1. John Siracusa
    1. Mountain Lion
      1. Introduction
      2. Achat et installation
      3. Changements d'interface (1)
      4. Changements d'interface (2)
      5. Changements d'interface (3)
      6. Applications (1)
      7. Applications (2)
      8. Applications (3)
      9. Applications (4)
      10. Applications (5)
      11. iCloud(1)
      12. iCloud(2)
      13. iCloud(3)
      14. Gatekeeper(1)
      15. Gatekeeper(2)
      16. Retina et HiDPI
      17. Fourre-tout (1)
      18. Fourre-tout (2)
      19. Fourre-tout (3)
      20. Fourre-tout (4)
      21. Fourre-tout (5)
      22. Fourre-tout (6)
      23. Recommandations
      24. Deux pères, un fils
    2. Lion
      1. Introduction
      2. Installation
      3. Revoir les fondamentaux
      4. Redimensionnement des fenêtres
      5. Et voici pour les cinglés
      6. La gestion des fenêtres
      7. Le modèle de document
      8. le modèle des processus
      9. Les éléments internes (1)
      10. Les éléments internes (2)
      11. ARC
      12. Le système de fichiers
      13. Ses modifications dans Lion
      14. Documents, résolution
      15. Le Finder
      16. Mail, Safari
      17. Fourre tout (1)
      18. Fourre tout (2)
      19. Recommendations
    3. Snow Leopard
      1. Introduction
      2. Le ticket d'entrée
      3. L'installation
      4. Nouvel aspect
      5. Détails internes
      6. Quick Time X
      7. Système de fichiers
      8. Faire plus avec plus
      9. LLVM et Clang
      10. Les blocs
      11. Concurrence
      12. Grand Central Dispatch
      13. Asynchronicité
      14. Open CL
      15. La différence...
      16. Quick Time Player
      17. Le Dock
      18. Le Finder
      19. Exchange
      20. Performances
      21. Fourre tout (1)
      22. Fourre tout (2)
      23. Le futur
    4. Leopard
      1. Introduction
      2. L'héritage
      3. Nouvel aspect 1
      4. Nouvel aspect 2
      5. Le noyau
      6. 64 bits
      7. FS Events
      8. Core animation
      9. Quartz GL
      10. Core UI
      11. Détails internes
      12. Le Finder
      13. Le Dock
      14. Time Machine
      15. Performances
      16. Pot pourri
      17. Demain
    5. Tiger
      1. Introduction
      2. Retour sur le passé
      3. Nouvel aspect de Tiger
      4. Mises à jour du noyau
      5. Le lancement
      6. Les méta-données
      7. Attributs étendus
      8. Listes de contrôle d'accès
      9. Spotlight 1
      10. Spotlight 2 : analyse et potentiel
      11. Types de fichiers
      12. Méta-données : la fin
      13. Quartz
      14. Quartz 2D Extreme
      15. Core Image
      16. La vidéo sous Tiger
      17. Dashboard
      18. Le Finder
      19. Les performances
      20. Pot pourri
      21. Conclusion
    6. Panther
      1. Introduction
      2. Les précédents
      3. L'installation
      4. Nouvel aspect
      5. Performances
      6. Changement rapide d'utilisateur
      7. Gestion des fenêtres
      8. Exposé
      9. Le Finder
      10. Performance du Finder
      11. Toujours le même
      12. Safari
      13. XCode
      14. Conclusion
    7. Jaguar
      1. Introduction
      2. Le nom
      3. L'installation
      4. Modifications d'Unix
      5. Dévelopeurs...
      6. Quoi de neuf
      7. Rendezvous
      8. Quartz Extrême
      9. Performance
      10. Compositions
      11. Le Finder
      12. Applications
      13. Sherlock
      14. Le portrait
    8. Puma
      1. Prelude
      2. Introduction
      3. Installation
      4. Réglages système
      5. Performance
      6. Redimensionnement des fenêtres
      7. Utilisation de la mémoire
      8. Diagnostics de mémoire
      9. L'environnement Classique
      10. L'interface Utilisateur
      11. Le Finder
      12. Extensions de fichiers
      13. Divers, conclusion
    9. Cheeta (Mac OS X 10.0)
      1. Qu'est ce que Mac OS X
      2. Installation
      3. Le démarrage
      4. Utilisation de la RAM
      5. Performance
      6. Performance des applications
      7. Stabilité
      8. L'interface utilisateur
      9. Le Finder
      10. Le navigateur du Finder
      11. Le Finder (divers)
      12. L'interface utilisateur
      13. Os X Classique
      14. Système de fichiers
      15. Unix
      16. Applications
      17. Conclusion
    10. Les débuts de MacOsX
      1. 1999 : OSX DP2
      2. 2000 : Quartz et Aqua/a>
      3. Fin de la lune de miel
      4. la première bêta publique
      5. 2001 : Mac OS X 10.0
      6. Un investissement
    11. Finder Spatial
      1. Introduction
      2. Interfaces spatiales
      3. Le Finder spatial
      4. Le concierge
      5. Un nouveau Finder
      6. Le browser
      7. Le browser spatial
      8. Finder et méta-données
      9. Les modèles
      10. Pensées finales

Les performances




Sous beaucoup d'aspects, les performances sous Tiger, c'est la même histoire que sous Panther à tel point que je vais être un peu paresseux, et paraphraser ce que j'avais dit à ce moment là.

Depuis 4 ans maintenant, Mac OS X est devenu plus rapide à chaque nouvelle version - pas simplement "plus rapide selon l'expérience de la plupart des utilisateurs finaux", mais aussi plus rapide sur le même matériel. Cette tendance n'est pas partagée par les systèmes d'exploitation de bureau courants. Cela ne s'appliquait pas à Mac OS classique, où chaque nouvelle version de l'OS était sensiblement plus lente que la précédente sur le même matériel. (System 7, et Mac OS 8, vous êtes visés). Le monde de Windows a suivi la même tendance. On admet en général qu'un nouvel OS ne va pas vraiment briller, à moins qu'on ne mette à jour le matériel.

Ce n'est pas le cas avec Mac OS X. Chaque révision majeure de Mac OS X a été plus rapide que les précédentes quand elle tournait sur des matériels identiques. Sauter plusieurs révisions principales est pratiquement comme acquérir une nouvelle machine. c'est impressionnant, et c'est sans précédent.

Bien sûr, l'aspect pessimiste, c'est que la performance de Mac OS X était si abyssalement basse dans la version 10.0 que cela ne pouvait pas faire autrement que de s'améliorer. Comme System 7 et Mac OS 8 avant lui, Mac OS X est en réalité plus lent sur le même matériel que son prédécesseur immédiat, Mac OS 9.

Mais on y arrive. A un certain moment, il faut simplement accepter qu'Apple fasse plus que de mettre des rustines sur un code très inefficient, mis en place à la hâte pour sortir la version 10.0. C'est le moment de rendre à César ce qui est à César. Apple s'en tient à rendre Mac OS X plus rapide, et c'est la règle.

La réactivité de l'interface

A ce point, dans la section des performances de mon compte-rendu sur Panther, j'avais tenu un discours dépressif à propos de la vitesse de réponse de Mac OS X. Longtemps ridiculisé pour sa vitesse de réponse glaciale au défilement et au re-dimensionnement des fenêtres, OS X a continué sa quête de réactivité ("teh snappy" comme des mignons d'un forum mac l'ont irrévérencieusement écorché ; je ne vais pas les poursuivre).

Chaque version majeure de Mac OS X a été saluée comme celle qui apporterait "la réactivité", et chaque version réelle a provoqué un débat sur la réalité de cet apport. "Ah, le re-dimensionnement de la fenêtre est encore trop lent !!!" "Ça marche bien là. Il doit y avoir un problème avec ton Mac" ""Ce n'est pas moi qui crie, c'est toi ! Non, c'est toi, etc... etc...

Je suppose que le fait que le problème continue à se poser avant chaque révision majeure de l'OS est la démonstration évidente qu'une interface réellement réactive n'est pas encore arrivée à satisfaire tout le monde, mais les choses se sont certainement améliorées à chaque livraison.

Tiger fait le saut le plus grand dans ce domaine, et cela veut dire quelque chose. La réactivité améliorée du re-dimensionnement des fenêtres, en particulier, se remarque immédiatement sous Tiger. Ce n'est pas encore parfait, mais c'est une grosse amélioration. Comparée à Jaguar, ou aux versions précédentes, c'est le jour et la nuit. Le défilement est aussi plus rapide bien que ce ne soit pas si net, peut-être parce que le défilement était déjà plutôt bon dans Panther (dans la plupart des applications, au moins).

Ce serait aisé d'attribuer ces améliorations à Quartz 2D Extrême. Et ce serait faux. Quand on invalide Quartz 2D Extrême (en utilisant l'application Quartz Debug qui fait partie des outils de développement gratuits joints à Tiger), cela n'a qu'un effet perceptible minime sur le re-dimensionnement des fenêtres notamment pour la plupart des applications. Cela veut dire que ce n'est pas toute la performance de l'interface utilisateur (IU) qui est conditionnée par la vitesse de tracé.

Il semble que le re-dimensionnement de fenêtre est beaucoup plus handicapé par la charge de CPU provoquée par le renvoi et le rafraichissement des éléments de l'IU -particulièrement avec des éléments imbriqués- que par le temps nécessaire au tracé. C'est en partie la raison pour laquelle des applications avec une interface compliquée comme iCal (beaucoup de vitres, de boutons, de listes, de cellules) se re-dimensionnent plus lentement que des fenêtres plus simples comme Text Edit.

Quelques applications atténuent la difficulté en négligeant de redessiner certains éléments de l'IU jusqu'à ce que l'opération de re-dimensionnement soit terminée. Mail, par exemple, ne redessine pas ses colonnes de la liste des messages tant que vous n'avez pas relâché le bouton de la souris après avoir re-dimmensionné.

Le défilement a tendance à être plus limité par les problèmes de tracé que le re-dimensionnement, mais un CPU rapide peut cacher ça. Rappelez-vous que les performances de tracé logiciel ont été beaucoup améliorées sous Tiger. Mais beaucoup moins d'applications sont conditionnées par la performance effective de tracé que vous ne pouvez l'imaginer. La conclusion, c'est qu'il est très difficile de s'apercevoir que Quartz 2D Extrême est invalidé (aussi bien sur les Power Mac G5 dual que sur un Power Book G4) au cours d'une utilisation normale.

Performance de Spotlight

Il y a une petite ombre au tableau de performance de Tiger, et malheureusement, cela fait partie de la première expérience de tout utilisateur avec le nouvel OS. Quand il démarre pour la première fois sous Tiger, Spotlight doit indexer tous les volumes montés. Cela se fait dans une tâche de fond de faible priorité, mais on ne peut pas éviter une activité considérable des disques. Attendez-vous à ce que vos premières heures avec Tiger s'accompagnent des bruits et des tics de disques en permanence.

L'impact de l'indexation sur la performance est négligeable pour toutes les opérations autres que les accès disque. Le CPU n'est pas submergé, et les graphiques se font aussi vite que d'habitude. Mais lancer des applications, ou faire quelque chose d'autre qui nécessite des entrées/sorties de disque montre un ralentissemnt notable. La cacophonie des bruits de disque va s'accroître, et les icônes du Dock subir beaucoup plus de rebondissements.

Cet effet est exacerbé par le disque externe lent que j'ai utilisé pour tester de nombreuses pré-versions de Tiger, si bien que cela m'a marqué plus que cela l'aurait mérité. Ce n'est pas si mauvais avec des disques durs récents utilisés sur les ordinateurs de bureau. Le disque dur interne du Power Book, à faible vitesse de rotation ne se comporte pas très bien, mais là, je suppose que les utilisateurs de portables sont habitués à des accès disque plus lents.

Quoi qu'il en soit, c'est terminé au bout de quelques minutes ou de quelques heures, en fonction du nombre et de la taille des disques durs. Une fois que Spotlight a tout récupéré, il se maintient à jour grâce à la magie du noyau que nous apprécions tant. Cette indexation à la volée en réponse à des opérations individuelles sur des fichiers est imperceptible, même quand elle se fait à partir d'un disque très lent. Spotlight semble n'indexer par défaut que les 10 premiers Mo de contenus de fichiers, bien que les greffons d'importation de méta-données puissent choisir d'ignorer cette limite.

Pour résumer...

Il n'y a pas grand chose à dire. Tiger est plus rapide que Panther, et vous allez le remarquer. Les technologies d'accélération graphique par GPU jouent un rôle moindre dans les améliorations de performance journalière qu'on pourrait s'y attendre. Considérez-les plutôt comme des moyens de permettre de nouvelles choses (par exemple les effets de Core Vidéo) plutôt que comme une amélioration de "la réactivité".

Est-ce que la réactivité de l'interface que tout le monde a réclamée est finalement disponible dans Tiger ? Disons-le d'une autre façon : je m'attends plutôt à voir mon amie "la réactivité" faire son apparition dans les forums Mac avec l'arrivée de la version Mac OS X 10.5 à peu près à la fin de l'année 2006. (Re-dimensionner une application comme iCal est encore beaucoup, beaucoup trop lent). Mais Tiger se rapproche du point critique.