1. John Siracusa
    1. Mountain Lion
      1. Introduction
      2. Achat et installation
      3. Changements d'interface (1)
      4. Changements d'interface (2)
      5. Changements d'interface (3)
      6. Applications (1)
      7. Applications (2)
      8. Applications (3)
      9. Applications (4)
      10. Applications (5)
      11. iCloud(1)
      12. iCloud(2)
      13. iCloud(3)
      14. Gatekeeper(1)
      15. Gatekeeper(2)
      16. Retina et HiDPI
      17. Fourre-tout (1)
      18. Fourre-tout (2)
      19. Fourre-tout (3)
      20. Fourre-tout (4)
      21. Fourre-tout (5)
      22. Fourre-tout (6)
      23. Recommandations
      24. Deux pères, un fils
    2. Lion
      1. Introduction
      2. Installation
      3. Revoir les fondamentaux
      4. Redimensionnement des fenêtres
      5. Et voici pour les cinglés
      6. La gestion des fenêtres
      7. Le modèle de document
      8. le modèle des processus
      9. Les éléments internes (1)
      10. Les éléments internes (2)
      11. ARC
      12. Le système de fichiers
      13. Ses modifications dans Lion
      14. Documents, résolution
      15. Le Finder
      16. Mail, Safari
      17. Fourre tout (1)
      18. Fourre tout (2)
      19. Recommendations
    3. Snow Leopard
      1. Introduction
      2. Le ticket d'entrée
      3. L'installation
      4. Nouvel aspect
      5. Détails internes
      6. Quick Time X
      7. Système de fichiers
      8. Faire plus avec plus
      9. LLVM et Clang
      10. Les blocs
      11. Concurrence
      12. Grand Central Dispatch
      13. Asynchronicité
      14. Open CL
      15. La différence...
      16. Quick Time Player
      17. Le Dock
      18. Le Finder
      19. Exchange
      20. Performances
      21. Fourre tout (1)
      22. Fourre tout (2)
      23. Le futur
    4. Leopard
      1. Introduction
      2. L'héritage
      3. Nouvel aspect 1
      4. Nouvel aspect 2
      5. Le noyau
      6. 64 bits
      7. FS Events
      8. Core animation
      9. Quartz GL
      10. Core UI
      11. Détails internes
      12. Le Finder
      13. Le Dock
      14. Time Machine
      15. Performances
      16. Pot pourri
      17. Demain
    5. Tiger
      1. Introduction
      2. Retour sur le passé
      3. Nouvel aspect de Tiger
      4. Mises à jour du noyau
      5. Le lancement
      6. Les méta-données
      7. Attributs étendus
      8. Listes de contrôle d'accès
      9. Spotlight 1
      10. Spotlight 2 : analyse et potentiel
      11. Types de fichiers
      12. Méta-données : la fin
      13. Quartz
      14. Quartz 2D Extreme
      15. Core Image
      16. La vidéo sous Tiger
      17. Dashboard
      18. Le Finder
      19. Les performances
      20. Pot pourri
      21. Conclusion
    6. Panther
      1. Introduction
      2. Les précédents
      3. L'installation
      4. Nouvel aspect
      5. Performances
      6. Changement rapide d'utilisateur
      7. Gestion des fenêtres
      8. Exposé
      9. Le Finder
      10. Performance du Finder
      11. Toujours le même
      12. Safari
      13. XCode
      14. Conclusion
    7. Jaguar
      1. Introduction
      2. Le nom
      3. L'installation
      4. Modifications d'Unix
      5. Dévelopeurs...
      6. Quoi de neuf
      7. Rendezvous
      8. Quartz Extrême
      9. Performance
      10. Compositions
      11. Le Finder
      12. Applications
      13. Sherlock
      14. Le portrait
    8. Puma
      1. Prelude
      2. Introduction
      3. Installation
      4. Réglages système
      5. Performance
      6. Redimensionnement des fenêtres
      7. Utilisation de la mémoire
      8. Diagnostics de mémoire
      9. L'environnement Classique
      10. L'interface Utilisateur
      11. Le Finder
      12. Extensions de fichiers
      13. Divers, conclusion
    9. Cheeta (Mac OS X 10.0)
      1. Qu'est ce que Mac OS X
      2. Installation
      3. Le démarrage
      4. Utilisation de la RAM
      5. Performance
      6. Performance des applications
      7. Stabilité
      8. L'interface utilisateur
      9. Le Finder
      10. Le navigateur du Finder
      11. Le Finder (divers)
      12. L'interface utilisateur
      13. Os X Classique
      14. Système de fichiers
      15. Unix
      16. Applications
      17. Conclusion
    10. Les débuts de MacOsX
      1. 1999 : OSX DP2
      2. 2000 : Quartz et Aqua/a>
      3. Fin de la lune de miel
      4. la première bêta publique
      5. 2001 : Mac OS X 10.0
      6. Un investissement
    11. Finder Spatial
      1. Introduction
      2. Interfaces spatiales
      3. Le Finder spatial
      4. Le concierge
      5. Un nouveau Finder
      6. Le browser
      7. Le browser spatial
      8. Finder et méta-données
      9. Les modèles
      10. Pensées finales

Demain...




J'ai commencé ce compte-rendu en évoquant les attentes. A mesure que j'ai plus appris sur Léopard, il est devenu plus facile de savoir, où exactement, ces deux années et demi de développement ont conduit. Léopard est indéniablement accompagné d'améliorations. Il semble que pas un coin de l'OS n'ait été épargné.

Peut-être que ce n'est pas aussi clair pour un utilisateur occasionnel qui ne voit que les changements de surface et les nouvelles caractéristiques majeures de Léopard. Mais même dans ce cas, il y en a plus qu'assez pour le recommander. Si vous vous demandez si vous devez faire la mise à jour vers Léopard, la réponse est oui, comme cela a été le cas pour chaque révision majeure de Mac OS X.

Je dis cela en dépit de ma profonde aversion pour beaucoup des modifications de l'interface utilisateur. Mais peut-être que je ne suis par représentatif de l'utilisateur Mac moyen. Selon toute vraisemblance, mon aversion va se traduire pour la plupart des utilisateurs, par une gêne occasionnelle-à-persistante. Et il est vrai que les gens peuvent s'habituer à à peu près n'importe quoi (comme l'histoire de Mac OS X l'a montré).

Je suis plus enthousiasmé par les boyaux de Léopard. Ils font la une de cette livraison, même s'ils ne méritent pas la plus forte note. Il y a une bonne raison pour laquelle nous avons déjà vu tant d'annonces importantes de logiciels pour Léopard seulement. C'est ce que les développeurs souhaitaient.

L'attirance de léopard pour les développeurs va se traduire par de meilleurs applications pour les utilisateurs... à l'occasion. En même temps, j'ai du mal à imaginer un seul utilisateur Mac que je connaisse qui ne voudrait pas bénéficier des bienfaits sans soucis de la sauvegarde par Time Machine. Si vous cherchez une raison pour la mise à jour, elle est là. Oui, les sauvegardes sont ennuyeuses, ce qui explique pourquoi vous ne les faites probablement pas régulièrement maintenant. Plus d'excuses.

De beaucoup de manières, Léopard semble comme un nouveau commencement. Alors que Tiger avait consolidé des gains faits entre 10.0 et 10.3, mettant en place de nouvelles APIs, et faisant un pas dans quelques futures directions possibles de l'interface utilisateur, Léopard charge bravement de l'avant, choisit un aspect particulier et l'impose partout, re-dessine tous les éléments les plus visibles de l'interface, met au rencard les vieilles technologies comme la fourrure.

Ce qui en sort est une bête très étrange : belle de l'intérieur, et un peu laide de l'extérieur. J'espère que quelques années de réactions des utilisateurs vont adoucir quelques une des bordures les plus brutales, même si mon rêve d'une présentation radicalement différente doit être repoussé jusqu'à 10.6, ou plus tard. Ce serait bien aussi qu'Apple prenne enfin une décision quant au successeur du système de fichiers HFS +, avant la fin de la décade.

Quel parcours, long, étrange, cela fut. Léopard s'est présenté tout à fait différemment de ce que j'imaginais qu'il pourrait être il y a un an. Malgré quelques grosses déceptions vers la fin du processus de développement -le nouveau Dock, la barre de menus, la pataugeoire du Finder-, les fondations sont plus assurées qu'elles n'ont jamais été.

Bien que cela soit peu vraisemblable, la plupart des plus gros problèmes de Léopard pourraient être corrigés dans une version 10.5.x. C'est quelque chose qu'on n'aurait sûrement pas pu dire à propos de n'importe quelle version précédente de Mac OS X. Avec Léopard, Apple a réussi à obtenir, non pas une défaite, mais au moins une disgrâce partielle, à partir des promesses d'une victoire totale.

La scène est dressée pour un triomphe de Mac OS X plus important que celui de ses ancêtres. En même temps, c'est une occasion de s'illustrer pour la communauté de développement du Mac. Que cela dure deux ans et demi, comme pour Tiger, ou même plus longtemps, je me vois bien à bord du vaisseau amiral Léopard.

(Attention : le Dock est glissant quand il est humide.)