1. John Siracusa
    1. Mountain Lion
      1. Introduction
      2. Achat et installation
      3. Changements d'interface (1)
      4. Changements d'interface (2)
      5. Changements d'interface (3)
      6. Applications (1)
      7. Applications (2)
      8. Applications (3)
      9. Applications (4)
      10. Applications (5)
      11. iCloud(1)
      12. iCloud(2)
      13. iCloud(3)
      14. Gatekeeper(1)
      15. Gatekeeper(2)
      16. Retina et HiDPI
      17. Fourre-tout (1)
      18. Fourre-tout (2)
      19. Fourre-tout (3)
      20. Fourre-tout (4)
      21. Fourre-tout (5)
      22. Fourre-tout (6)
      23. Recommandations
      24. Deux pères, un fils
    2. Lion
      1. Introduction
      2. Installation
      3. Revoir les fondamentaux
      4. Redimensionnement des fenêtres
      5. Et voici pour les cinglés
      6. La gestion des fenêtres
      7. Le modèle de document
      8. le modèle des processus
      9. Les éléments internes (1)
      10. Les éléments internes (2)
      11. ARC
      12. Le système de fichiers
      13. Ses modifications dans Lion
      14. Documents, résolution
      15. Le Finder
      16. Mail, Safari
      17. Fourre tout (1)
      18. Fourre tout (2)
      19. Recommendations
    3. Snow Leopard
      1. Introduction
      2. Le ticket d'entrée
      3. L'installation
      4. Nouvel aspect
      5. Détails internes
      6. Quick Time X
      7. Système de fichiers
      8. Faire plus avec plus
      9. LLVM et Clang
      10. Les blocs
      11. Concurrence
      12. Grand Central Dispatch
      13. Asynchronicité
      14. Open CL
      15. La différence...
      16. Quick Time Player
      17. Le Dock
      18. Le Finder
      19. Exchange
      20. Performances
      21. Fourre tout (1)
      22. Fourre tout (2)
      23. Le futur
    4. Leopard
      1. Introduction
      2. L'héritage
      3. Nouvel aspect 1
      4. Nouvel aspect 2
      5. Le noyau
      6. 64 bits
      7. FS Events
      8. Core animation
      9. Quartz GL
      10. Core UI
      11. Détails internes
      12. Le Finder
      13. Le Dock
      14. Time Machine
      15. Performances
      16. Pot pourri
      17. Demain
    5. Tiger
      1. Introduction
      2. Retour sur le passé
      3. Nouvel aspect de Tiger
      4. Mises à jour du noyau
      5. Le lancement
      6. Les méta-données
      7. Attributs étendus
      8. Listes de contrôle d'accès
      9. Spotlight 1
      10. Spotlight 2 : analyse et potentiel
      11. Types de fichiers
      12. Méta-données : la fin
      13. Quartz
      14. Quartz 2D Extreme
      15. Core Image
      16. La vidéo sous Tiger
      17. Dashboard
      18. Le Finder
      19. Les performances
      20. Pot pourri
      21. Conclusion
    6. Panther
      1. Introduction
      2. Les précédents
      3. L'installation
      4. Nouvel aspect
      5. Performances
      6. Changement rapide d'utilisateur
      7. Gestion des fenêtres
      8. Exposé
      9. Le Finder
      10. Performance du Finder
      11. Toujours le même
      12. Safari
      13. XCode
      14. Conclusion
    7. Jaguar
      1. Introduction
      2. Le nom
      3. L'installation
      4. Modifications d'Unix
      5. Dévelopeurs...
      6. Quoi de neuf
      7. Rendezvous
      8. Quartz Extrême
      9. Performance
      10. Compositions
      11. Le Finder
      12. Applications
      13. Sherlock
      14. Le portrait
    8. Puma
      1. Prelude
      2. Introduction
      3. Installation
      4. Réglages système
      5. Performance
      6. Redimensionnement des fenêtres
      7. Utilisation de la mémoire
      8. Diagnostics de mémoire
      9. L'environnement Classique
      10. L'interface Utilisateur
      11. Le Finder
      12. Extensions de fichiers
      13. Divers, conclusion
    9. Cheeta (Mac OS X 10.0)
      1. Qu'est ce que Mac OS X
      2. Installation
      3. Le démarrage
      4. Utilisation de la RAM
      5. Performance
      6. Performance des applications
      7. Stabilité
      8. L'interface utilisateur
      9. Le Finder
      10. Le navigateur du Finder
      11. Le Finder (divers)
      12. L'interface utilisateur
      13. Os X Classique
      14. Système de fichiers
      15. Unix
      16. Applications
      17. Conclusion
    10. Les débuts de MacOsX
      1. 1999 : OSX DP2
      2. 2000 : Quartz et Aqua/a>
      3. Fin de la lune de miel
      4. la première bêta publique
      5. 2001 : Mac OS X 10.0
      6. Un investissement
    11. Finder Spatial
      1. Introduction
      2. Interfaces spatiales
      3. Le Finder spatial
      4. Le concierge
      5. Un nouveau Finder
      6. Le browser
      7. Le browser spatial
      8. Finder et méta-données
      9. Les modèles
      10. Pensées finales

Panther (4)







Le nouveau visage de Panther

Le processus de création sans compromis dont j'ai parlé précédemment s'étend aussi à l'aspect et au ressenti de l'OS lui-même. Disons que les choses sont différentes de façon subtile sous Panther. Commençons par les menus.

figure

Négligez les items supplémentaires, les raccourcis et les différences d'espacement, et concentrez-vous sur le lignage. Les lignes sont pratiquement invisibles sous Panther en fond de menu. C'est vrai partout où le fond de lignage générique est utilisé dans l'OS. Le lignage de Panther est si subtile que Jaguar semble vraiment incongru en comparaison. Si vous n'êtes pas d'accord, essayez seulement de revenir à Jaguar après avoir utilisé Panther pendant quelque jours.

Notez aussi que les séparateurs des items de menu sont revenus sous Panther à leur aspect de Mac OS classique. Alors que Jaguar utilisait un espace vide, Panther affiche maintenant de vraies lignes. Dans l'ensemble, je préfère de beaucoup l'aspect de Panther pour les menus.

Le gestionnaire de menus de Panther s'est grandement amélioré, en particulier pour l'affichage des menus pop-up en bas ou en haut de l'écran. Les versions précédentes de Mac OS X avaient tendance à afficher des des menus bizarrement tronqués dans certaines situations, ce qui obligeait à un défilement inutile. Les sous-menus ne sont plus limités à une profondeur de 5 niveaux.

Alors que le lignage a été fortement atténué dans le fond d'Aqua, il a été complètement éliminé des barres de titre.

figure

Je ne suis pas enthousiasmé par ce changement, principalement pour des raisons sentimentales. Les barres de titre du Mac ont toujours présenté un lignage d'une forme ou d'une autre, et le lignage généralisé d'Aqua m'est un agréable hommage. Mais si le lignage doit être supprimé ou atténué, je me serais attendu à ce que le dernier bastion en soit la barre de titre des fenêtres. D'abord, on supprime le Mac réjoui, et maintenant, cela ? C'est presque trop à supporter pour un traditionaliste du Mac. Mais j'ai dis précédemment "sans compromis", n'est-ce pas ?

La lisibilité de la barre de titre est améliorées par la suppression du lignage, mais les lignes n'ont de toute façon jamais été affichées sous le titre dans Mac OS classique. Si le but était une meilleure lisibilité, il n'y avait pas lieu de supprimer le lignage entièrement. A moins qu'on oublie...

figure

Notez aussi que les widgets des fenêtres de Panther ne "flottent" plus au dessus de la fenêtre mais semblent plutôt enfoncés dedans. Je préfère les widgets qui flottent plutôt que ceux qui sont enfoncés. Si Apple insiste pour utiliser des widgets enfoncés, je préfère l'aspect des widgets graphiques de l'utilitaire Smooth Stripe (1) au choix d'Apple. (Quoi, vous ne voyez pas la différence immédiatement ? Diantre !)

La sélection des icônes dans le Finder s'est modifiée sous Panther. Vous pouvez voir la comparaison avec Jaguar ci-dessous.

figure

Alors que Jaguar assombrit l'icône et ne renforce pas le nom, Panther ne change pas l'icône, mais rajoute un fond à la fois à l'icône et au nom. Le renforcement de Panther est plus fiable, parce que rien ne garantit qu'un simple assombrissement d'une icône puisse être identifié comme un changement visible (imaginez une icône noire). Il n'est pas non plus facile de dire si une icône a été assombrie, (ou éclaircie, ou inversée, ou a subi tout autre changement de couleur) à moins que vous n'ayez une idée claire de l'aspect qu'elle avait à l'origine.

Panther se donne beaucoup de mal pour éviter ce genre de "renforcements invisibles", en procurant une teinte semi-transparente pour le fond de l'icône en même temps qu'un contour en couleur, du moins un de ceux qui sera toujours visible par dessus n'importe quelle couleur de fond.

Le renforcement sous Panther est beaucoup plus visible que celui de Jaguar, ce qui est le but du renforcement. Certains estiment que le renforcement sous Panther est vilain et maladroit, mais la dernière chose dont Apple a besoin, c'est une réaction négative quand elle privilégie la facilité d'usage à l'esthétique dans les modifications de Mac OS X.

Beaucoup d'icônes de Panther diffèrent aussi de façon subtile. Voici simplement deux exemples. (si votre butineur web ne supporte pas les images PNG, salut l'année 2003 ! rejoignez nous !)

figure

Est-ce que ces icône sont si différentes qu'elles méritaient d'être re-dessinées ? La petite augmentation en taille peut être liée à la facilité d'utilisation, mais ce n'est pas que les vieilles icônes étaient mauvaises ou étaient plus difficiles à identifier que les nouvelles. En fait, le contraste a été réduit dans la nouvelle icône des Préférences Système. Je remarque un peu de "changement pour changer" qui s'insinue dans l'aspect et le comportement de Panther. Cela peut être acceptable, et même admirable dans ce monde de marketing et de marques, mais c'est une porte étroite à franchir dans l'interface utilisateur du produit.

Est-ce qu'Apple a franchi cette porte pour Panther ? Voyez les copies d'écran de la vitre des Préférences du Son sous Jaguar, qui montre le widget d'onglet d'Aqua.

figure

Le widget onglet de Jaguar

Je vous l'accorde, le lignage d'Aqua semble un peu incongru quand on a vu l'aspect plus subtile de Panther, mais ces onglets me satisfaisaient. Voyez maintenant le widget onglet sous Panther.

figure

Le widget onglet de Panther

Oui, c'est le même onglet, pas un widget entièrement nouveau. En plus de ne pas ressembler à un onglet, la vitre elle-même s'est modifiée, passant d'un plan rectangulaire flottant à un espace enfoncé avec des coins arrondis. (Remarquez aussi que la glissière a changé et est devenue plus fine sous Panther).

J'attends encore une explication convaincante pour ce nouvel aspect des onglets. La session correspondante de la WWDC (1) n'est pas claire. La modification a été présentée comme si le nouveau design est si évidemment meilleur que l'ancien, qu'une simple description de la différence vaut explication du raisonnement sous-jacent.

La conséquence de ces modifications est qu'il y a plus de gris dans les onglets partout dans l'OS. Les onglets de Panther deviennent même plus foncés quand ils sont imbriqués (ce n'est pas simplement une illusion optique).

figure

Les vues en onglet imbriquées deviennent de plus en plus foncées.

Cela donne à Panther un aspect un peu plus sombre, ce qui peut être meilleur pour les yeux. Pour moi, cela ressemble un peu à Windows 95, mais Windows 95 lui-même ressemblait nettement à NeXT, si bien qu'on est en famille, je suppose.

Panther rajoute un nouveau contrôle de taille "mini". Voyez :

figure

Widgets en taille mini : taille réelle

Non, cette image n'est pas réduite. Il y a maintenant trois tailles pour la plupart des widgets sous Mac OS X : Normale, petite et mini. Les widgets mini ont été réclamés par des vendeurs d'applications, qui avaient besoin de loger un tas de contrôles dans un espace restreint (par exemple, une application de modelage 3D avec beaucoup de palettes flottantes). Vous pouvez voir quelques exemples des gains considérables d'espace fournis par les contrôles mini dans les AHIG (Apple Human Interface Guidelines). Remarquez aussi la nouvelle glissière circulaire.

C'est bien de voir Apple répondre aux besoins des développeurs. Pendant des années, du règne de Mac OS Classique, les développeurs étaient obligés de créer des contrôles personnalisés pour des widgets d'un usage si commun qu'ils auraient dû être ajoutés à l'OS depuis longtemps. Mac OS X a complètement renversé les choses, ce qui profite aux développeurs, aux utilisateurs, et à Apple elle-même.

Le widget barre d'outils renforce maintenant l'item actif quand il est utilisé comme sélecteur de vitre dans les Préférences Système. (Dans la copie d'écran ci-dessous, l'icône la plus à gauche est sélectionnée.)

figure

Les Préférences Système.

Eh oui, les préférences systèmes ont encore une fois été réorganisées. Je trouve que, à un moment donné, quelqu'un devra prendre une décision définitive sur ce point. Trois ans auraient dû suffire pour le faire. Bon sang ! Quoi qu'il en soit, vous pouvez réorganiser les choses par ordre alphabétique, si vous n'aimez pas la catégorisation-du-jour de Panther. Notez aussi l'alternance de plages plus sombre du fond qui rend les catégories plus visibles.

En s'écartant un peu de l'aspect et du comportement, on peut voir que plusieurs vitres de préférences ont été renommées (Internet devient .Mac, Général devient Apparence, etc...) ou regroupées (Clavier et Souris, Bureau et économiseur d'écran) pour faire de la place à quelques nouvelles vitres. Panther permet aussi d'ajouter des vitres de préférences tierces en les glissant dans la fenêtre des Préférences Système (un dialogue surgit et demande si l'installation vaut pour le système ou pour l'utilisateur courant), et de les supprimer à l'aide d'un clic droit sur l'icône de la vitre correspondante.

Les règles changeantes d'Apple concernant où et quand utiliser l' aspect en métal brossé ont encore une fois changé pour Panther. Les nouvelles règles se trouvent sur le site d'Apple (1). Voici ce qu'ils en disent cette année :

Vous pouvez utiliser une fenêtre en métal brossé si votre application :
• Fournit une interface pour un périphérique numérique, comme un appareil photo, ou une interface pour gérer des données partagées par des périphériques numériques -iPhoto ou iSync, par exemple?
• S'efforce de recréer un périphérique physique familier -une calculette ou un lecteur de DVD par exemple.
• Fournit une liste de sources pour une information de navigation - par exemple iTunes ou le Finder.

Une "liste de sources" est définie de la façon suivante :

Une liste de sources est une portion de fenêtre définie par un séparateur mobile de vitre, qui fournit aux utilisateurs un moyen de naviguer parmi des données. Utilisez une liste de sources quand les données qu'elle contient représentent le moyen principal de naviguer à l'intérieur de l'application, comme dans iTunes ou le Finder. Les utilisateurs sélectionnent dans la liste de source les objets sur lesquels ils agissent dans la portion principale de la fenêtre.

Comme d' autres l'ont souligné, selon cette logique, les applications Apple ne rentrent pas encore dans ces règles. Il est tout à fait clair que maintenant, ces règles sont une tentative d'Apple pour justifier ses choix, qui malheureusement semblent changer à chaque version de l'OS. Il y a aussi plusieurs variantes de l'aspect en métal brossé, comme le montre ce forum. Quel bordel !

Le raccourci Cmd-Tab propose maintenant un dispositif intéressant pour passer d'une application à une autre.

figure

Le nouveau changeur d'applications de Panther.

Cela représente une grosse amélioration sur les versions précédentes de Mac OS X qui essayaient d'utiliser le Dock à cet effet (comme s'il n'avait pas déjà assez à faire). Essayer d'identifier un renforcement minime qui apparaît parmi les autres icônes du Dock (les applications inactives) est très difficile. Il n'est même pas évident que vous deviez regarder d'abord dans le Dock. Mais l'implémentation de Panther ne manque de rien.

Pour finir, Panther inclut sa dose obligatoire de nouvelles animations hi-tech. En voici deux. D'abord, l'animation de feuille qui surgit a été légèrement modifiée.

figure

L'animation des nouvelles feuilles sous Panther (reportez-vous au texte en anglais pour voir l'animation ; cliquez pour lancer, et faites fonctionner en pas à pas )

Parcourez l'animation image par image si cela est trop rapide. Les feuilles se déroulent trop rapidement sous Panther. Cette nouvelle animation déroulante n'est utilisée que dans quelques situations, apparemment en fonction de la taille de la feuille relativement à la fenêtre et au type de fenêtre (métal ou Aqua). C'est branché.

Le lancement des applications s'accompagne maintenant d'une animation avec zoom et extinction.

figure

La nouvelle animation de lancement d'une application sous Panther (reportez-vous au texte en anglais pour voir l'animation ; cliquez pour lancer, et faites fonctionner en pas à pas).

Des choses de ce genre ne sont que du tape à l'œil, mais il n'y a pratiquement aucun impact sur la performance. Même mon G3/400 n'a pas bronché en montrant ces animations. Une option pour supprimer ces caractéristiques pourrait faire apparaître l'OS encore plus rapide, mais ce serait aussi un peu moins amusant. L'absence de réglage signifie qu'Apple a fait le choix pour vous, pour le meilleur et pour le pire.

en aparté, notez que les fenêtres du Finder (comme celle montrée ci-dessus) n'ont pas du tout de barre de défilement quand le contenu tient entièrement dans la fenêtre. Les règles d'interface de Mac OS classique considéraient que c'est une mauvaise idée, et je suis d'accord. Les barres de défilement devraient être visibles, mais inactives, quand il n'y a rien à faire défiler. Des contrôles qui apparaissent et disparaissent , qui mangent une partie du contenu de la fenêtre, ce n'est pas ma conception d'une interface agréable à l'utilisateur.

Conclusion sur le nouveau visage de Panther

Il y a beaucoup plus de modifications que celles mentionnées ci-dessus, mais j'espère que vous avez compris. Dans l'ensemble, le nouveau visage de Panther est une amélioration sur Jaguar en termes de facilité d'usage, en même temps qu'il perd un peu en esthétique (selon moi, bien sûr). Je ne suis pas un enthousiaste des barres de titre sans lignage, ou des portions en gris plus sombre, mais le lignage plus ténu compense largement ces modifications.

Cependant, le gâchis dans l'aspect et dans le comportement de l'OS m'interpelle. D'un côté, vous avez Mac classique que n'a pas changé l'aspect de ses widgets depuis des années, et à l'autre extrême, vous avec Mac OS X qui semble déterminé à changer chaque année. Un juste milieu serait souhaitable, ou du moins une explication satisfaisante de toutes ces modifications.

Les nouveaux onglets ont la palme. Ce n'est pas qu'il s'agisse d'un mauvais contrôle, ou qu'ils soient moches, mais ils ne ressemblent pas vraiment à des "onglets". Qu'y avait-il de si mauvais avec l'ancien widget ? Est-ce que c'est l'utilisation le plus efficace des ressources d'Apple pour la conception de l'interface ? Je trouve tout cela un peu troublant.

Je suppose que les troubles pour l'un sont une source d'excitation pour un autre. Mais je suis beaucoup plus intéressé par une facilité d'usage améliorée que par des modifications d'aspect et de comportement secondaires. On se demande aussi pourquoi Apple aurait tout le plaisir. L'acceptation officielle de thèmes tiers serait une bonne chose, mais je ne retiens pas mon souffle.


(1) Note du traducteur : les liens vers les pages qui n'existent plus n'ont pas été reportés. Voyez le texte original si vous voulez les connaître, mais cela ne vous servira pas à grand chose...