1. John Siracusa
    1. Mountain Lion
      1. Introduction
      2. Achat et installation
      3. Changements d'interface (1)
      4. Changements d'interface (2)
      5. Changements d'interface (3)
      6. Applications (1)
      7. Applications (2)
      8. Applications (3)
      9. Applications (4)
      10. Applications (5)
      11. iCloud(1)
      12. iCloud(2)
      13. iCloud(3)
      14. Gatekeeper(1)
      15. Gatekeeper(2)
      16. Retina et HiDPI
      17. Fourre-tout (1)
      18. Fourre-tout (2)
      19. Fourre-tout (3)
      20. Fourre-tout (4)
      21. Fourre-tout (5)
      22. Fourre-tout (6)
      23. Recommandations
      24. Deux pères, un fils
    2. Lion
      1. Introduction
      2. Installation
      3. Revoir les fondamentaux
      4. Redimensionnement des fenêtres
      5. Et voici pour les cinglés
      6. La gestion des fenêtres
      7. Le modèle de document
      8. le modèle des processus
      9. Les éléments internes (1)
      10. Les éléments internes (2)
      11. ARC
      12. Le système de fichiers
      13. Ses modifications dans Lion
      14. Documents, résolution
      15. Le Finder
      16. Mail, Safari
      17. Fourre tout (1)
      18. Fourre tout (2)
      19. Recommendations
    3. Snow Leopard
      1. Introduction
      2. Le ticket d'entrée
      3. L'installation
      4. Nouvel aspect
      5. Détails internes
      6. Quick Time X
      7. Système de fichiers
      8. Faire plus avec plus
      9. LLVM et Clang
      10. Les blocs
      11. Concurrence
      12. Grand Central Dispatch
      13. Asynchronicité
      14. Open CL
      15. La différence...
      16. Quick Time Player
      17. Le Dock
      18. Le Finder
      19. Exchange
      20. Performances
      21. Fourre tout (1)
      22. Fourre tout (2)
      23. Le futur
    4. Leopard
      1. Introduction
      2. L'héritage
      3. Nouvel aspect 1
      4. Nouvel aspect 2
      5. Le noyau
      6. 64 bits
      7. FS Events
      8. Core animation
      9. Quartz GL
      10. Core UI
      11. Détails internes
      12. Le Finder
      13. Le Dock
      14. Time Machine
      15. Performances
      16. Pot pourri
      17. Demain
    5. Tiger
      1. Introduction
      2. Retour sur le passé
      3. Nouvel aspect de Tiger
      4. Mises à jour du noyau
      5. Le lancement
      6. Les méta-données
      7. Attributs étendus
      8. Listes de contrôle d'accès
      9. Spotlight 1
      10. Spotlight 2 : analyse et potentiel
      11. Types de fichiers
      12. Méta-données : la fin
      13. Quartz
      14. Quartz 2D Extreme
      15. Core Image
      16. La vidéo sous Tiger
      17. Dashboard
      18. Le Finder
      19. Les performances
      20. Pot pourri
      21. Conclusion
    6. Panther
      1. Introduction
      2. Les précédents
      3. L'installation
      4. Nouvel aspect
      5. Performances
      6. Changement rapide d'utilisateur
      7. Gestion des fenêtres
      8. Exposé
      9. Le Finder
      10. Performance du Finder
      11. Toujours le même
      12. Safari
      13. XCode
      14. Conclusion
    7. Jaguar
      1. Introduction
      2. Le nom
      3. L'installation
      4. Modifications d'Unix
      5. Dévelopeurs...
      6. Quoi de neuf
      7. Rendezvous
      8. Quartz Extrême
      9. Performance
      10. Compositions
      11. Le Finder
      12. Applications
      13. Sherlock
      14. Le portrait
    8. Puma
      1. Prelude
      2. Introduction
      3. Installation
      4. Réglages système
      5. Performance
      6. Redimensionnement des fenêtres
      7. Utilisation de la mémoire
      8. Diagnostics de mémoire
      9. L'environnement Classique
      10. L'interface Utilisateur
      11. Le Finder
      12. Extensions de fichiers
      13. Divers, conclusion
    9. Cheeta (Mac OS X 10.0)
      1. Qu'est ce que Mac OS X
      2. Installation
      3. Le démarrage
      4. Utilisation de la RAM
      5. Performance
      6. Performance des applications
      7. Stabilité
      8. L'interface utilisateur
      9. Le Finder
      10. Le navigateur du Finder
      11. Le Finder (divers)
      12. L'interface utilisateur
      13. Os X Classique
      14. Système de fichiers
      15. Unix
      16. Applications
      17. Conclusion
    10. Les débuts de MacOsX
      1. 1999 : OSX DP2
      2. 2000 : Quartz et Aqua/a>
      3. Fin de la lune de miel
      4. la première bêta publique
      5. 2001 : Mac OS X 10.0
      6. Un investissement
    11. Finder Spatial
      1. Introduction
      2. Interfaces spatiales
      3. Le Finder spatial
      4. Le concierge
      5. Un nouveau Finder
      6. Le browser
      7. Le browser spatial
      8. Finder et méta-données
      9. Les modèles
      10. Pensées finales

Panther (6)







Le basculement rapide d'utilisateur

De toutes les nouvelles caractéristiques de Panther, le basculement rapide d'utilisateur fait la plus grosse différence dans mon utilisation de l'ordinateur à la maison. Le basculement rapide d'utilisateur (1) est le nom donné par Apple à une caractéristique qui permet simultanément plus d'un login en IUG sur un seul Mac. Cela semble sans intérêt, mais chez moi, c'est du sérieux.

Disons que je suis en train d'écrire un article pour un certain site web. J'ai la source HTML ouverte dans BBEdit, un paquet d'images ouvertes dans Photoshop, et beaucoup de fenêtres Safari ouvertes sur des sites web associés au Mac, et d'autres choses que j'envisage de lier dans l'article. J'ai aussi une application email et un client IM en route, iTunes qui fait de la musique, et d'autres choses. Alors, mon épouse veut "utiliser l'ordinateur pour une seconde".

Le seul fait d'avoir des comptes multiples sous Mac OS X fait que mon épouse peut avoir son propre monde à elle : ses propres onglets, son courriel, ses comptes IM (Instant Messaging), sa collection de musique, et ainsi de suite. Mais dans la situation décrite ci-dessus, je suis obligé de fermer chaque fenêtre et chaque application que j'ai passé des heures à mettre en place dans un environnement de travail confortable, simplement pour permettre à mon épouse de vérifier son courriel. Si bien que nous en sommes arrivés à séparer les applications, les siennes et les miennes, dans un compromis de style Mac OS X classique. J'utilise Fire, et elle utilise iChat, j'utilise Entourage, et elle utilise Apple Mail, et ainsi de suite, tout à l'intérieur de mon compte Mac OS X. Voilà pour des "mondes séparés". figure

Panther résout ce problème en autorisant chacun de nous à être logué simultanément dans des comptes séparés. Mon épouse peut passer sur son compte et tester son courriel en quelques secondes à l'aide d'un menu. Il y a même une élégante animation (1) lors du basculement. Quand elle a fini, je peux revenir sur mon compte et tout se retrouve exactement comme je l'avais laissé. Ah, c'est chouette.

Il y a quelques faux plis. Un mot de passe doit être fourni pour passer à un compte différent. Seuls les comptes qui n'ont pas de mot de passe peuvent être basculés de l'un à l'autre sans mot de passe (comme on le voit dans la vidéo) (1). Comme c'est tout à fait stupide de créer des comptes sans mot de passe, cela signifie que chaque basculement doit s'accompagner de l'entrée d'un mot de passe.

La solution (et la façon dont j'espère que ça peut marcher) est d'avoir un réglage pour chaque compte qui (de façon optionnelle) permet le basculement sans mot de passe une fois que le login s'est fait. Une alternative plus compliquée est d'introduire un contrôle d'accès plus fin qui permette à chaque compte de définir quels autres comptes peuvent intervenir sans entrer de mot de passe (bien sûr, après un premier login).

D'autres problèmes plus épineux interviennent aussi au démarrage du basculement rapide d'utilisateur d'un compte à un autre. Certaines applications ne sont pas faites pour être utilisées par plus d'un utilisateur simultanément, et peuvent se comporter de façon erratique. D'autres prennent en compte le basculement rapide, mais ne sont pas capable de (ou ne savent pas comment) gérer simultanément des utilisateurs multiples et se contentent seulement d'autoriser un utilisateur à la fois. iTunes est un exemple de ces applications qui (sans doute momentanément) ne marche pas correctement avec le basculement rapide d'utilisateur.

Mais la question n'est pas tant d'autoriser plus d'un utilisateur à jouer simultanément un air de musique avec iTunes. Qu'en est-il de l'accès aux périphériques ? Disons que je commence à graver un CD, puis que j'autorise mon épouse à passer rapidement sur son compte. Peut-elle éjecter le CD pendant la gravure ? Que se passe-t-il quand la gravure est finie ? La gestion des décisions est au moins aussi complexe que l'implémentation.

Je m'attends à ce que ces problèmes soient résolus dans l'avenir. Pour l'instant, je suis ravi que cette caractéristique existe déjà. Je peux même accepter de rentrer plusieurs fois mon mot de passe, au moins jusqu'à la prochaine version majeure.

Il y a une autre limitation implicite au basculement rapide d'utilisateur. Deux utilisateurs logués simultanément utilisent plus de ressources, en particulier plus de mémoire. Pas deux fois plus, bien sûr, grâce au système moderne de mémoire virtuelle et à l'éditeur de liens dynamique, mais vous remplirez la RAM rapidement si vous cherchez à maintenir une famille de cinq personnes loguées simultanément. On peut accepter une certaine pagination, quand on bascule vers un utilisateur qui n'a pas été actif depuis un moment, mais vous avez réellement besoin de plus de mémoire. (N'est-ce pas toujours le cas ?)

Les cycles CPU ne sont pas aussi critiques, puisque il est vraisemblable que les utilisateurs inactifs font peu de choses susceptibles d'utiliser intensément des cycles de processeurs (ou normalement, ne font rien du tout). Mais si un utilisateur utilise un CD, et un autre encode des fichiers MPEG2, ne vous attendez pas à de grandes performances pendant le tracé 3D de l'utilisateur "actif". Après tout, on ne peut pas avoir le beurre et l'argent du beurre.

Si l'un de vos Macs est utilisé par plus d'une personne, le changement rapide d'utilisateur va vous changer la vie. Comme Steve Jobs le précisait lors de la première démonstration de Panther, c'est une caractéristique que Windows a eue d'abord. Mais comme on dit, (une chose qui s'applique à beaucoup des réalisations d'Apple pendant ces dernières années), mieux vaut tard que jamais.


(1) Note du traducteur : les liens vers les pages qui n'existent plus n'ont pas été reportés. Voyez le texte original si vous voulez les connaître, mais cela ne vous servira pas à grand chose...