1. John Siracusa
    1. Mountain Lion
      1. Introduction
      2. Achat et installation
      3. Changements d'interface (1)
      4. Changements d'interface (2)
      5. Changements d'interface (3)
      6. Applications (1)
      7. Applications (2)
      8. Applications (3)
      9. Applications (4)
      10. Applications (5)
      11. iCloud(1)
      12. iCloud(2)
      13. iCloud(3)
      14. Gatekeeper(1)
      15. Gatekeeper(2)
      16. Retina et HiDPI
      17. Fourre-tout (1)
      18. Fourre-tout (2)
      19. Fourre-tout (3)
      20. Fourre-tout (4)
      21. Fourre-tout (5)
      22. Fourre-tout (6)
      23. Recommandations
      24. Deux pères, un fils
    2. Lion
      1. Introduction
      2. Installation
      3. Revoir les fondamentaux
      4. Redimensionnement des fenêtres
      5. Et voici pour les cinglés
      6. La gestion des fenêtres
      7. Le modèle de document
      8. le modèle des processus
      9. Les éléments internes (1)
      10. Les éléments internes (2)
      11. ARC
      12. Le système de fichiers
      13. Ses modifications dans Lion
      14. Documents, résolution
      15. Le Finder
      16. Mail, Safari
      17. Fourre tout (1)
      18. Fourre tout (2)
      19. Recommendations
    3. Snow Leopard
      1. Introduction
      2. Le ticket d'entrée
      3. L'installation
      4. Nouvel aspect
      5. Détails internes
      6. Quick Time X
      7. Système de fichiers
      8. Faire plus avec plus
      9. LLVM et Clang
      10. Les blocs
      11. Concurrence
      12. Grand Central Dispatch
      13. Asynchronicité
      14. Open CL
      15. La différence...
      16. Quick Time Player
      17. Le Dock
      18. Le Finder
      19. Exchange
      20. Performances
      21. Fourre tout (1)
      22. Fourre tout (2)
      23. Le futur
    4. Leopard
      1. Introduction
      2. L'héritage
      3. Nouvel aspect 1
      4. Nouvel aspect 2
      5. Le noyau
      6. 64 bits
      7. FS Events
      8. Core animation
      9. Quartz GL
      10. Core UI
      11. Détails internes
      12. Le Finder
      13. Le Dock
      14. Time Machine
      15. Performances
      16. Pot pourri
      17. Demain
    5. Tiger
      1. Introduction
      2. Retour sur le passé
      3. Nouvel aspect de Tiger
      4. Mises à jour du noyau
      5. Le lancement
      6. Les méta-données
      7. Attributs étendus
      8. Listes de contrôle d'accès
      9. Spotlight 1
      10. Spotlight 2 : analyse et potentiel
      11. Types de fichiers
      12. Méta-données : la fin
      13. Quartz
      14. Quartz 2D Extreme
      15. Core Image
      16. La vidéo sous Tiger
      17. Dashboard
      18. Le Finder
      19. Les performances
      20. Pot pourri
      21. Conclusion
    6. Panther
      1. Introduction
      2. Les précédents
      3. L'installation
      4. Nouvel aspect
      5. Performances
      6. Changement rapide d'utilisateur
      7. Gestion des fenêtres
      8. Exposé
      9. Le Finder
      10. Performance du Finder
      11. Toujours le même
      12. Safari
      13. XCode
      14. Conclusion
    7. Jaguar
      1. Introduction
      2. Le nom
      3. L'installation
      4. Modifications d'Unix
      5. Dévelopeurs...
      6. Quoi de neuf
      7. Rendezvous
      8. Quartz Extrême
      9. Performance
      10. Compositions
      11. Le Finder
      12. Applications
      13. Sherlock
      14. Le portrait
    8. Puma
      1. Prelude
      2. Introduction
      3. Installation
      4. Réglages système
      5. Performance
      6. Redimensionnement des fenêtres
      7. Utilisation de la mémoire
      8. Diagnostics de mémoire
      9. L'environnement Classique
      10. L'interface Utilisateur
      11. Le Finder
      12. Extensions de fichiers
      13. Divers, conclusion
    9. Cheeta (Mac OS X 10.0)
      1. Qu'est ce que Mac OS X
      2. Installation
      3. Le démarrage
      4. Utilisation de la RAM
      5. Performance
      6. Performance des applications
      7. Stabilité
      8. L'interface utilisateur
      9. Le Finder
      10. Le navigateur du Finder
      11. Le Finder (divers)
      12. L'interface utilisateur
      13. Os X Classique
      14. Système de fichiers
      15. Unix
      16. Applications
      17. Conclusion
    10. Les débuts de MacOsX
      1. 1999 : OSX DP2
      2. 2000 : Quartz et Aqua/a>
      3. Fin de la lune de miel
      4. la première bêta publique
      5. 2001 : Mac OS X 10.0
      6. Un investissement
    11. Finder Spatial
      1. Introduction
      2. Interfaces spatiales
      3. Le Finder spatial
      4. Le concierge
      5. Un nouveau Finder
      6. Le browser
      7. Le browser spatial
      8. Finder et méta-données
      9. Les modèles
      10. Pensées finales

Le nouvel aspect de Léopard (suite)




On peut considérer que la nouvelle présentation de fenêtre était aussi une modification arbitraire. (Pourquoi un gris foncé ? Pourquoi ne pas se baser à la place sur l'ancien aspect "unifié" ?) Mais dans cet assemblage complexe, l'aspect particulier qui a été choisi est moins important que le fait qu'un choix a été fait. Bien sûr, cela aurait pu être un choix moche (je ne pense pas que ce soit le cas) ou il aurait pu être affecté de grosses difficultés d'utilisation (je ne pense pas que ce soit le cas), mais au moins, l'intention était bonne : simplifier.

On ne peut pas en dire autant de plusieurs autres modifications significatives de l'interface de Léopard. Au mieux, leurs intentions ne sont pas évidentes, elle engendrent des difficultés d'utilisation alors qu'il n'y en avait pas auparavant, et beaucoup d'entre-elles sont visuellement désagréables, quand elles ne sont pas franchement laides.

Les dossiers

icône de dossier Tiger

L'icône de dossier de Tiger

Commençons avec l'icône la plus caractéristique dans l'OS, le simple dossier. Après les fenêtres et les contrôles standards, l'icône du dossier est l'image la plus réutilisée. Beaucoup de gens n'aimaient pas l'icône de dossier introduite avec Mac OS X 10.0, et conservée sans grands changements jusqu'à Tiger.

A mesure que l'aspect de l'OS 10.0 a perdu son aspect très clair et brillant avec des rayures, l'icône du dossier n'avait pas bougé. D'autres se plaignaient aussi du fait que la perspective isométrique n'était pas conforme aux règles de conception des icônes chez Apple. Mais tout ça n'était que des inconvénients mineurs, et en plus, subjectifs. La plupart des utilisateurs du Mac ne réclamaient pas à l'unisson de nouveaux icônes de dossiers.

L'icône de dossier de Léopard

L'icône de dossier de Léopard (agrandi)

Bien sûr, je ne suis pas contre un nouveau dessin d'icône de dossier. Mais la première règle d'un effort de ce genre devrait être "ne pas faire pire". Malheureusement, c'est exactement ce qu'a fait Apple avec les nouveaux icônes de dossiers de Léopard.

L'aspect n'est pas trop moche, pas vrai ? On peut reconnaître facilement que c'est un dossier. Il est même écologiquement correct : notez les petits points plus sombres qui suggèrent qu'il s'agit d'un papier recyclé. (Ou de pixels recyclés, ou quelque chose de ce genre?). Les ennuis commencent quand vous voyez à quoi ressemblent les icônes de dossiers "spéciaux" (Applications, Documents, etc...)


Dossiers Spéciaux  Léopard

Les icônes de dossiers spéciaux sous Léopard

L'aspect enveloppé est plaisant, mais il est aussi d'un contraste incroyablement faible, et tout à fait impossible à rendre pour des petites tailles. Je conserve plusieurs dossiers spéciaux dans mon Dock, et j'ai besoin de les récupérer rapidement, même avec des petites tailles. Voici comment elles se présentent sous Tiger :

Dossiers spéciaux Tiger

Les dossiers spéciaux de Tiger, dans le Dock

Et maintenant, les voici sous Léopard :

Dossiers dans le Dock

Les dossiers spéciaux de Léopard, dans le Dock

Quand il s'agit de les distinguer d'un coup d'œil, la différence est frappante. Je me retrouve littéralement en train de loucher sur les icônes de dossiers spéciaux de Léopard, parce que, en permanence, je ne les vois pas clairement. Vous pouvez trouver un examen plus rigoureux de ces nouvelles icônes de dossier à Indie HIG (un site dont la simple existence est un tag sur le mur de l'interface utilisateur d'Apple).

Des icônes de dossiers mal conçues ne sont pas la fin du monde, mais c'est le contexte qui est irritant. Voilà un élément d'interface qui peut-être aurait pu être un peu rafraîchissant, mais on a fait plus que de le casser. Apple est arrivé, et l'a rendu bien pire, d'une façon qui se révèle immédiatement à n'importe qui a un tant soit peu réfléchi à la conception d'une interface. Ça vous renverse. Et la rumeur prétend que Jobs aime ça. Formidable.

Le Dock

De mal en pis. Après les dossiers, voilà le Dock. C'est un élément de l'interface avec des inconvénients importants et connus de longue date, mais rappelez-vous, on ne parle ici que de l'aspect. Sur ce sujet, il n'y a pas trop à se plaindre de Tiger, où le Dock est un rectangle translucide minimaliste sur lequel les icônes sont disposées.

le Dock de Tiger

Le Dock de Tiger

Hum, comment peut-on rendre cela un peu plus "Léopard" ? Il faut diminuer sa facilité d'utilisation de plusieurs façons évidentes. J'ai quelques idées la-dessus. Commençons par retirer le fond d'écran uniforme pour laisser les icônes se détacher partiellement sur le bureau. On va à coup sûr créer quelques problèmes de visibilité. Et puis, les petits triangles qui sont sous les icônes de chaque application en train de tourner peuvent sans doute être rendus un peu moins clairs. Remplaçons-les par des ovales flous de couleur bleue. Enfin, si nous pouvions permettre au Dock d'utiliser l'espace de façon moins efficace, ce serait un plus. Et puis, nous avons à le rendre plus accueillant n'est-ce pas ?

Cœurs inutilisés

Le Dock de Léopard

Je sais ! Faisons du pseudo 3D ! et au bout, la caractéristique obligatoire dans une démo : des réflexions de lumière, partout ! Des réflexions sur sur les ovales bleus et flous, une ligne de réflexion plus lumineuse ondulant sur l'ensemble du Dock, et, -le coup de grâce- des réflexions de chaque fenêtre qui se déplace près du Dock ! Contemplez le Dock de Léopard.

L'icône de dossier de Léopard

Le Dock sur le côté


C'est une corbeille de mauvaises idées évidentes, abordées plus complètement par d'autres. C'est, sur toute la ligne, comme pour les icônes de dossiers, mais encore pire. C'est un exemple d'abandon de la facilité d'utilisation pour satisfaire des envies de changement purement esthétiques qui sont loin et sans considération de ce qu'on aime habituellement (pour dire les choses gentiment), et qui sont inexcusables, étant donné le prix payé pour les avoir.

Sérieusement, de la pseudo-3D ? Véritablement ? Si un besoin irrésistible de mauvais goût doit être assouvi, au moins, essayons de limiter ce genre d'aventures à des caractéristiques moins visibles. Ne gribouillons pas sur le second élément le plus visible de l'interface, comme une fillette de neuf ans en train de maquiller sa poupée.

Quand le Dock est re-positionné sur le côté, il retrouve sa raison, et apparaît avec un fond uniforme et plat, qui englobe entièrement les icônes. Il n'y a pas de réflexions de lumière, et les applications chargées sont indiquées par un petit point blanc de fort contraste.

Ce style visuel n'est jamais apparu dans les pré-versions développeur de Léopard, ce qui indique qu'il a été rajouté très tardivement. Cela représente peut-être une excuse, ou l'acceptation du fait que les gens les plus gênés par l'aspect du Dock horizontal sont aussi ceux susceptibles de placer leur Dock sur le côté. D'une façon ou d'une autre, la présence d'un Dock alternatif est une tacite reconnaissance que la version pas défaut a des imperfections.

Si vous voulez aussi cet autre aspect du Dock quand il est en bas, entrez les commandes suivantes à l'invite du terminal :
Installation

Il y a en fait une amélioration légitime dans le Dock de Léopard. Les étiquettes de texte qui apparaissent au dessus des icônes sont plus lisibles, avec un texte en clair dans un fond foncé et uniforme.

Cœurs inutilisés

Les étiquettes du Dock

Ai-je bien dit "le second élément le plus visible de l'interface"? Alors, vous voyez, il arrive ; n'est-ce pas ? Quel est l'élément le plus visible de l'interface ? Qu'est-ce qui est présent sur l'écran encore plus souvent que le Dock ? Votre esprit ne veut même pas en entendre parler, je sais. "La barre de menus ? Certainement, ils n'y ont pas touché... Je veux dire, qu'y a-t-il à changer là ?" Eh bien oui, bouclez vos ceintures. Nous sommes maintenant passés dans l'autre dimension.

La barre de menus

Complétant la troïka de stupidités, de ces changements inutiles pour le pire, introduits dans les éléments d'interface les plus importants, la barre de menus de Léopard est, sans qu'on puisse trouver d'explication, d'une façon incompréhensible, translucide.

Cœurs inutilisés

La barre de menus de Léopard (c'est vrai...)

Cela ressemble plus à un menu maculé de graisse qu'à une barre de menus, comme si on avait passé de la vaseline sur l'écran. (En fait, cela utilise Core Image pour filtrer le fond d'écran, si vous voulez savoir).

Ce fut même pire, que vous le croyiez ou non. Dans les pré-versions de Léopard, la barre de menus était encore moins opaque, c'est comiquement vrai. Mais pour moi, Apple mérite un zéro pointé pour avoir atténué le degré de transparence. C'est comme si on remerciait quelqu'un d'éteindre le feu sur la moitié gauche de son corps après qu'il ait intentionnellement mis le feu partout.

L'argumentation avancée par Apple pour utiliser un état translucide dans la conception originale d'Aqua, est que cela indiquait un élément de transition, des menus pop up ou des fenêtres éphémères, par exemple. Maintenant, on l'applique à l'élément le moins variable de toute l'interface.

Le nouvel aspect de Léopard a été comparé à l'aspect "Aero glass" de Windows Vista. Bien que pour moi il y ait peu de similitudes véritables, cette comparaison revient aussi souvent parce que les deux conceptions partagent un attribut principal : la gratuité, l'utilisation inappropriée de l'état translucide au détriment de la facilité d'utilisation.

Pourquoi, Apple ? Pourquoi ? Y-avait-il quelque chose d'horriblement mauvais dans la barre de menus existante, quelque chose qui ne pouvait être réparé qu'en portant atteinte à sa lisibilité ? Comme pour les icônes de dossiers et le Dock, ce n'est pas tant un défaut fatal par et en lui-même. C'est ce qu'il implique sur la situation chez Apple qui est si inquiétant. Que diable peut-il se produire dans une réunion, pour que cette idée obtienne le feu vert ? Est-ce là le côté sombre de la ligne de conduite de Steve Jobs au poing d'acier, qu'il y a toujours un risque qu'une idée manifestement ridicule et stupide soit exprimée en sa présence, et qu'il va (inexplicablement) se brancher dessus, et faire quelle arrive ? Euh, je ne veux même pas penser à ça.

En même temps, il y a à coup sûr un marché florissant pour des astuces capables de restaurer la rationalité bénie de la barre de menus. Il n'y a vraiment là rien de nouveau. Depuis l'aube de Mac OS X, des développeurs externes ont contribué à préserver le gâteau d'Apple, en faisant ce qu'Apple aurait dû faire elle-même. J'ai déjà besoin de plusieurs "hacks" pour me sentir bien dans Tiger, mais un hack pour la barre de menus ? Cela devient franchement ridicule.

Je suppose que je devrais essayer de dire aussi quelque chose de gentil sur la barre de menus de Léopard. Et bien, la nouvelle icône de Spotlight s'harmonise bien mieux avec le thème des dessins retenus pour les autres icônes du menu.

Icônes de la barre de menus

Icônes de la barre de menus

Les menus de Léopard ont aussi un changement subtile : des coins arrondis. Seuls les coins inférieurs sont arrondis dans les menus déroulants, alors que les quatre coins sont arrondis dans les menus Pop-up. Menus défilants Menus PopUp













A gauche, menus déroulants, à droite, menus pop up."

Bien que je sois un farouche partisan des coins arrondis (round rects pour toujours), je ne les aime pas à cet endroit précis ; je pense que cela rend les menus déroulants notamment, moins nets. Mais au moins, la modification n'a pas d'effet destructeur sur les facilités d'utilisation, et n'est pas vilaine de façon agressive.

La nouvelle couleur du menu mis en lumière est d'un bleu riche et profond, ou d'un gris ardoise assorti, tous les deux avec des gradients incontournables. Ils sont à coup sûr frappants, mais distraient peut-être un peu. Je sais, je ne suis jamais content.

Le bilan visuel de Leopard.

Je vais m'arrêter là, non pas parce qu'il n'y a plus rien à dire sur l'aspect visuel de Léopard, mais parce que les choses que j'ai abordées couvrent toute l'étendue des problèmes de qualité. Le nouveau style de fenêtres standardisées constitue l'impact visuel le plus important, et est le meilleur de la nouvelle conception. A l'autre extrémité du spectre, il y a des modifications et des enjolivures incompréhensibles, qui rendent Léopard moins facile à utiliser et (dans beaucoup de cas), moins agréable à regarder. Il y a quelques améliorations visuelles dans certaines applications, mais l'aspect d'ensemble de l'OS proprement dit est décevant.

J'étais préparé à un aspect tout nouveau dans Léopard ; j'étais prêt a accepter le successeur d'Aqua. Que Léopard ne l'apporte pas est une déception, mais à peine un faute. Mais un degré plus bas de difficulté devrait entraîner moins de risque. Vus de cette façon, les faux pas graphiques de Léopard sont frustrants. Si Apple doit faire des fautes, que ce soit au service d'une conception réellement osée. Je veux bien oublier, et même considérer avec tendresse l'interface originale d'Aqua pour cette raison. Mais se lancer dans une évolution sans réel dangers, et en profiter pour volontairement sacager les choses, -des choses qui marchaient bien auparavant-, cela, je ne peux pas le pardonner.