1. John Siracusa
    1. Mountain Lion
      1. Introduction
      2. Achat et installation
      3. Changements d'interface (1)
      4. Changements d'interface (2)
      5. Changements d'interface (3)
      6. Applications (1)
      7. Applications (2)
      8. Applications (3)
      9. Applications (4)
      10. Applications (5)
      11. iCloud(1)
      12. iCloud(2)
      13. iCloud(3)
      14. Gatekeeper(1)
      15. Gatekeeper(2)
      16. Retina et HiDPI
      17. Fourre-tout (1)
      18. Fourre-tout (2)
      19. Fourre-tout (3)
      20. Fourre-tout (4)
      21. Fourre-tout (5)
      22. Fourre-tout (6)
      23. Recommandations
      24. Deux pères, un fils
    2. Lion
      1. Introduction
      2. Installation
      3. Revoir les fondamentaux
      4. Redimensionnement des fenêtres
      5. Et voici pour les cinglés
      6. La gestion des fenêtres
      7. Le modèle de document
      8. le modèle des processus
      9. Les éléments internes (1)
      10. Les éléments internes (2)
      11. ARC
      12. Le système de fichiers
      13. Ses modifications dans Lion
      14. Documents, résolution
      15. Le Finder
      16. Mail, Safari
      17. Fourre tout (1)
      18. Fourre tout (2)
      19. Recommendations
    3. Snow Leopard
      1. Introduction
      2. Le ticket d'entrée
      3. L'installation
      4. Nouvel aspect
      5. Détails internes
      6. Quick Time X
      7. Système de fichiers
      8. Faire plus avec plus
      9. LLVM et Clang
      10. Les blocs
      11. Concurrence
      12. Grand Central Dispatch
      13. Asynchronicité
      14. Open CL
      15. La différence...
      16. Quick Time Player
      17. Le Dock
      18. Le Finder
      19. Exchange
      20. Performances
      21. Fourre tout (1)
      22. Fourre tout (2)
      23. Le futur
    4. Leopard
      1. Introduction
      2. L'héritage
      3. Nouvel aspect 1
      4. Nouvel aspect 2
      5. Le noyau
      6. 64 bits
      7. FS Events
      8. Core animation
      9. Quartz GL
      10. Core UI
      11. Détails internes
      12. Le Finder
      13. Le Dock
      14. Time Machine
      15. Performances
      16. Pot pourri
      17. Demain
    5. Tiger
      1. Introduction
      2. Retour sur le passé
      3. Nouvel aspect de Tiger
      4. Mises à jour du noyau
      5. Le lancement
      6. Les méta-données
      7. Attributs étendus
      8. Listes de contrôle d'accès
      9. Spotlight 1
      10. Spotlight 2 : analyse et potentiel
      11. Types de fichiers
      12. Méta-données : la fin
      13. Quartz
      14. Quartz 2D Extreme
      15. Core Image
      16. La vidéo sous Tiger
      17. Dashboard
      18. Le Finder
      19. Les performances
      20. Pot pourri
      21. Conclusion
    6. Panther
      1. Introduction
      2. Les précédents
      3. L'installation
      4. Nouvel aspect
      5. Performances
      6. Changement rapide d'utilisateur
      7. Gestion des fenêtres
      8. Exposé
      9. Le Finder
      10. Performance du Finder
      11. Toujours le même
      12. Safari
      13. XCode
      14. Conclusion
    7. Jaguar
      1. Introduction
      2. Le nom
      3. L'installation
      4. Modifications d'Unix
      5. Dévelopeurs...
      6. Quoi de neuf
      7. Rendezvous
      8. Quartz Extrême
      9. Performance
      10. Compositions
      11. Le Finder
      12. Applications
      13. Sherlock
      14. Le portrait
    8. Puma
      1. Prelude
      2. Introduction
      3. Installation
      4. Réglages système
      5. Performance
      6. Redimensionnement des fenêtres
      7. Utilisation de la mémoire
      8. Diagnostics de mémoire
      9. L'environnement Classique
      10. L'interface Utilisateur
      11. Le Finder
      12. Extensions de fichiers
      13. Divers, conclusion
    9. Cheeta (Mac OS X 10.0)
      1. Qu'est ce que Mac OS X
      2. Installation
      3. Le démarrage
      4. Utilisation de la RAM
      5. Performance
      6. Performance des applications
      7. Stabilité
      8. L'interface utilisateur
      9. Le Finder
      10. Le navigateur du Finder
      11. Le Finder (divers)
      12. L'interface utilisateur
      13. Os X Classique
      14. Système de fichiers
      15. Unix
      16. Applications
      17. Conclusion
    10. Les débuts de MacOsX
      1. 1999 : OSX DP2
      2. 2000 : Quartz et Aqua/a>
      3. Fin de la lune de miel
      4. la première bêta publique
      5. 2001 : Mac OS X 10.0
      6. Un investissement
    11. Finder Spatial
      1. Introduction
      2. Interfaces spatiales
      3. Le Finder spatial
      4. Le concierge
      5. Un nouveau Finder
      6. Le browser
      7. Le browser spatial
      8. Finder et méta-données
      9. Les modèles
      10. Pensées finales

Fourre tout




Dans la section "Fourre tout" j'examine habituellement des caractéristiques mineures, largement sans lien entre elles, qui ne méritent pas un chapitre par elles-mêmes. Mais quand on en vient aux caractéristiques visibles par l'utilisateur, Léopard des neiges est du genre "tout dans le pot", si vous voyez ce que je veux dire. Apple en a même sa propre version avec une page géante de "raffinements". Je vais sans doute faire double emploi avec quelques uns, mais il y en a aussi des nouveaux ici.

De nouvelles colonnes dans les dialogue ouvrir/sauver

La vue en liste de la fenêtre de dialogue ouvrir/sauver propose maintenant plus que les colonnes "Nom" et "Date de modification". Un clic droit sur n'importe quelle colonne propose un choix d'autres colonnes à afficher. Il y a longtemps que j'avais besoin de cette possibilité, et je suis satisfait que quelqu'un ait finalement eu le temps de l'implanter.

Colonnes configurables

Des colonnes configurables dans les dialogues Ouvrir/Sauver

Support de scanner amélioré

L'application Image Capture fournie avec Mac OS X a maintenant la capacité d'utiliser un large éventail de scanners. J'ai branché mon Epson Stylus CX7800, un périphérique qui nécessitait auparavant un logiciel de tierce partie pour pouvoir scanner, et Image capture l'a détecté immédiatement.

Scanner Epson

Scanner Epson et Transfert d'image

Image Capture est aussi une petite application de scanning pas mauvaise. Il permet une assez bonne détection automatique d'objets, y compris d'objets multiples, évitant le besoin de les récupérer manuellement. Compte tenu de la qualité parfois médiocre des pilotes de scanners et d'imprimantes pour Mac OS X, la possibilité d'utiliser une version fournie est bienvenue.

La guerre des bits dans Préférence Système

Préférences Système, comme à peu près toutes les autres applications dans Léopard des neiges, et en 64 bits. Mais comme les applications 64 bits ne peuvent pas charger des greffons 32 bits, cela pose un problème pour la moisson existante de préférences en tierce partie. Préférences Système gère cette situation avec une certaine grâce. Au démarrage, il affichera toutes les icônes des fenêtres de préférences, 64 bits ou 32 bits. Mais si vous cliquez sur une préférence en 32 bits, vous obtenez une notification comme celle-ci :

64bits vs 32 bits

Conflit entre Applications 64 bits et greffons 32 bits.

Cliquez sur "OK", et Préférences système va se relancer en mode 32 bits, qui est clairement indiqué dans la barre de titre. Comme toutes les fenêtres de préférences d'Apple sont compilées à la fois pour 64 et 32 bits, les préférences système n'ont pas besoin de se relancer pendant la durée d'utilisation. Cela amène à de poser la question : pourquoi ne pas lancer tout le temps Préférences Système en 32 bits ? Je soupçonne que c'est une autre façon pour Apple d'"encourager" les développeurs à créer des binaires compatibles 64 bits.

Les greffons de Safari

L'impossibilité des applications 64 bits à charger des greffons 32 bits est aussi un problème pour Safari. Les greffons sont si importants pour travailler sur le Web, que relancer le mode 32 bits n'est pas réellement une option. Vous seriez sans doute obligé de relancer en mode 32 bits dès que vous visitez votre première page web. Mais Apple tient à ce que Safari fonctionne en mode 64 bits, à cause d'améliorations importantes des performances dans le moteur Javascript, et d'autres parties de l'application qui ne sont pas disponibles en mode 32 bits.

La solution retenue est similaire à ce qu'Apple a fait avec QuickTime X et les greffons 32 bits de QuickTime 7. Safari fait tourner les greffons 32 bits dans des processus 32 bits séparés si nécessaire.

Processus séparés sous Safari 32 bits

Des processus séparés pour les greffons 32 bits Safari

Ceci a l'avantage supplémentaire, très important, d'isoler les greffons potentiellement bogués. En se basant sur les rapports de crash automatisés, Apple a identifié que la cause principale des crash est les greffons du navigateur Web. Faites attention, ce n'est pas la cause numéro 1 des crash dans Safari, c'est la cause numéro 1 quand on considère les crash de toutes applications dans Mac OS X. Et bien que le nom n'ait pas été donné, je pense que nous connaissons tous le responsable principal.

Comme vous le voyez ci-dessus, le greffon QuickTime a le même traitement que Flash et les autres greffons 32 bits de parties tierces pour Safari. Tout ceci signifie que quand un greffon se crash, Safari dans Léopard des neiges résiste. La fenêtre ou l'onglet contenant le greffon en cause ne se ferme même pas. Vous pouvez simplement cliquer sur le bouton "recharger", et donner au gréffon à problème une nouvelle chance de fonctionner convenablement.

Bien que cela soit encore loin de l'approche beaucoup plus robuste employée par Google Chrome où chaque onglet existe dans son propre processus indépendant, si on en croit les statistiques d'Apple, l'isolation des greffons apporte l'essentiel des bénéfices de processus séparés, avec un changement beaucoup moins radical de l'application Safari elle-même.


Indépendance vis à vis de la résolution

Quand nous avons laissé pour la dernière fois Mac OS X dans son interminable quête d'une interface utilisateur réellement capable de changements d'échelle, c'était presque prêt pour la première fois. Je suis au regret de dire que l'indépendance vis à vis de la résolution n'a pas été, à l'évidence une priorité de Léopard des neiges, parce que ce n'est pas mieux, et que ce serait même plutôt une régression. Voilà comment TextEdit ressemble à un facteur d'échelle 2.0 dans Léopard et dans Léopard des neiges

TextEdit sous Léopard

TextEdit à l'échelle 2 dans Léopard

TextEdit sous Leopard des neiges

TextEdit à l'échelle 2 dans Léopard des neiges

Ouais, c'est désolant. Je me rappelle encore Apple encourageant les développeurs à avoir leurs applications prêtes pour l'indépendance vis à vis de la résolution pour 2008. C'est une des rares dates que Apple de l'ère Jobs II n'a pas été capable de respecter, et c'est de plus en plus en retard. D'un autre côté, on ne voit pas non plus les moniteurs à 200 DPI pleuvoir du ciel. Mais j'aimerais vraiment voir Apple persévérer là dedans. Cela va sans aucun doute prendre beaucoup de temps pour que tout apparaisse et fonctionne correctement, alors prenons le départ.

Les séparations dans Terminal

L'application Terminal dans Tiger et les précédentes versions de Mac OXS X permettait que chaque fenêtre soit séparée horizontalement en deux vitres distinctes. C'était indispensable pour se référer à une partie antérieure du texte en défilement, tout en tapant des commande à l'invite. De façon regrettable, la séparation avait disparu dans Léopard. Dans Léopard des neiges, la voilà qui revient, et se venge.

séparations sous Terminal

Des séparations comme on veut.

(Maintenant, si mon éditeur de texte favori montait aussi dans le train pour Séparation-City... )

Dans Léopard des neiges, le Terminal utilise aussi par défaut la nouvelle fonte Menio. Mais contrairement à des affirmations passées, la seule vraie fonte monospace, Monaco, est aussi incluse à coup sûr dans Léopard des neiges (voyez l'image au dessus), et elle fonctionne très bien.

Les errances de Préférences Système

Le réarrangement apparemment obligatoire des icônes dans l'application Préférences système qui accompagent chaque version de Mac OS X continue avec Léopard des neiges.

Préférences Système

Les Préférences Système ont encore été rebattues.

Menu Préférences Système

Préférences Système dans le menu Dock.


Cette fois, la vitre "Clavier et Souris" a été séparée en deux : "Clavier" , et "Souris". "International" devient "Langage et Texte" et la section "Internet & Réseau"" devient "Internet & Sans Fil" et récupère la vitre des préférences Bluetooth.

Peut-être, dans un futur lointain, Apple arrivera-t-il finalement à l'arrangement "ultime" des préférences, et nous pouvons tous supporter plus de deux ans sans que notre mémoire motrice soit perturbée.

Avant de passer à la suite, les préférences systèmes ont un truc. Vous pouvez lancer directement une vitre spécifique des Préférences en faisant un clic droit sur l'icône des Préférences Système dans le Dock. Cela marche même quand les préférences système ne tournent pas. Un peu inhabituel mais utile.

Core Location

Un autre cadeau venu de l'iPhone, Core Location, permet de savoir où vous êtes, sur terre. La vitre de préférences "Date et heure" vous donne votre zone horaire automatiquement, en utilisant cette nouvelle possibilité.

TimeZone

Réglez votre zone horaire en fonction de votre position sur le globe, grâce à Core Location

La magie du clavier

Léopard des neiges inclut un outil système simple pour l'auto-correction et l'expansion de texte disponible dans la vitre de préférences "Langage & Texte". Il n'est pas tout à fait prêt pour remplacer une application tierce payante, mais, hé, il est gratuit.

Text Expansion

Expansion du texte et auto-correction

La vitre des préférences raccourcis clavier a été réorganisée. Maintenant, au lieu d'une seule longue liste de raccourcis valables pour tout le système, ils sont groupés en catégories. Cela réduit le désordre, mais rend aussi plus difficile l'accès au raccourci qui vous intéresse.

Raccourcis Clavier

Les raccourcis clavier, maintenant regroupés en catégories.