est pas à la hauteur. Mac OS X a encore un long chemin d'améliorations de performances à accomplir.

Pour plus d'informations sur les performances sous Mac OS X, voyez le document d'Apple : Inside Mac OS X : performance. (lien mis à jour).