1. John Siracusa
    1. Mountain Lion
      1. Introduction
      2. Achat et installation
      3. Changements d'interface (1)
      4. Changements d'interface (2)
      5. Changements d'interface (3)
      6. Applications (1)
      7. Applications (2)
      8. Applications (3)
      9. Applications (4)
      10. Applications (5)
      11. iCloud(1)
      12. iCloud(2)
      13. iCloud(3)
      14. Gatekeeper(1)
      15. Gatekeeper(2)
      16. Retina et HiDPI
      17. Fourre-tout (1)
      18. Fourre-tout (2)
      19. Fourre-tout (3)
      20. Fourre-tout (4)
      21. Fourre-tout (5)
      22. Fourre-tout (6)
      23. Recommandations
      24. Deux pères, un fils
    2. Lion
      1. Introduction
      2. Installation
      3. Revoir les fondamentaux
      4. Redimensionnement des fenêtres
      5. Et voici pour les cinglés
      6. La gestion des fenêtres
      7. Le modèle de document
      8. le modèle des processus
      9. Les éléments internes (1)
      10. Les éléments internes (2)
      11. ARC
      12. Le système de fichiers
      13. Ses modifications dans Lion
      14. Documents, résolution
      15. Le Finder
      16. Mail, Safari
      17. Fourre tout (1)
      18. Fourre tout (2)
      19. Recommendations
    3. Snow Leopard
      1. Introduction
      2. Le ticket d'entrée
      3. L'installation
      4. Nouvel aspect
      5. Détails internes
      6. Quick Time X
      7. Système de fichiers
      8. Faire plus avec plus
      9. LLVM et Clang
      10. Les blocs
      11. Concurrence
      12. Grand Central Dispatch
      13. Asynchronicité
      14. Open CL
      15. La différence...
      16. Quick Time Player
      17. Le Dock
      18. Le Finder
      19. Exchange
      20. Performances
      21. Fourre tout (1)
      22. Fourre tout (2)
      23. Le futur
    4. Leopard
      1. Introduction
      2. L'héritage
      3. Nouvel aspect 1
      4. Nouvel aspect 2
      5. Le noyau
      6. 64 bits
      7. FS Events
      8. Core animation
      9. Quartz GL
      10. Core UI
      11. Détails internes
      12. Le Finder
      13. Le Dock
      14. Time Machine
      15. Performances
      16. Pot pourri
      17. Demain
    5. Tiger
      1. Introduction
      2. Retour sur le passé
      3. Nouvel aspect de Tiger
      4. Mises à jour du noyau
      5. Le lancement
      6. Les méta-données
      7. Attributs étendus
      8. Listes de contrôle d'accès
      9. Spotlight 1
      10. Spotlight 2 : analyse et potentiel
      11. Types de fichiers
      12. Méta-données : la fin
      13. Quartz
      14. Quartz 2D Extreme
      15. Core Image
      16. La vidéo sous Tiger
      17. Dashboard
      18. Le Finder
      19. Les performances
      20. Pot pourri
      21. Conclusion
    6. Panther
      1. Introduction
      2. Les précédents
      3. L'installation
      4. Nouvel aspect
      5. Performances
      6. Changement rapide d'utilisateur
      7. Gestion des fenêtres
      8. Exposé
      9. Le Finder
      10. Performance du Finder
      11. Toujours le même
      12. Safari
      13. XCode
      14. Conclusion
    7. Jaguar
      1. Introduction
      2. Le nom
      3. L'installation
      4. Modifications d'Unix
      5. Dévelopeurs...
      6. Quoi de neuf
      7. Rendezvous
      8. Quartz Extrême
      9. Performance
      10. Compositions
      11. Le Finder
      12. Applications
      13. Sherlock
      14. Le portrait
    8. Puma
      1. Prelude
      2. Introduction
      3. Installation
      4. Réglages système
      5. Performance
      6. Redimensionnement des fenêtres
      7. Utilisation de la mémoire
      8. Diagnostics de mémoire
      9. L'environnement Classique
      10. L'interface Utilisateur
      11. Le Finder
      12. Extensions de fichiers
      13. Divers, conclusion
    9. Cheeta (Mac OS X 10.0)
      1. Qu'est ce que Mac OS X
      2. Installation
      3. Le démarrage
      4. Utilisation de la RAM
      5. Performance
      6. Performance des applications
      7. Stabilité
      8. L'interface utilisateur
      9. Le Finder
      10. Le navigateur du Finder
      11. Le Finder (divers)
      12. L'interface utilisateur
      13. Os X Classique
      14. Système de fichiers
      15. Unix
      16. Applications
      17. Conclusion
    10. Les débuts de MacOsX
      1. 1999 : OSX DP2
      2. 2000 : Quartz et Aqua/a>
      3. Fin de la lune de miel
      4. la première bêta publique
      5. 2001 : Mac OS X 10.0
      6. Un investissement
    11. Finder Spatial
      1. Introduction
      2. Interfaces spatiales
      3. Le Finder spatial
      4. Le concierge
      5. Un nouveau Finder
      6. Le browser
      7. Le browser spatial
      8. Finder et méta-données
      9. Les modèles
      10. Pensées finales

Le nouvel aspect de Léopard des neiges




J'ai depuis longtemps regretté qu'Apple ne se démarque pas nettement, au moins visuellement, du passé Aqua de Mac OS X. Hélas, je vais devoir attendre un peu plus longtemps, parce que Léopard des neiges n'introduit aucune révolution de ce genre. Et encore, je suis là dans une section familière qui semble démontrer le contraire. La vérité est que Léopard des neiges change effectivement l'apparence de presque chaque pixel sur votre écran, mais pas de la façon dont vous pourriez l'imaginer.

Depuis l'origine de la couleur sur le Macintosh, le système d'exploitation a utilisé par défaut une valeur de correction de gamma de 1,8. Entre temps, Windows -autrement dit le reste du monde- a utilisé une valeur de 2,2. Bien que cela puisse paraître sans importance à tout le monde, sauf les graphistes professionnels, la différence est d'ordinaire apparente, même pour un observateur occasionnel, quand on voit la même image sur des écrans côte à côte, avec les deux méthodes d'affichage.

Bien que les adeptes du Mac préféreront instinctivement l'image avec un gamma de 1,8 à laquelle ils sont habitués, Apple a décidé que cette différence historique représentait plus de tracas que cela ne vaut. La correction de gamma par défaut sous Léopard des neiges est maintenant 2,2. Point !

S'ils arrivent à le voir, les utilisateurs vont probablement ressentir ce changement comme la sensation que l'interface de Léopard des neiges est un peu plus contrastée que celle de Léopard. Cela est renforcé par le nouveau fond d'écran du bureau par défaut, une version re-dessinée, et plus saturée que le fond d'écran par défaut de Léopard. (Notez que ces deux images entièrement différentes ne sont pas une tentative pour démontrer les effets des corrections de gamma différentes.)

Fond d'écran

Léopard (à gauche) et Léopard des neiges (à droite)

éclairage du Dock

L'effet d'éclairage du Dock

Mais même au delà de la correction de couleur, à laquelle on peut s'attendre, Apple n'a pas pu résister à l'envie de rajouter quelques ajustements graphiques à l'interface de Léopard des neiges. Les modifications les plus apparentes sont associées au Dock. D'abord, ce nouvel aspect éclairé pris par l'icône dune application dans le dock quand on click dessus et maintien la pression. (Ceci lance Exposé, mais seulement pour les fenêtres qui appartiennent à l'application sur laquelle on a cliqué ; plus de détails plus tard).

Qui plus est, tous les menus Pop up du Dock sans exception, (et seulement du Dock), ont un aspect particulier dans Léopard des neiges avec un rendu spécifique de la sélection (qui, pour un changement, s'assortit assez bien au rendu des sélections dans l'ensemble du système).

Menus du Dock

Le nouvel aspect des menus du Dock... autoritaire.

Pour les utilisateurs de Macs d'un certain âge, ces menus rappellent le thème d'apparence Hi-Tech du mauvais épisode de Copland. Ils sont en réalité beaucoup plus subtiles, cependant. Notez les bordures translucides, qui accentuent les coins arrondis. Le gradient sur la sélection est aussi remarquablement maîtrisé.

Néanmoins, ceci est un rendu complètement nouveau pour une seule application (communément utilisée, il est vrai), et il n'y a pas un bit qui détonne avec l'apparence d'étagère inclinée et réfléchissante du Dock par défaut. Mais j'ai déjà dit ailleurs ce que j'en pensais, et bien plus. Si le serment concernant l'apparence de Léopard des neiges était "d'abord, pas de dégats", je serais alors enclin à décerner une mention passable -enfin, presque.

Si j'avais à caractériser ce qui ne va pas avec les additions visuelles de Léopard des neiges en deux mots seulement, ce serait ceci : tout s'affadit. Dans Léopard des neiges, Apple a saupoudré de la même façon chaque application, de la poussière magique de Core Animation. Si une partie ou une autre de l'interface apparaît, disparaît ou change d'une façon significative, c'est accompagné par une animation, et un ou plusieurs changements d'intensité.

A dose modérée, ce genre d'effets est bien. Mais en plusieurs circonstances, Léopard des neiges dépasse les bornes. Ou du moins, il dépasse mes bornes, qui se trouvent, il faut le noter, très loin à l'intérieur du pays Candy. D'autres, avec une moindre tolérance pour les animations, et qui sont déjà irrités par les colifichets de Léopard et des précédentes versions ne vont pas trouver grand chose à aimer dans les modifications visuelles de Léopard des neiges.

Celle qui m'a littéralement poussé à bout, c'est la petite danse futile du nom de fichier qui intervient dans le Finder (oh surprise !) quand on renomme un fichier sur le bureau. Il y a là tant de variations d'intensité, de modifications de couleurs, et de déplacements de texte qui interviennent si rapidement, et sont concentrés sur une si petite surface, que cela me fait hurler. Et que j'attende ou non que ces animations soient finies pour pouvoir utiliser ma machine, j'en ai en tout cas le sentiment désagréable.

Cependant, je peux sans enthousiasme prédire que la plupart des gens normaux (c'est à dire ceux qui ne vont pas lire tout cet article), ou bien trouveront réjouissantes ces nouvelles touches visuelles, ou bien (plus vraisemblablement), ne les remarqueront même pas.

Affaire de marque

Animation mise à part, l'uniformité visuelle de Léopard des neiges présente à Apple un certain défi pour le marketing. Même au delà de problème évident qu'il y a à promouvoir auprès des consommateurs une mise à jour de système d'exploitation avec "aucune nouvelle possibilité", il y a la difficulté d'obtenir que les gens remarquent au moins que ce nouveau produit existe.

Dans la période qui a précédé la livraison de Léopard des neiges, Apple s'en est tenu à une version modifiée du thème de l'espace utilisé dans Léopard. Elle était dans les diapos de la keynote, sur les banderolles de la WWDC, sur les DVDs de la livraison aux développeurs, et partout sur le site d'Apple à la section consacrée à Mac OS X. L'image d'entête de la page web d'Apple sur Mac OS X jusqu'à une semaine avant la sortie de Léopard des neiges apparaît ci-dessous. Elle est plutôt froide et sèche : l'espace, les étoiles, de riches nébuleuses violettes, un reflet de lentille.

Snow Leopard

Léopard des neiges, la dernière frontière

Puis est venu le golden master de Léopard des neiges, qui dans un changement agréable par rapport aux précédentes livraisons, a été distribué aux développeurs quelques semaines avant que Léopard des neiges soit livré. Le disque d'installation présente un aspect entièrement différent, qui a finalement été retenu pour le conditionnement de détail. Pour apprécier le changement, alignons les disques plutôt que le conditionnement (qui s'est rapidement rétréci au point de n'inclure que le disque, de toute façon). Voici, de gauche à droite, et du haut vers le bas, les disques de Mac OS 10.0 à 10.6 (les disques 10.0 et 10.1 d'aspect identique ont été réunis). gamme Mac OS X

Eh oui, c'est un léopard des neiges. Avec de la neige dessus. Un peu trop sur le nez, à mon goût, mais pas sans un certain charme. Et il y a une chose importante qui va avec : il est immédiatement reconnaissable comme quelque chose de nouveau, et de différent. On ne peut pas le rater ; c'est comme cela que je peux résumer le conditionnement. Huit ans d'un X géant, centré, embelli de façons variées, et boum, un chat. Il y a peu de chances que quelqu'un qui a vu Léopard sur l'étagère d'un distributeur Apple pendant deux ans ne s'aperçoive pas qu'il s'agit là d'un nouveau produit.

Si vous voulez avoir votre propre image de Snowy, le léopard des neiges (c'est moi qui l'ai nommé ainsi), Apple a eu la gentillesse de l'inclure dans les les images de fond d'écran avec le système. Les utilisateurs impénitents de Windows peuvent le télécharger directement.