1. John Siracusa
    1. Mountain Lion
      1. Introduction
      2. Achat et installation
      3. Changements d'interface (1)
      4. Changements d'interface (2)
      5. Changements d'interface (3)
      6. Applications (1)
      7. Applications (2)
      8. Applications (3)
      9. Applications (4)
      10. Applications (5)
      11. iCloud(1)
      12. iCloud(2)
      13. iCloud(3)
      14. Gatekeeper(1)
      15. Gatekeeper(2)
      16. Retina et HiDPI
      17. Fourre-tout (1)
      18. Fourre-tout (2)
      19. Fourre-tout (3)
      20. Fourre-tout (4)
      21. Fourre-tout (5)
      22. Fourre-tout (6)
      23. Recommandations
      24. Deux pères, un fils
    2. Lion
      1. Introduction
      2. Installation
      3. Revoir les fondamentaux
      4. Redimensionnement des fenêtres
      5. Et voici pour les cinglés
      6. La gestion des fenêtres
      7. Le modèle de document
      8. le modèle des processus
      9. Les éléments internes (1)
      10. Les éléments internes (2)
      11. ARC
      12. Le système de fichiers
      13. Ses modifications dans Lion
      14. Documents, résolution
      15. Le Finder
      16. Mail, Safari
      17. Fourre tout (1)
      18. Fourre tout (2)
      19. Recommendations
    3. Snow Leopard
      1. Introduction
      2. Le ticket d'entrée
      3. L'installation
      4. Nouvel aspect
      5. Détails internes
      6. Quick Time X
      7. Système de fichiers
      8. Faire plus avec plus
      9. LLVM et Clang
      10. Les blocs
      11. Concurrence
      12. Grand Central Dispatch
      13. Asynchronicité
      14. Open CL
      15. La différence...
      16. Quick Time Player
      17. Le Dock
      18. Le Finder
      19. Exchange
      20. Performances
      21. Fourre tout (1)
      22. Fourre tout (2)
      23. Le futur
    4. Leopard
      1. Introduction
      2. L'héritage
      3. Nouvel aspect 1
      4. Nouvel aspect 2
      5. Le noyau
      6. 64 bits
      7. FS Events
      8. Core animation
      9. Quartz GL
      10. Core UI
      11. Détails internes
      12. Le Finder
      13. Le Dock
      14. Time Machine
      15. Performances
      16. Pot pourri
      17. Demain
    5. Tiger
      1. Introduction
      2. Retour sur le passé
      3. Nouvel aspect de Tiger
      4. Mises à jour du noyau
      5. Le lancement
      6. Les méta-données
      7. Attributs étendus
      8. Listes de contrôle d'accès
      9. Spotlight 1
      10. Spotlight 2 : analyse et potentiel
      11. Types de fichiers
      12. Méta-données : la fin
      13. Quartz
      14. Quartz 2D Extreme
      15. Core Image
      16. La vidéo sous Tiger
      17. Dashboard
      18. Le Finder
      19. Les performances
      20. Pot pourri
      21. Conclusion
    6. Panther
      1. Introduction
      2. Les précédents
      3. L'installation
      4. Nouvel aspect
      5. Performances
      6. Changement rapide d'utilisateur
      7. Gestion des fenêtres
      8. Exposé
      9. Le Finder
      10. Performance du Finder
      11. Toujours le même
      12. Safari
      13. XCode
      14. Conclusion
    7. Jaguar
      1. Introduction
      2. Le nom
      3. L'installation
      4. Modifications d'Unix
      5. Dévelopeurs...
      6. Quoi de neuf
      7. Rendezvous
      8. Quartz Extrême
      9. Performance
      10. Compositions
      11. Le Finder
      12. Applications
      13. Sherlock
      14. Le portrait
    8. Puma
      1. Prelude
      2. Introduction
      3. Installation
      4. Réglages système
      5. Performance
      6. Redimensionnement des fenêtres
      7. Utilisation de la mémoire
      8. Diagnostics de mémoire
      9. L'environnement Classique
      10. L'interface Utilisateur
      11. Le Finder
      12. Extensions de fichiers
      13. Divers, conclusion
    9. Cheeta (Mac OS X 10.0)
      1. Qu'est ce que Mac OS X
      2. Installation
      3. Le démarrage
      4. Utilisation de la RAM
      5. Performance
      6. Performance des applications
      7. Stabilité
      8. L'interface utilisateur
      9. Le Finder
      10. Le navigateur du Finder
      11. Le Finder (divers)
      12. L'interface utilisateur
      13. Os X Classique
      14. Système de fichiers
      15. Unix
      16. Applications
      17. Conclusion
    10. Les débuts de MacOsX
      1. 1999 : OSX DP2
      2. 2000 : Quartz et Aqua/a>
      3. Fin de la lune de miel
      4. la première bêta publique
      5. 2001 : Mac OS X 10.0
      6. Un investissement
    11. Finder Spatial
      1. Introduction
      2. Interfaces spatiales
      3. Le Finder spatial
      4. Le concierge
      5. Un nouveau Finder
      6. Le browser
      7. Le browser spatial
      8. Finder et méta-données
      9. Les modèles
      10. Pensées finales

Panther (9)







Le Finder

Le Finder n'a pas fondamentalement changé sous Panther. "Mais attendez", dites vous. "Et le métal brossé, et la barre latérale ? C'est entièrement nouveau dans le Finder (1) !" Je regrette, mais ce n'est pas le cas. Bien que l'apparence ait changé de façon parfois importante, (cela dépend de ce que vous pensez de l'aspect métal brossé), l'interface utilisateur du Finder de Mac OS X n'a pas changé fondamentalement. Comme vous le savez déjà, je considère que c'est une mauvaise chose. Mais avant de rentrer dans le détail, voyons d'abord ce qui a changé.


La barre latérale

Alors que les versions précédentes du Finder de Mac OS X proposaient une barre d'outils personnalisable, Panther rajoute une barre latérale au mélange, et en fait une fenêtre entièrement en métal.

figure

Le Finder, avec une barre d'outils et une barre latérale.

La barre d'outils contient des items qui exercent des actions : nouveau dossier, effacer un item, changer de vue, etc... Il y a aussi un nouvel item de la barre d'outil qui fait surgir un menu contenant les mêmes commandes que le menu contextuel (Ctrl-clic ou clic droit). C'est le bouton avec une icône en forme d'engrenage dans la figure ci-dessus. Panther intègre ce bouton de menu "action" en de nombreux endroits comme moyen d'être sûr qu'il y a un point d'accès visible par l'utilisateur pour des commandes qui seraient autrement cachée dans des menus contextuels. Je ne suis pas sûr qu'une icône d'engrenage communique le message voulu, mais l'intention est louable.

Les autres items qui pouvaient auparavant être glissés dans la barre d'outils (fichiers et dossiers) peuvent maintenant être glissés aussi dans la barre latérale. Il y a un ensemble par défaut d'items qui peuvent être modifiés dans le panneau de préférences du Finder. Pour le reste, c'est à l'utilisateur de déposer ou de retirer ses items.

Les icônes dans la barre latérale changent d'échelle avec l'espace disponible, passant d'une taille maximum de 32 X 32 pixels à une taille minimum de 16 x 16 pixels quand la place se réduit. Une barre de défilement apparaît quand la liste des items ne peut plus tenir dans l'espace disponible. Une liste défilante est une grosse amélioration sur le mécanisme précédent pour gérer les dépassements.

L'intérêt principal de la barre latérale se révèle quand un item est sélectionné. Regardez la figure ci-dessus et notez qu'il n'y a pas de barre de défilement horizontale dans la fenêtre. En dépit du fait que l'item sélectionné dans la barre latérale (mon dossier maison), est en réalité positionné au chemin /Utilisateurs/john, il n'est pas possible de revenir en arrière d'un niveau dans la structure des répertoires en décalant vers la gauche la vue en colonnes.

Apple considère cela comme une caractéristique. L'une des critiques concernant les versions précédentes de Mac OS X, est que la structure des répertoires n'était pas assez "centrée sur l'utilisateur". Habitués à posséder l'ensemble de la machine, les utilisateurs de Macs se sentaient mal avec une structure de répertoire qui leur imposait que leur sphère d'influence démarre un ou deux niveaux plus haut dans la hiérarchie. La solution choisie par Panther n'est pas de changer la structure des répertoires, mais de créer l'illusion qu'il y a des "endroits familiers" pour l'utilisateur (comme l'indique le choix des items de la barre latérale) qui apparaissent tous au niveau sommital de la hiérarchie quand ils sont sélectionnés dans la barre latérale. Cette pratique peut aider certains utilisateurs à se sentir bien, elle peut aussi sembler une limitation inutile pour des utilisateurs plus exigeants.


La recherche immédiate.

Le champ de recherche de la barre d'outils du Finder est maintenant immédiat, ce qui signifie qu'il met à jour le résultat à mesure que vous tapez, comme dans iTunes. La caractéristique de recherche utilise la même technique de récupération de fenêtre que dans le Finder de Jaguar. Quand vous avez commencé une recherche, votre fenêtre courante "devient" la fenêtre des résultats de recherche. Heureusement, le nettoyage du champ de recherche ou l'utilisation du bouton arrière rétablit la fenêtre dans son état antérieur à la recherche.

figure

La recherche immédiate dans le Finder.

Le champ de la recherche est aussi (intuitivement, selon moi), indépendant du contenu de la fenêtre dans laquelle vous avez lancé la recherche. Je m'attendais à ce que le champ de recherche soit au moins par défaut "tout ce qui est en aval du dossier courant affiché", mais ce n'est même pas une option. Le plus rapproché est le champ de "sélection" qui cherche dans le dossier ou le volume sélectionné. (Mise à jour : si vous choisissez "sélection" et que vous ne sélectionnez rien, le Finder cherche à partir du répertoire courant. Ce n'est pas évident, mais c'est comme ça).

La caractéristique de recherche immédiate du Finder utilise le nouveau framework de Panther Searchkit. Reposant que le vénérable moteur de recherche "V-Twin" d'Apple, Searchkit est utilisé intensément, et avec efficacité partout dans Panther. Le widgets arrondi du champ de recherche a été rajouté à l'ensemble standard des contrôles de Mac OS X, dans l'effort continu et louable d'amélioration d'Apple.


Les étiquettes

Le Finder de Panther ramène les étiquettes colorées à peu près au même niveau que celui de Système 7 à son heure de gloire. (Pour ceux qui n'ont pas compris, c'est de l'ironie). Il y a sept couleurs d'étiquette à choisir. Les noms des étiquettes peuvent être personnalisés, mais les couleurs ne peuvent pas l'être (sans intervenir sur certaines ressources, au moins). Au lieu de colorer l'icône des items étiquetés, les étiquettes sous Panther colorient le fond du nom et de l'icône. Cela ressemble à ceci :

figure

Le nouvel aspect des étiquettes de Panther

Ce nouvel aspect suit le même raisonnement que la nouvelle technique de sélection d'icônes décrite précédemment. Mais, du fait du nouvel aspect de la sélection dans les fenêtres en liste du Finder, il est facile de confondre les items sélectionnés et les items étiquetés, notamment quand les couleurs sont semblables.

figure

Etiqueté ou sélectionné ?

Dans la figure ci-dessus, le fichier appelé "Steve Jobs 1984" est sélectionné, et les deux qui sont en dessous sont seulement étiquetés. Il est facile de distinguer les bordures arrondies et les gradients des items sélectionnés d'un coup d'œil. Quand un item étiqueté est sélectionné, les choses deviennent encore plus nettes.

figure

Etiqueté et sélectionné.

Les icônes étiquetées ont seulement un renforcement derrière leur nom. Cela aide à différencier les icônes étiquetées des icônes sélectionnées, Mais cela rend aussi l'étiquetage moins clair. Comparez l'icône sélectionnée à gauche, et l'icône étiquetée à droite dans la figure ci-dessous.

figure

Icônes étiquetée et sélectionnée.

C'est un problème ardu, et la solution de Panther est raisonnable. Une amélioration possible pour une vue en liste serait de raccourcir le renforcement de l'étiquette de façon à ce qu'il ne s'étende que jusqu'à la fin du nom du fichier. Cela mettrait deux extrémités arrondies en vue, en plus de la distinction visuelle évidente de longueur des barres colorées.

Les étiquettes sont définies à l'aide d'un étrange nouvel item de menu "qui démontre" les possibilités du nouveau gestionnaire de menus d'Apple.

figure

Définition des étiquettes du Finder : que diable est cette chose ?

J'ai mis "qui démontre" entre guillemets, parce que je pense que cette interface est une abomination. D'abord, l'item de menu "Color label" (étiquette colorée) si vous pouvez vraiment l'appeler ainsi, ne se renforce pas du tout quand la souris est dessus. Ensuite, cela prend environ trois fois l'espace vertical d'un item de menu normal. Troisièmement, cela demande à l'utilisateur de cliquer une série de petits points colorés pour faire son choix.

C'est opposé à tout item de menu précédent "normal" et c'est plus mauvais à plusieurs titres. L'exigence de sélection est considérablement accrue , en exigeant de l'utilisateur qu'il agisse horizontalement aussi bien que verticalement, et en réduisant de façon substantielle la taille de la sélection. Sans doute dans le but de gagner de l'espace, le texte des étiquettes n'apparaît que quand la souris est sur l'un de ces petits points. Comme je l'ai déjà dit, l'espace occupé est supérieur à celui d'un item de menu simple, normal, en tout état de cause.

Je dois poser la question : qu'y a-t-il de si terrible à propos d'un sous-menu "Couleur d'étiquette" ? J'admets que les sous-menus sont de navigation plus difficile que les items de menus en ligne, mais je crois qu'ils ont de meilleures caractéristiques de performances que le système montré ci-dessus. La possibilité de mettre en place des vues personnalisées arbitraires dans les menus est une facilité potentiellement utile, mais le menu d'étiquetage du Finder montre exactement comment les utilisateurs se pendent (et leurs utilisateurs avec) à l'aide de cette nouvelle corde.

Avant de laisser le sujet des étiquettes, jetons un coup d'œil historique à cette caractéristique. Le Finder de Mac OS X manquait d'étiquettes depuis le début, malgré leur présence dans Mac OS depuis le System 6 (aux alentours de 1988). Les étiquettes sont devenues un élément essentiel du mode de travail des utilisateurs de Macs, et ils le regrettaient amèrement. Des développeurs tiers ingénieux sont allés jusqu'à rajouter l'étiquetage dans le Finder de Mac OS X à l'aide de moyens scélérats.

Le jugement commun à propos de l'étiquetage absent était qu'un mécanisme vieux de dix ans utilisé pour stocker l'information de l'étiquetage dans Mac OS classique (quelques bits dans la structure de données du système de fichiers HFS/HFS+) devait être révisé. L'espoir est qu'Apple travaillait sur quelque chose qui serait bien meilleur qu'un maigre ensemble de sept couleurs d'étiquettes stockés dans un champ obscur d'un format de volume propre à Apple.

Il est possible évidemment qu'Apple soit en train de travailler sur quelque chose de mieux, Mais les étiquettes du Finder dans Panther utilisent les mêmes champs obscurs dans HFS+ que le précédent Système 7 (et ont donc les mêmes limitations). En d'autres termes, Les utilisateurs de Macs ont attendu trois ans pour revenir à, ce qu'ils avaient déjà, sans aucune amélioration. Cela peut seulement être une question de ressources limitées et de priorités chez Apple, mais une opinion plus pessimiste suggère que les étiquettes ont été supprimées de Mac OS X 10.0-10.2 seulement parce que les anciens développeurs de l'ex-NeXT qui menaient les efforts de développement n'aimaient tout simplement pas les étiquettes.

Je ne souscris pas vraiment à cette théorie de la conspiration, mais je suis déçu qu'une attente de trois ans n'ai pas aboutit à un nouveau système d'étiquetage qu'on espérait élégant. Je croise les doigts pour Mac OS X 10.4


(1) Note du traducteur : les liens vers les pages qui n'existent plus n'ont pas été reportés. Voyez le texte original si vous voulez les connaître, mais cela ne vous servira pas à grand chose...