1. John Siracusa
    1. Mountain Lion
      1. Introduction
      2. Achat et installation
      3. Changements d'interface (1)
      4. Changements d'interface (2)
      5. Changements d'interface (3)
      6. Applications (1)
      7. Applications (2)
      8. Applications (3)
      9. Applications (4)
      10. Applications (5)
      11. iCloud(1)
      12. iCloud(2)
      13. iCloud(3)
      14. Gatekeeper(1)
      15. Gatekeeper(2)
      16. Retina et HiDPI
      17. Fourre-tout (1)
      18. Fourre-tout (2)
      19. Fourre-tout (3)
      20. Fourre-tout (4)
      21. Fourre-tout (5)
      22. Fourre-tout (6)
      23. Recommandations
      24. Deux pères, un fils
    2. Lion
      1. Introduction
      2. Installation
      3. Revoir les fondamentaux
      4. Redimensionnement des fenêtres
      5. Et voici pour les cinglés
      6. La gestion des fenêtres
      7. Le modèle de document
      8. le modèle des processus
      9. Les éléments internes (1)
      10. Les éléments internes (2)
      11. ARC
      12. Le système de fichiers
      13. Ses modifications dans Lion
      14. Documents, résolution
      15. Le Finder
      16. Mail, Safari
      17. Fourre tout (1)
      18. Fourre tout (2)
      19. Recommendations
    3. Snow Leopard
      1. Introduction
      2. Le ticket d'entrée
      3. L'installation
      4. Nouvel aspect
      5. Détails internes
      6. Quick Time X
      7. Système de fichiers
      8. Faire plus avec plus
      9. LLVM et Clang
      10. Les blocs
      11. Concurrence
      12. Grand Central Dispatch
      13. Asynchronicité
      14. Open CL
      15. La différence...
      16. Quick Time Player
      17. Le Dock
      18. Le Finder
      19. Exchange
      20. Performances
      21. Fourre tout (1)
      22. Fourre tout (2)
      23. Le futur
    4. Leopard
      1. Introduction
      2. L'héritage
      3. Nouvel aspect 1
      4. Nouvel aspect 2
      5. Le noyau
      6. 64 bits
      7. FS Events
      8. Core animation
      9. Quartz GL
      10. Core UI
      11. Détails internes
      12. Le Finder
      13. Le Dock
      14. Time Machine
      15. Performances
      16. Pot pourri
      17. Demain
    5. Tiger
      1. Introduction
      2. Retour sur le passé
      3. Nouvel aspect de Tiger
      4. Mises à jour du noyau
      5. Le lancement
      6. Les méta-données
      7. Attributs étendus
      8. Listes de contrôle d'accès
      9. Spotlight 1
      10. Spotlight 2 : analyse et potentiel
      11. Types de fichiers
      12. Méta-données : la fin
      13. Quartz
      14. Quartz 2D Extreme
      15. Core Image
      16. La vidéo sous Tiger
      17. Dashboard
      18. Le Finder
      19. Les performances
      20. Pot pourri
      21. Conclusion
    6. Panther
      1. Introduction
      2. Les précédents
      3. L'installation
      4. Nouvel aspect
      5. Performances
      6. Changement rapide d'utilisateur
      7. Gestion des fenêtres
      8. Exposé
      9. Le Finder
      10. Performance du Finder
      11. Toujours le même
      12. Safari
      13. XCode
      14. Conclusion
    7. Jaguar
      1. Introduction
      2. Le nom
      3. L'installation
      4. Modifications d'Unix
      5. Dévelopeurs...
      6. Quoi de neuf
      7. Rendezvous
      8. Quartz Extrême
      9. Performance
      10. Compositions
      11. Le Finder
      12. Applications
      13. Sherlock
      14. Le portrait
    8. Puma
      1. Prelude
      2. Introduction
      3. Installation
      4. Réglages système
      5. Performance
      6. Redimensionnement des fenêtres
      7. Utilisation de la mémoire
      8. Diagnostics de mémoire
      9. L'environnement Classique
      10. L'interface Utilisateur
      11. Le Finder
      12. Extensions de fichiers
      13. Divers, conclusion
    9. Cheeta (Mac OS X 10.0)
      1. Qu'est ce que Mac OS X
      2. Installation
      3. Le démarrage
      4. Utilisation de la RAM
      5. Performance
      6. Performance des applications
      7. Stabilité
      8. L'interface utilisateur
      9. Le Finder
      10. Le navigateur du Finder
      11. Le Finder (divers)
      12. L'interface utilisateur
      13. Os X Classique
      14. Système de fichiers
      15. Unix
      16. Applications
      17. Conclusion
    10. Les débuts de MacOsX
      1. 1999 : OSX DP2
      2. 2000 : Quartz et Aqua/a>
      3. Fin de la lune de miel
      4. la première bêta publique
      5. 2001 : Mac OS X 10.0
      6. Un investissement
    11. Finder Spatial
      1. Introduction
      2. Interfaces spatiales
      3. Le Finder spatial
      4. Le concierge
      5. Un nouveau Finder
      6. Le browser
      7. Le browser spatial
      8. Finder et méta-données
      9. Les modèles
      10. Pensées finales

Pot pourri (suite)




Le dilemme du Mac endormi

Je n'aime pas laisser mon Mac Pro tourner 24 heures sur 24, particulièrement en été dans ma maison sans air conditionné. Mais je veux avoir accès aux fichiers sur mon Mac quand je suis ailleurs, au travail, sur la route, etc... Il possible de réveiller à distance un Mac endormi, mais il faut pour cela être sur le même réseau local.

Ma solution a été de laisser un portable, plus petit, moins gourmand en énergie ouvert tout le temps sur le même réseau que mon Mac Pro. Pour réveiller mon Mac Pro à distance, j'envoie un ssh sur le portable, et j'envoie le paquet magique du réveil au Mac Pro. (Pour que ça marche, la case "Réactiver lors d'un accès administrateur via le réseau Ethernet" doit être cochée dans les Options de la vitre de Préférences "Economiseur d'énergie").

Léopard des neiges fournit une solution pour cela sans laisser aucun de mes ordinateurs en fonctionnement toute la journée. Quand un Mac sous Léopard des neiges se met en veille, il cherche à récupérer son adresse IP après du routeur. (Cela ne fonctionne qu'avec une base Airport Extrême de 2007 ou plus récente, ou une Time Capsule de 2008 ou plus récente, avec le dernier firmware -7.4.2- installé). Le routeur surveille alors tout essai pour se connecter à l'adresse IP. Quand il s'en produit un, il réveille le propriétaire, renvoie l'adresse IP, et transmet le trafic comme il se doit.

Vous pouvez même réveiller quelques Macs de modèle récent par Wi Fi. Combiné avec la fonction de reconnaissance "Back to my Mac" du DNS dynamique de MobileMe, cela signifie que je peux laisser tous mes Macs endormis, et avoir encore accès à leur contenu, n'importe où, n'importe quand.

Retour sur le hack

Comme cela est devenu traditionnel, cette nouvelle version de Mac OS X rend la vie un peu plus difficile pour les développeurs dont le logiciel fonctionne en bricolant la représentation en mémoire d'autres applications actives, ou du système d'exploitation lui-même. Cela inclut les gestionnaires d'entrée, les greffons SIMBL, et bien sûr, les redoutés Haxies

Les gestionnaires d'entrée récupèrent la plus mauvaise part. Actuellement, ils ne sont pas acceptés, et ne fonctionnent pas dans les applications 64 bits depuis Léopard. Ce n'était pas une grosse affaire, quand Mac OS X était livré avec seulement deux applications 64 bits. Mais maintenant, avec presque toutes les applications de Léopard des neiges en 64 bits, cela devient très important.

Grâce à l'absence dans Safari d'un mécanisme d'extension officiellement approuvé, les développeurs cherchant à en augmenter les possibilités se sont le plus souvent reportés sur l'utilisation de gestionnaires d'entrée, et sur SIMBL (qui est un framework de gestionnaire d'entrée). Safari en 64 bits réduit considérablement ce marché. Bien qu'il soit possible de configurer manuellement Safari pour qu'il se lance en 32 bits - Get Info sur l'application, dans le Finder, et cocher une case- , ce n'est pas dans l'idéal ce que les développeurs veulent forcer les utilisateurs à faire.

Heureusement, au moins une des améliorations communément utilisées de Safari a le bon goût de s'installer par dessus l'API de greffons à usage du navigateur, utilisée par Flash, QuickTime, etc., et officiellement acceptée. Mais ce n'est pas une approche facile pour les extensions Safari qui améliorent les fonctionnalités d'une façon qui n'est pas directement associée à l'affichage de types de contenus particuliers dans une page Web.

Bien que j'envisage d'utiliser Safari dans son mode par défaut en 64 bits, je vais beaucoup regretter Saft, une extension Safari que j'utilise pour la restauration d'une session (oui, je sais que Safari a cette possibilité, mais elle est activée manuellement, une horreur) et pour les raccourcis de la barre d'addresse (par exemple "w noodles" pour aller voir "noodles" dans Wikipédia). J'espère que des développeurs avisés vont trouver un moyen de dépasser ce nouveau défi. Ils semblent toujours y arriver, en fin de compte. (Ou bien, Apple pourrait rajouter sa propre extension système à Safari, évidemment. Mais je ne retiens pas mon souffle).

Quant aux Haxies, ils ne fonctionnent habituellement plus après chaque mise à jour du système, bien sûr. Et à chaque fois, les gars déterminés chez Unsanity, en dépit de toute probabilité, réussissent à maintenir leur logiciel en marche. Je les salue pour leur effort. J'ai retardé ma mise à jour à Léopard pendant longtemps uniquement à cause de l'absence de l'adoré WindowShade X. J'espère que je n'aurai pas à attendre trop longtemps une version compatible avec Léopard des neiges.

La tendance générale dans Mac OS X est toujours depuis une forme quelconque de partage involontaire de l'espace mémoire, vers des greffons "externes" qui vivent leur propre vie, des processus séparés. Même les greffons de menu contextuel dans le Finder ont été invalidés, et remplacés par une API Services, améliorée, mais toujours moins efficace. A nouveau, je fais confiance aux développeurs pour s'adapter. Mais l'attente est la chose la plus difficile.

L'échec sur ZFS

Il semble que nous allons tous attendre un peu plus longtemps pour qu'un système de fichiers en armure dorée remplace le vénérable HFS+ (onze ans d'âge) comme système de fichiers par défaut dans Mac OS X. En dépit des rumeurs, de déclarations claires, de beaucoup de code disponible en pre-release, le support de l'impressionnant système de fichiers ZFS n'est pas présent dans Léopard des neiges.

C'est une honte, parce que Time Machine aurait véritablement besoin de la puissance de ZFS. Qui plus est, Apple semble d'accord, comme le montre la réponse d'un employé d'Apple à la liste sur ZFS l'an dernier . Interrogé sur une implémentation utilisant ZFS, la réponse était encourageante : " Cette chose là est importante, et viendra sans doute un jour, mais pas pour SL" (SL mis pour Snow Leopard).

Il y a beaucoup des raisons pour lesquelles ZFS (ou un système de fichiers similaire) s'adapte parfaitement à Time Machine, mais la plus importante est sa capacité à envoyer seulement les modifications au niveau d'un bloc pour chaque sauvegarde. Tel que Time Machine est actuellement fait, si vous faites une petite modification dans un fichier géant, le fichier géant tout entier est copié sur le volume de Time Machine au cours de la sauvegarde suivante. Cela est très dispendieux et prend beaucoup de temps, en particulier pour les gros fichiers qui sont constamment modifiés au cours d'une journée (par exemple la base de courriel d'Entourage). Time Machine tournant sur ZFS ne pourrait transmettre que les blocs du disque qui ont changé (128 Ko au maximum sous ZFS, et généralement beaucoup moins).

ZFS apporterait aussi une robustesse accrue pour les données et les méta-données, un modèle de stockage mutualisé (pool), des clichés et des clones à heure constante, et un poney. Les gens demandent parfois qu'est-ce qui ne va pas avec HFS+. En plus du manque évident des possibilités listées plus haut, HFS + est limité de nombreuses façons par sa conception ancienne, basée sur HFS, un système de fichiers qui a maintenant 25 ans.

Pour ne donner qu'un exemple, le fichier Catalogue, au centre du système, qui doit être modifié à chaque modification de la structure du système de fichiers est une inévitable et fréquente source d'ennuis. Les systèmes de fichiers modernes dispersent leurs méta-données, pour plus de robustesse (des copies multiples sont souvent conservées à des endroits différents sur le disque), et permettent une meilleure simultanéité.

En pratique, pensez à ces moments où vous utilisez Utilitaire de Disques sur un volume HFS + et où il trouve (et répare si possible) une foule d'erreurs. C'est mauvais, n'est-ce pas ? C'est quelque chose qui ne devrait pas arriver avec un système de fichiers moderne, soigneusement vérifié, et toujours consistant sur le disque, à moins qu'il y ait des problèmes matériels (et un pool de stockage ZFS peut tout à fait gérer cela aussi). Et pour le moment, cela arrive tout le temps avec les disques HFS + de Mac OS X, quand certains bits de méta-données se trouvent corrompus, ou sont périmés.

Apple laisse passer les années, en raccommodant de nouvelles fonctionnalités sur HFS+ avec du ruban adhésif et des prières, mais à un certain moment, il faut bien qu'il y ait un successeur, que ce soit ZFS, un système de fichiers concocté chez Apple, ou quelque chose de complètement différent. Je croise les doigts pour Mac OS 10.7.