1. John Siracusa
    1. Mountain Lion
      1. Introduction
      2. Achat et installation
      3. Changements d'interface (1)
      4. Changements d'interface (2)
      5. Changements d'interface (3)
      6. Applications (1)
      7. Applications (2)
      8. Applications (3)
      9. Applications (4)
      10. Applications (5)
      11. iCloud(1)
      12. iCloud(2)
      13. iCloud(3)
      14. Gatekeeper(1)
      15. Gatekeeper(2)
      16. Retina et HiDPI
      17. Fourre-tout (1)
      18. Fourre-tout (2)
      19. Fourre-tout (3)
      20. Fourre-tout (4)
      21. Fourre-tout (5)
      22. Fourre-tout (6)
      23. Recommandations
      24. Deux pères, un fils
    2. Lion
      1. Introduction
      2. Installation
      3. Revoir les fondamentaux
      4. Redimensionnement des fenêtres
      5. Et voici pour les cinglés
      6. La gestion des fenêtres
      7. Le modèle de document
      8. le modèle des processus
      9. Les éléments internes (1)
      10. Les éléments internes (2)
      11. ARC
      12. Le système de fichiers
      13. Ses modifications dans Lion
      14. Documents, résolution
      15. Le Finder
      16. Mail, Safari
      17. Fourre tout (1)
      18. Fourre tout (2)
      19. Recommendations
    3. Snow Leopard
      1. Introduction
      2. Le ticket d'entrée
      3. L'installation
      4. Nouvel aspect
      5. Détails internes
      6. Quick Time X
      7. Système de fichiers
      8. Faire plus avec plus
      9. LLVM et Clang
      10. Les blocs
      11. Concurrence
      12. Grand Central Dispatch
      13. Asynchronicité
      14. Open CL
      15. La différence...
      16. Quick Time Player
      17. Le Dock
      18. Le Finder
      19. Exchange
      20. Performances
      21. Fourre tout (1)
      22. Fourre tout (2)
      23. Le futur
    4. Leopard
      1. Introduction
      2. L'héritage
      3. Nouvel aspect 1
      4. Nouvel aspect 2
      5. Le noyau
      6. 64 bits
      7. FS Events
      8. Core animation
      9. Quartz GL
      10. Core UI
      11. Détails internes
      12. Le Finder
      13. Le Dock
      14. Time Machine
      15. Performances
      16. Pot pourri
      17. Demain
    5. Tiger
      1. Introduction
      2. Retour sur le passé
      3. Nouvel aspect de Tiger
      4. Mises à jour du noyau
      5. Le lancement
      6. Les méta-données
      7. Attributs étendus
      8. Listes de contrôle d'accès
      9. Spotlight 1
      10. Spotlight 2 : analyse et potentiel
      11. Types de fichiers
      12. Méta-données : la fin
      13. Quartz
      14. Quartz 2D Extreme
      15. Core Image
      16. La vidéo sous Tiger
      17. Dashboard
      18. Le Finder
      19. Les performances
      20. Pot pourri
      21. Conclusion
    6. Panther
      1. Introduction
      2. Les précédents
      3. L'installation
      4. Nouvel aspect
      5. Performances
      6. Changement rapide d'utilisateur
      7. Gestion des fenêtres
      8. Exposé
      9. Le Finder
      10. Performance du Finder
      11. Toujours le même
      12. Safari
      13. XCode
      14. Conclusion
    7. Jaguar
      1. Introduction
      2. Le nom
      3. L'installation
      4. Modifications d'Unix
      5. Dévelopeurs...
      6. Quoi de neuf
      7. Rendezvous
      8. Quartz Extrême
      9. Performance
      10. Compositions
      11. Le Finder
      12. Applications
      13. Sherlock
      14. Le portrait
    8. Puma
      1. Prelude
      2. Introduction
      3. Installation
      4. Réglages système
      5. Performance
      6. Redimensionnement des fenêtres
      7. Utilisation de la mémoire
      8. Diagnostics de mémoire
      9. L'environnement Classique
      10. L'interface Utilisateur
      11. Le Finder
      12. Extensions de fichiers
      13. Divers, conclusion
    9. Cheeta (Mac OS X 10.0)
      1. Qu'est ce que Mac OS X
      2. Installation
      3. Le démarrage
      4. Utilisation de la RAM
      5. Performance
      6. Performance des applications
      7. Stabilité
      8. L'interface utilisateur
      9. Le Finder
      10. Le navigateur du Finder
      11. Le Finder (divers)
      12. L'interface utilisateur
      13. Os X Classique
      14. Système de fichiers
      15. Unix
      16. Applications
      17. Conclusion
    10. Les débuts de MacOsX
      1. 1999 : OSX DP2
      2. 2000 : Quartz et Aqua/a>
      3. Fin de la lune de miel
      4. la première bêta publique
      5. 2001 : Mac OS X 10.0
      6. Un investissement
    11. Finder Spatial
      1. Introduction
      2. Interfaces spatiales
      3. Le Finder spatial
      4. Le concierge
      5. Un nouveau Finder
      6. Le browser
      7. Le browser spatial
      8. Finder et méta-données
      9. Les modèles
      10. Pensées finales

Faire plus avec plus




La loi de Moore est largement citée dans les milieux technologiques, et est aussi très communément mal comprise. Sa formulation la plus souvent utilisée est que "les ordinateurs doublent de vitesse tous les ans, ou presque", mais ce n'est pas du tout ce que Gordon Moore a écrit. Son article de 1965 dans la revue "Electronics" abordait de nombreux sujets sur l'industrie des semi-conducteurs, mais s'il fallait le résumer par une seule "loi", ce serait que, grosso-modo, le nombre de transistors qu'on peut loger dans un pouce carré de silicium double tous les 12 mois.

Plus tard, Moore a modifié cela à deux ans, mais la durée n'est pas le point où les gens se trompent. Le problème, c'est la confusion entre le doublement de la densité des transistors, et le doublement de la "vitesse de l'ordinateur". (Il est encore plus problématique de définir une "loi" sur la base d'un seul article de 1965, mais, bon, mettons ça de côté pour l'instant . Pour une discussion plus complète de la loi de Moore, lisez s'il vous plaît l'article classique de Jon Stokes).

Pendant des décennies, chaque augmentation de la densité des transistors fut en fait accompagnée d'une augmentation comparable de la vitesse de calcul, grâce à des vitesses d'horloge toujours plus élevées, et à l'apparition de l'exécution superscalaire. Cela a bien marché -le code s'exécutait plus rapidement sur chaque nouveau CPU- jusqu'à ce que la dure réalite de le densité de puissance mette fin à la fête.

La loi de Moore continue , du moins pour l'instant, mais notre capacité à permettre au code de tourner plus vite à chaque nouvel accroissement de la densité des transistors s'est considérablement ralentie. Le repas gratuit, c'est terminé. Les vitesses d'horloge des CPU qui ont stagné depuis des années sont en fait en train de diminuer le plus souvent. (Le dernier Mac Pro 2009 de haut de gamme contient un CPU à 2,93 GHz, alors que le modèle de 2008 pouvait être équipé d'un CPU à 3,2 GHz). L'ajout d'unités d'exécution à un CPU a aussi atteint un point d'inflexion depuis longtemps, étant données les limites du parallélisme des instructions dans le code des applications courantes.

Et nous avons encore toutes ces transitions qui pleuvent sur nous, de plus en plus chaque année. Le défi est de trouver de nouvelles façons de les utiliser efficacement pour rendre les ordinateurs plus rapides.

Au point où nous en sommes, la réponse de l'industrie des semi-conducteurs a été de nous donner plus que ce que nous avons déjà. Alors qu'autrefois, un CPU contenait une seule unité logique de calcul, maintenant, les CPUs, même dans les ordinateurs de bas de gamme, contiennent deux cœurs, et les modèles de haut de gamme affichent deux processeurs avec 8 cœurs logiques chacun. Je l'accorde, les cœurs eux-mêmes deviennent plus rapides en général en en faisant plus que leurs prédécesseurs pour une même vitesse d'horloge, mais cela n'intervient pas jusqu'à approcher le taux auquel les cœurs se multiplient.

Malheureusement, d'une façon générale, un CPU à deux cœurs ne va pas faire tourner votre application deux fois plus vite qu'un simple CPU. En fait, votre application n'ira sans doute pas plus vite du tout, à moins qu'elle n'ait été écrite pour tirer avantage de plus d'un seul cœur. Confrontés à une surabondance de transistors, les fabricants de processeurs se sont retournés, et fournissent plus de ressources de calcul que les programmeurs ne sont capables d'en utiliser, transférant ainsi l'essentiel de la responsabilité d'ordinateurs plus rapides aux gens chargés du logiciel.

Nous sommes dans le système d'exploitation, et nous sommes là pour vous aider

C'est dans cet environnement que Léopard des neiges est né. S'il y a une responsabilité (la sécurité mise à part) que les vendeurs d'un système d'exploitation devraient ressentir, en cette année 2009, c'est de trouver un moyen pour les applications (et l'OS lui-même) d'utiliser la richesse toujours plus grande des ressources de calcul à leur disposition. Si j'avais à choisir un seul "thème" technologique pour Léopard des neiges, ce serait : aider les développeurs à utiliser tout ce silicium disponible; les aider à faire plus, avec plus.

A cette fin, Léopard des neiges inclut deux nouvelles APIs significatives, secondées par plusieurs améliorations de l'infrastructure, plus petites, mais aussi importantes. Nous allons commencer en bas, et croyez-le ou non, par le compilateur.