1. John Siracusa
    1. Mountain Lion
      1. Introduction
      2. Achat et installation
      3. Changements d'interface (1)
      4. Changements d'interface (2)
      5. Changements d'interface (3)
      6. Applications (1)
      7. Applications (2)
      8. Applications (3)
      9. Applications (4)
      10. Applications (5)
      11. iCloud(1)
      12. iCloud(2)
      13. iCloud(3)
      14. Gatekeeper(1)
      15. Gatekeeper(2)
      16. Retina et HiDPI
      17. Fourre-tout (1)
      18. Fourre-tout (2)
      19. Fourre-tout (3)
      20. Fourre-tout (4)
      21. Fourre-tout (5)
      22. Fourre-tout (6)
      23. Recommandations
      24. Deux pères, un fils
    2. Lion
      1. Introduction
      2. Installation
      3. Revoir les fondamentaux
      4. Redimensionnement des fenêtres
      5. Et voici pour les cinglés
      6. La gestion des fenêtres
      7. Le modèle de document
      8. le modèle des processus
      9. Les éléments internes (1)
      10. Les éléments internes (2)
      11. ARC
      12. Le système de fichiers
      13. Ses modifications dans Lion
      14. Documents, résolution
      15. Le Finder
      16. Mail, Safari
      17. Fourre tout (1)
      18. Fourre tout (2)
      19. Recommendations
    3. Snow Leopard
      1. Introduction
      2. Le ticket d'entrée
      3. L'installation
      4. Nouvel aspect
      5. Détails internes
      6. Quick Time X
      7. Système de fichiers
      8. Faire plus avec plus
      9. LLVM et Clang
      10. Les blocs
      11. Concurrence
      12. Grand Central Dispatch
      13. Asynchronicité
      14. Open CL
      15. La différence...
      16. Quick Time Player
      17. Le Dock
      18. Le Finder
      19. Exchange
      20. Performances
      21. Fourre tout (1)
      22. Fourre tout (2)
      23. Le futur
    4. Leopard
      1. Introduction
      2. L'héritage
      3. Nouvel aspect 1
      4. Nouvel aspect 2
      5. Le noyau
      6. 64 bits
      7. FS Events
      8. Core animation
      9. Quartz GL
      10. Core UI
      11. Détails internes
      12. Le Finder
      13. Le Dock
      14. Time Machine
      15. Performances
      16. Pot pourri
      17. Demain
    5. Tiger
      1. Introduction
      2. Retour sur le passé
      3. Nouvel aspect de Tiger
      4. Mises à jour du noyau
      5. Le lancement
      6. Les méta-données
      7. Attributs étendus
      8. Listes de contrôle d'accès
      9. Spotlight 1
      10. Spotlight 2 : analyse et potentiel
      11. Types de fichiers
      12. Méta-données : la fin
      13. Quartz
      14. Quartz 2D Extreme
      15. Core Image
      16. La vidéo sous Tiger
      17. Dashboard
      18. Le Finder
      19. Les performances
      20. Pot pourri
      21. Conclusion
    6. Panther
      1. Introduction
      2. Les précédents
      3. L'installation
      4. Nouvel aspect
      5. Performances
      6. Changement rapide d'utilisateur
      7. Gestion des fenêtres
      8. Exposé
      9. Le Finder
      10. Performance du Finder
      11. Toujours le même
      12. Safari
      13. XCode
      14. Conclusion
    7. Jaguar
      1. Introduction
      2. Le nom
      3. L'installation
      4. Modifications d'Unix
      5. Dévelopeurs...
      6. Quoi de neuf
      7. Rendezvous
      8. Quartz Extrême
      9. Performance
      10. Compositions
      11. Le Finder
      12. Applications
      13. Sherlock
      14. Le portrait
    8. Puma
      1. Prelude
      2. Introduction
      3. Installation
      4. Réglages système
      5. Performance
      6. Redimensionnement des fenêtres
      7. Utilisation de la mémoire
      8. Diagnostics de mémoire
      9. L'environnement Classique
      10. L'interface Utilisateur
      11. Le Finder
      12. Extensions de fichiers
      13. Divers, conclusion
    9. Cheeta (Mac OS X 10.0)
      1. Qu'est ce que Mac OS X
      2. Installation
      3. Le démarrage
      4. Utilisation de la RAM
      5. Performance
      6. Performance des applications
      7. Stabilité
      8. L'interface utilisateur
      9. Le Finder
      10. Le navigateur du Finder
      11. Le Finder (divers)
      12. L'interface utilisateur
      13. Os X Classique
      14. Système de fichiers
      15. Unix
      16. Applications
      17. Conclusion
    10. Les débuts de MacOsX
      1. 1999 : OSX DP2
      2. 2000 : Quartz et Aqua/a>
      3. Fin de la lune de miel
      4. la première bêta publique
      5. 2001 : Mac OS X 10.0
      6. Un investissement
    11. Finder Spatial
      1. Introduction
      2. Interfaces spatiales
      3. Le Finder spatial
      4. Le concierge
      5. Un nouveau Finder
      6. Le browser
      7. Le browser spatial
      8. Finder et méta-données
      9. Les modèles
      10. Pensées finales

Mountain Lion : la revue de Ars technica (1)

Là où Lion a trébuché, Mountain Lion regroupe et va de l'avant.

Par John Siracusa, 25 Juillet 2012


Introduction




figure

L'activité d'informatique de bureau d'Apple a supporté de multiples humiliations au cours de la dernière décennie. Jadis produit-phare d'Apple, le Mac s'est d'abord retrouvé dévalorisé avec l'iPod -un simple baladeur- au début des années 2000. Aujourd'hui, les choses sont bien pires: sur un graphique des revenus d'Apple, le Mac apparaît comme une bande étroite à terre, alors que les bidules iOS représentent la montagne qui repose dessus.

Apple a présenté la livraison de Mac OS X 10.7 Lion de l'an dernier comme un "retour au Mac". Visiblement, la ligne directrice était la promesse d'Apple de ramener les innovations de son système d'exploitation pour mobiles vers Mac OS X. Mais plus globalement, cela signifiait aussi que le Mac allait recevoir plus d'attention de la part d'Apple.

Cette attention s'est matérialisée par certaines modifications impressionnantes dans certains aspects du système d'exploitation qui n'avaient pas été revus depuis des dizaines d'années : le lancement des applications, le modèle de document, la gestion des processus -même ceux de base comme le re-dimensionnement des fenêtres et le défilement. Quand l'attention renouvelée d'Apple s'est portée sur son système d'exploitation de bureau, de nombreuses parties en ont été considérées comme dépassées et sans intérêt.

A la fin du compte-rendu de Lion l'an dernier, je concluais : "[Lion] marque le point où les livraisons de Mac OS X arrêtent d'être définies par ce qu'on leur a ajouté. A partir de maintenant, Mac OS X devra être jugé par ce qu'on lui a retiré." Malheureusement, l'opération n'a pas été un franc succès. Il y a eu ... des complications.

Les pêchés du Père

Les intentions d'Apple étaient louables. Les nouvelles caractéristiques de Lion disaient toutes des choses vraies : Arrêtez de vous embêter à enregistrer vos documents ; Lion le fait pour vous. Vous n'avez pas besoin de savoir combien d'applications sont en route ; laissez le système d'exploitation gérer ces détails à votre place. Cessez de gâcher votre temps avec le Finder, vos applications ne sont qu'à quelques clics. Et les barres de défilement ? Les bannir de votre vue ressemble à un souffle d'air frais. Croyez-moi, cela va être impressionnant.

Certains utilisateurs de longue date du Mac ont refusé l'assertion d'Apple selon laquelle ces choses là devaient être corrigées. Je n'en fais pas partie, comme, je le suppose, les millions de gens qui ont découvert Apple par l'intermédiaire d'un bidule iOS. Pour la plupart des gens, les problèmes qu'Apple a essayé de corriger dans Lion étaient réels. Mais les solutions se sont révélées d'un abord difficile.

Et puis, il y a eu les bogues, mon Dieu, les bogues ! Il était courant dans les versions 10.x.0 de Mac OS X de rencontrer des bogues associées à une nouvelle fonctionnalité. Ces bogues étaient habituellement corrigées rapidement, la plupart disparaissant dans les versions 10.x.1 ou 10.x.2. Lion s'est distingué à la fois par la nature et par la longévité des bogues. Des bogues dans des fonctionnalités de base, comme la connectivité en WiFi ou la stabilité du butineur Web ont dérouté beaucoup d'utilisateurs de Lion, et il a fallu à Apple plusieurs versions pour corriger les pires d'entre elles à l'issue de beaucoup de longs mois.

L'idée sous-jacente à presque toutes les modifications dans Lion était que le Mac pouvait apprendre une chose ou deux de iOS. Cela n'a pas seulement influencé les bases conceptuelles de l'OS (le fait que les utilisateurs n'ont pas à se préoccuper d'enregistrer leurs documents ou de conserver les ressources en quittant les applications), mais a aussi tout affecté jusqu'à des détails spécifiques de l'interface utilisateur ou de la conception graphique (comme les nouvelles versions ornementales de iCal ou du Carnet d'Adresses).

Ces modifications visibles par l'utilisateur ont aussi rencontré beaucoup de résistance - une fois encore en partie inconsidérée, mais aussi largement justifiée, particulièrement quand ces changements réduisaient les fonctionnalités, ou rendaient les fonctionnalités plus difficiles à découvrir.

Second round pour Apple

Et voilà OS X 10.8, Mountain Lion. Apple avait à moitié tenté d'appeler la version 10.7 "OS X Lion", mais le préfixe était loin d'être complètement éliminé au moment du lancement. C'est ici la première des nombreuses occasions où Mountain Lion prétend réussir là où son prédécesseur a échoué, si bien que c'est "OS X Mountain Lion", délibérément, universellement ; point-barre.

L'élément final de la nouvelle attention portée au Mac par Apple est la décision non officiellement annoncée de passer à des versions annuelles de OS X. Si bien que Mountain Lion n'a pas eu seulement à corriger les faux pas de Lion, il n'a disposé que d'un an de développement pour le faire. En outre, contrairement aux dernières versions de OS X qui se contentaient de modifier le nom de la précédente, Mountain Lion n'a pas le luxe de se concentrer seulement sur des améliorations et des modifications internes. Il doit pousser la balle, espérons le, avec moins de tâtonnements que Lion.

Mais, réfléchissez un peu. Pour un système d'exploitation de bureau en 2012, dans quelle direction est l'"avant" ? La réponse évidente est "vers iOS", mais Lion a prouvé que ce n'était pas si simple. Et de fait, il y faut plus qu'une imitation forcée, sinon, pourquoi continuer le développement d'une plateforme Mac ?

Mountain Lion est la réponse d'Apple à toutes ces questions. C'est la manifestation numérique dans la croyance d'Apple que le Mac est toujours pertinent, qu'il peut être rendu meilleur qu'il était auparavant. D'une certaine façon, je ressens la même impression qu'il y a une dizaine d'années à propos de la nouvelle version d'OS X : je veux y croire.

Table des matières


Introduction

- Les pêchés du Père
- Second round pour Apple


Achat et installation


Interface

- Le Dock
- Les barres de défilement
- Le centre de notification
- Le modèle de document
- La dictée


Les applications

- Contacts
- Calendrier
- Rappels
- Notes
- Messages
- Safari
- Mail
- Partage et semblant de partage
- Qu'y a-t-il dans un nom ?


iCloud

- Un nuage en trois parties
- Stockage de valeur par clé
- Stockage de document
- Core Data
- Vue d'ensemble sur iCloud
- iCloud et vous
- iCloud confronté à la réalité


Gatekeeper

- Signature de code
- Le Bac à sable
- Le jeu des portes


Rétina et HiDPI


Scene Kit


Les améliorations d'Objective C


La gestion de l'énergie


Les pièces manquantes

- HSF+ à jamais
- Plein écran et moniteurs multiples
- Terminaison automatique


Pot-pourri

- Préférences système
- Générales
- Bureau et économiseur d'écran
- Mission Control
- Sécurité et confidentialité
- Moniteurs
- Souris
- Mail, Contacts et Calendriers
- Mises à jour de logiciels
- Time-machine
- Accessibilité
- Launchpad
- Dashboard
- Finder
- Echecs
- Game Center
- File Vault 2
- Noyau ASLR
- Facebook


Recommandations


Conclusion