1. John Siracusa
    1. Mountain Lion
      1. Introduction
      2. Achat et installation
      3. Changements d'interface (1)
      4. Changements d'interface (2)
      5. Changements d'interface (3)
      6. Applications (1)
      7. Applications (2)
      8. Applications (3)
      9. Applications (4)
      10. Applications (5)
      11. iCloud(1)
      12. iCloud(2)
      13. iCloud(3)
      14. Gatekeeper(1)
      15. Gatekeeper(2)
      16. Retina et HiDPI
      17. Fourre-tout (1)
      18. Fourre-tout (2)
      19. Fourre-tout (3)
      20. Fourre-tout (4)
      21. Fourre-tout (5)
      22. Fourre-tout (6)
      23. Recommandations
      24. Deux pères, un fils
    2. Lion
      1. Introduction
      2. Installation
      3. Revoir les fondamentaux
      4. Redimensionnement des fenêtres
      5. Et voici pour les cinglés
      6. La gestion des fenêtres
      7. Le modèle de document
      8. le modèle des processus
      9. Les éléments internes (1)
      10. Les éléments internes (2)
      11. ARC
      12. Le système de fichiers
      13. Ses modifications dans Lion
      14. Documents, résolution
      15. Le Finder
      16. Mail, Safari
      17. Fourre tout (1)
      18. Fourre tout (2)
      19. Recommendations
    3. Snow Leopard
      1. Introduction
      2. Le ticket d'entrée
      3. L'installation
      4. Nouvel aspect
      5. Détails internes
      6. Quick Time X
      7. Système de fichiers
      8. Faire plus avec plus
      9. LLVM et Clang
      10. Les blocs
      11. Concurrence
      12. Grand Central Dispatch
      13. Asynchronicité
      14. Open CL
      15. La différence...
      16. Quick Time Player
      17. Le Dock
      18. Le Finder
      19. Exchange
      20. Performances
      21. Fourre tout (1)
      22. Fourre tout (2)
      23. Le futur
    4. Leopard
      1. Introduction
      2. L'héritage
      3. Nouvel aspect 1
      4. Nouvel aspect 2
      5. Le noyau
      6. 64 bits
      7. FS Events
      8. Core animation
      9. Quartz GL
      10. Core UI
      11. Détails internes
      12. Le Finder
      13. Le Dock
      14. Time Machine
      15. Performances
      16. Pot pourri
      17. Demain
    5. Tiger
      1. Introduction
      2. Retour sur le passé
      3. Nouvel aspect de Tiger
      4. Mises à jour du noyau
      5. Le lancement
      6. Les méta-données
      7. Attributs étendus
      8. Listes de contrôle d'accès
      9. Spotlight 1
      10. Spotlight 2 : analyse et potentiel
      11. Types de fichiers
      12. Méta-données : la fin
      13. Quartz
      14. Quartz 2D Extreme
      15. Core Image
      16. La vidéo sous Tiger
      17. Dashboard
      18. Le Finder
      19. Les performances
      20. Pot pourri
      21. Conclusion
    6. Panther
      1. Introduction
      2. Les précédents
      3. L'installation
      4. Nouvel aspect
      5. Performances
      6. Changement rapide d'utilisateur
      7. Gestion des fenêtres
      8. Exposé
      9. Le Finder
      10. Performance du Finder
      11. Toujours le même
      12. Safari
      13. XCode
      14. Conclusion
    7. Jaguar
      1. Introduction
      2. Le nom
      3. L'installation
      4. Modifications d'Unix
      5. Dévelopeurs...
      6. Quoi de neuf
      7. Rendezvous
      8. Quartz Extrême
      9. Performance
      10. Compositions
      11. Le Finder
      12. Applications
      13. Sherlock
      14. Le portrait
    8. Puma
      1. Prelude
      2. Introduction
      3. Installation
      4. Réglages système
      5. Performance
      6. Redimensionnement des fenêtres
      7. Utilisation de la mémoire
      8. Diagnostics de mémoire
      9. L'environnement Classique
      10. L'interface Utilisateur
      11. Le Finder
      12. Extensions de fichiers
      13. Divers, conclusion
    9. Cheeta (Mac OS X 10.0)
      1. Qu'est ce que Mac OS X
      2. Installation
      3. Le démarrage
      4. Utilisation de la RAM
      5. Performance
      6. Performance des applications
      7. Stabilité
      8. L'interface utilisateur
      9. Le Finder
      10. Le navigateur du Finder
      11. Le Finder (divers)
      12. L'interface utilisateur
      13. Os X Classique
      14. Système de fichiers
      15. Unix
      16. Applications
      17. Conclusion
    10. Les débuts de MacOsX
      1. 1999 : OSX DP2
      2. 2000 : Quartz et Aqua/a>
      3. Fin de la lune de miel
      4. la première bêta publique
      5. 2001 : Mac OS X 10.0
      6. Un investissement
    11. Finder Spatial
      1. Introduction
      2. Interfaces spatiales
      3. Le Finder spatial
      4. Le concierge
      5. Un nouveau Finder
      6. Le browser
      7. Le browser spatial
      8. Finder et méta-données
      9. Les modèles
      10. Pensées finales

Mac OS X 10.1




10- L'interface utilisateur .

L'essentiel de la qualité l'interface utilisateur de Mac OS X est associé à la performance d'ensemble du système qu'on a déjà abordée. Cette section va donc se concentrer sur quelques autres sujets qui jouent un rôle très important dans l'interface utilisateur de Mac OS X : les Préférences Système, le Dock, et le Finder.

La performance est considérée comme l'une des améliorations les plus importantes de 10.1, en partie parce que l'interface utilisateur n'a pas beaucoup changé. Il y a très peu de nouvelles caractéristiques notables, notamment dans les deux applications principales, le Dock et le Finder. Cela dit, la plupart des critiques formulées sur l'interface utilisateur de Mac OS X dans les articles précédents s'applique encore à 10.1. (Et je suis sûr que certaines seront réitérées ici). Une nouvelle fois dans la brèche, chers amis...

Les Préférences Système

J'entends par là plus que l'application du même nom, dont j'ai parlé précédemment. Je vais parler des nouvelles caractéristiques et des nouveaux réglages qui affectent l'interface utilisateur au niveau du système. Les plus importants figurent ci-dessous.

Les menus système

L'une des additions les mieux venues de 10.1 est le nouveau "menu système", ou "menu extra" (pour utiliser la terminologie d'Apple) aussi évoqué précédemment. Bien que les menus extra simples fournis avec Mac OS X ne semblent pas particulièrement attractifs (par exemple, la glissière de volume audio, ou le contrôleur de batterie), c'est la base pour une modification de la barre de menus au niveau du système, qui peut avoir une influence considérable sur le futur de l'interface utilisateur de Mac OS X. Mais d'abord, un peu de retour en arrière.

Sous 10.0.x, il n'y avait aucune méthode répertoriée pour modifier la barre de menus globale. Avec le menu Pomme d'OS X, inaccessible à toute modification par l'utilisateur ou des développeurs (un concept conservé dans 10.1), la totalité de la barre de menus de 10.0.x était effectivement figée (à l'exception de l'inclusion tacite par Apple d'une horloge dans la barre de menus). Ceci était particulièrement décevant, compte tenu de la suppression du menu de basculement d'application de Mac OS 9 à l'extrémité droite de la barre de menus (à part l'horloge), sous 10.0.x.

La raison invoquée par Apple pour cette décision m'a été expliquée comme motivée par la multiplication anarchique d'éléments dans la barre de menus de Mac OS classique. Beaucoup d'applications Mac OS classique ont voulu inclure leur propre menu système, certains n'ayant qu'une valeur limitée pour l'utilisateur. Bien sûr, ces menus étaient presque tous optionnels, (bien que validés par défaut), et je n'ai jamais considéré cela comme un gros problème sous Mac OS classique.

Apparemment, c'est aussi le cas des autres utilisateurs de Macs et des développeurs, parce que beaucoup de "menus" au niveau du système sont rapidement apparus sous Mac OS X 10.0.x. Je mets "menus" entre guillemets, parce que beaucoup d'entre eux n'étaient pas des menus du tout, mais plutôt des applications avec des fenêtres sans bordure, qui s'affichaient directement par dessus la barre de menus existante. C'était un affront bien plus important à la "propreté" de l'IU que la prolifération supposée de menus (propres) au niveau du système, dans Mac OS classique, et une leçon supplémentaire que, si des utilisateurs veulent quelque chose, ils finissent par l'avoir.

Mac OS X 10.1 semble reconnaître la chose en fournissant une combinaison framework/API pour des menus système. L'expérience utilisateur qu'elle procure est tout à fait bonne. Les menus système peuvent être activés à l'aide des vitres de préférences, ou peuvent être explicitement déposées dans la barre de menus par l'utilisateur. Quand ils y sont, ils peuvent être réarrangés en déplaçant les icônes (ou les titres de ces menu avec la touche Cmd et la souris), ce qui provoque une animation de décalage semblable à celle du Dock. Cmd-Glisser une icône de menu système en dehors de la barre de menus la fait disparaître dans un petit nuage blanc analogue à celui du Dock.

Tous les menus systèmes décrits précédemment sont implémentés en utilisant cette interface, y compris l'horloge de la barre de menus. Vous pouvez presque entendre la prolifération de nouveaux menus système, et la conversion des menus existants à la nouvelle API. Apple elle-même s'y est jointe avec un menu système très utilie qui lance des scripts : des AppleScripts, des scripts Perl, ou des scripts shell. Script Menu est télé-chargeable gratuitement sur le site d'Apple.

Malheureusement, les développeurs tiers devront continuer à patauger dans le noir en tentant d'utiliser le nouveau framework du menu système (et soyez assurés qu'ils vont essayer), parce que les APIs du menu système ne sont pas publiques. A la place, Apple veut que les développeurs ajoutent cette fonctionnalité à l'aide de ce qu'elle appelle les "menus du Dock" ce qui signifie des menus associés aux icônes des applications dans le Dock (comme les nouvelles commandes de jeu dans le menu pop-up d'iTunes).

John Geleynse, le responsable technique pour l'expérience utilisateur chez Apple explique la situation ainsi :

Beaucoup d'entre vous ont demandé un mécanisme pour permettre un accès à certaines caractéristiques de votre application. Les menus du Dock sont la manière d'y parvenir. Notez que la zone des menus extra de la barre de menus n'est pas rendue disponible aux développeurs pour le moment et est réservée par Apple pour des items associés au matériel ou au réseau. Le Dock est sensé être le point d'entrée pour les développeurs en permettant ce type de fonctionnalité d'accès global..

En outre, l'installateur de 10.1 supprime les "docklings" qui avaient été fournis par Apple dans 10.0.x. Citons Geleynse à nouveau :

Les extras du Dock (Docklings) ne sont plus développés par Apple, et les APIs privées qui fournissent cette possibilité ne sont pas garanties de fonctionner après 10.1.

Les Docklings existants provenant de développeurs continuent à fonctionner sous 10.1, mais engendrent un dialogue d'alerte.

En dépit des tentatives d'Apple pour maintenir un main de fer sur l'API de modification de la nouvelle barre de menus globale, des développeurs diligents trouveront (et, en fait, ont déjà trouvé) une manière de l'utiliser. Comme je l'ai dit précédemment, il est proprement impossible de stopper le développement des applications que veulent les utilisateurs, et les utilisateurs de Macs exigent apparemment des modifications de la barre de menus globale.

Apple est dément d'essayer d'arrêter ce phénomène. Les menus du Dock, bien qu'utiles, ne remplissent pas le même besoin. Ils sont perdus dans la surcharge des fonctionnalités du Dock. J'espère que les nouvelles applications Mac OS X vont tirer parti des nouveaux menus du Dock, mais la marée des utilitaires de modification de la barre de menus globale va aussi continuer, qu'Apple le veuille ou pas. Cela comprend la moisson actuelle des remplacements du menu Apple qui dessinent directement par dessus le menu Apple (qui devra se poursuivre sous sa forme actuelle dans la mesure où la nouvelle API semble n'affecter que la partie droite de la barre de menus).

Apple se fait du tort, et aussi à ses utilisateurs, en retenant la documentation d'APIs aussi fortement recherchées. La prolifération de tentatives "aveugles" par des tiers pour utiliser ces APIs (éventuellement les changer), sans aucune documentation publique va affecter défavorablement l'expérience des utilisateurs. Un utilisateur ne veut pas savoir si "ce n'est pas dans la politique d'Apple d'autoriser pour les développeurs tiers la modification de la barre de menus globale". Les utilisateurs savent seulement que ce qui remplace le menu de changement d'application s'est brusquement planté dans Mac OS X 10.1.3.

Pas beau, Apple. Donnez aux gens ce qu'ils veulent. Rendez publique l'API de modification de la barre globale de menu.

Les Polices de caractères.

Comme je l'ai montré précédemment, il y a une nouvelle préférence système pour le lissage des polices. Malheureusement, les applications n'utilisent pas toutes ce réglage. Pire, certaines applications qui présentent un texte "non lissé" pour certaines tailles donnent des résultats médiocres. Comparez le texte qui suit, dans la même taille et la même fonte, dans l'application Mail et dans SimpleText de l'environnement classique :

figure

Notez comment le texte de OS X apparaît légèrement comprimé. Il semble que l'espacement entre les caractères a besoin d'être ajusté, et peut-être, qu'il faudrait utiliser une version bit-map pour des petites tailles. Quelque soit le problème, ma police de caractères préférées pour la liste des messages de courriel (Geneva 9 points) est beaucoup moins lisible dans l'application Mail sous OS X que dans Entourage sous OS 9. Je peux seulement espérer que la prochaine version d'Entourage pour Mac OS X gèrera mieux les choses.

A part l'option partiellement fonctionnelle pour invalider le lissage en dessous d'une certaine taille, il n'y a pas d'autres choix satisfaisants pour les polices sous 10.1. Vous ne pouvez pas choisir la police utilisée dans les menus, les dialogues, le Dock, les barres d'outils, les boîtes de dialogue Ouvrir/Enregistrer, ou le Finder. Les polices par défaut sont en général agréables à regarder, mais beaucoup d'entre elles sont beaucoup trop grandes pour mon goût. Les grandes polices utilisées dans les dialogues Ouvrir/Enregistrer ou dans le Finder sont particulièrement gênantes, car elles réduisent la quantité d'information qui peut être fournie sur une largeur donnée. Mac OS X a désespérément besoin de pouvoir ajuster la taille des polices dans l'interface, et 10.1 ne le permet pas.

L'accès au clavier.

L'accès complet à partir du clavier a été abordé précédemment, mais on peut y revenir. Si ce n'était pour son implémentation boguée, cette caractéristique serait un beau coup pour 10.1. J'espère que les bogues vont être éliminées dans les prochaines livraisons 10.0.x.

Les autres formes d'accès au clavier continuent à languir. Certaines boîtes de dialogue Ouvrir/Enregistrer répondent maintenant correctement à une entrée clavier, et permettent la navigation sur la vue en colonne miniaturisée avec les flèches : haut et bas pour se déplacer dans la liste, et droite et gauche pour monter ou descendre dans la hiérarchie. Taper les premières lettres d'un nom de fichier ou de dossier fait aussi défiler la liste sélectionnée jusqu'à la position voulue. Malheureusement, la touche retour n'ouvre pas l'item ou le dossier sélectionné, ce qui oblige à passer par les touches fléchées, et, plus ennuyeux, s'écarte de l'expérience de navigation à l'aide du clavier dans le dialogue Ouvrir/Enregistrer.

J'ai dit que "certains" dialogues Ouvrir/Enregistrer répondent maintenant correctement aux entrées clavier parce que certaines autres continuent simplement à débloquer. La vidéo ci-dessous montre la boîte de dialogue Ouvrir de l'application Acrobat Reader livrée avec 10.1. A partir de la position de départ dans la vidéo, j'ai simplement tapé les lettres "a-r-s" pour essayer de sélectionner le dossier "Ars Technica" dans la liste. Voyez ce qui arrive.

Comme vous le voyez, je suis tout le temps renvoyé à la racine du système de fichiers, et l'une des flèches de la liste de fichiers s'est inscrite au sommet de la bordure gauche du dialogue (on le voit mieux sur la version agrandie). Cette bogue existe depuis 10.0, et est toujours présente sous 10.1.

Notez aussi que la liste des fichiers permet à des items d'être partiellement cachés dans la liste (voyez le dossier "Sites"" dans la vitre de droite au début de la vidéo) plutôt que de s'ajuster à un nombre entier d'items, une autre bogue embêtante.

(Note du traducteur : cette vidéo n'est plus fonctionnelle sur les Macs actuels -QuickTime oblige ?-, et n'a donc pas été reportée ici).

La gestion des fenêtres

Il n'y a encore aucun moyen de minimiser une fenêtre sur place sous 10.1. La seule fonction de minimisation de fenêtre qui déplace la minimisation dans le Dock, continue à être loin de l'idéal dans de nombreux cas (par exemple, apparition derrière une fenêtre, ou minimisation et restauration de plusieurs fenêtres rapidement, sans recourir au Dock). Cela oblige aussi quelqu'un qui veut minimiser une fenêtre à utiliser le Dock, sans considérer s'il veut ou non cette complication, ou s'il veut ou non recourir au Dock. Au travail, je suis obligé de maintenir le Dock visible en permanence parce que je n'aime pas le délai et le fléchage incertain que fournit un Dock caché, et que j'ai besoin de minimiser des fenêtres.

Un bon utilitaire pour minimiser une fenêtre sur place trouverait sans doute beaucoup d'utilisateurs (et peut-être d'acheteurs) dans la communauté Mac. J'espère que quelqu'un est en train de travailler là dessus, parce que Apple ( comme c'est maintenant l'habitude) semble s'en laver les mains en dépit de la forte demande de la communauté d'utilisateurs.

Les règles de superposition des fenêtres de 10.0 ont été conservées sous 10.1. Le utilisateurs qui préfèrent une superposition par application doivent une nouvelle fois se tourner vers des logiciels tiers pour permettre cette possibilité.

Le Dock

Le peu de modifications fonctionnelles du Dock dans 10.1 a été abordé précédemment. La possibilité de changer la position du Dock est la chose la plus significative pour les utilisateurs qui veulent le Dock ailleurs qu'en bas. Mais la nature essentielle du Dock demeure inchangée. Alors que son objet principal comme simplification de l'interface demeure remarquable, il est encore surchargé par des fonctionnalités qui seraient mieux utiles aux utilisateurs dans des widgets spécialisés de l'interface.

Il y a beaucoup d'applications tierces qui étendent l'interface utilisateur d'OS X, mais aucune ne peut remplacer le Dock entièrement, parce qu'aucune ne peut contrôler la minimisation de fenêtre à la manière dont le fait le Dock. Et les applications qui proposent des portions de fonctionnalité du Dock d'une façon plus spécialisée (disons une palette spécifique pour le changement d'application) ne suppriment pas ces fonctions du Dock. L'interface qui en résulte porte encore plus à confusion (car il y a alors deux listes d'applications qui fonctionnent sur l'écran à tout moment).

En même temps que plus d'applications tirent mieux parti des fonctionnalités du Dock, (par exemple iTunes avec ses nouvelles fonctions pop-up, ou l'application d'impression avec l'affichage d'état amélioré), l'impossibilité de contrôler ce Dock monolithique à tout faire continue à empêcher l'environnement utilisateur de Mac OS X de répondre aux besoins de nombreux utilisateurs. Un Dock plus personnalisable ou même un certain nombre de Docks plus spécialisés, serait de nature à rendre l'interface utilisateur d'OS X plus flexible et plus puissante.

Une dernière critique : les icônes du Dock sont encore réduites à des taches de couleurs graisseuses et indéchiffrables quand le Dock est rendu très petit, en dépit de l'existence de ressource d'icônes pré-dessinées à des tailles très proches (la ressource "icns" en 16 x 16). Cela rend le Dock à la fois moins attractif et moins utiles dans des petites tailles.

figure

Les taches minuscules du Dock