1. John Siracusa
    1. Mountain Lion
      1. Introduction
      2. Achat et installation
      3. Changements d'interface (1)
      4. Changements d'interface (2)
      5. Changements d'interface (3)
      6. Applications (1)
      7. Applications (2)
      8. Applications (3)
      9. Applications (4)
      10. Applications (5)
      11. iCloud(1)
      12. iCloud(2)
      13. iCloud(3)
      14. Gatekeeper(1)
      15. Gatekeeper(2)
      16. Retina et HiDPI
      17. Fourre-tout (1)
      18. Fourre-tout (2)
      19. Fourre-tout (3)
      20. Fourre-tout (4)
      21. Fourre-tout (5)
      22. Fourre-tout (6)
      23. Recommandations
      24. Deux pères, un fils
    2. Lion
      1. Introduction
      2. Installation
      3. Revoir les fondamentaux
      4. Redimensionnement des fenêtres
      5. Et voici pour les cinglés
      6. La gestion des fenêtres
      7. Le modèle de document
      8. le modèle des processus
      9. Les éléments internes (1)
      10. Les éléments internes (2)
      11. ARC
      12. Le système de fichiers
      13. Ses modifications dans Lion
      14. Documents, résolution
      15. Le Finder
      16. Mail, Safari
      17. Fourre tout (1)
      18. Fourre tout (2)
      19. Recommendations
    3. Snow Leopard
      1. Introduction
      2. Le ticket d'entrée
      3. L'installation
      4. Nouvel aspect
      5. Détails internes
      6. Quick Time X
      7. Système de fichiers
      8. Faire plus avec plus
      9. LLVM et Clang
      10. Les blocs
      11. Concurrence
      12. Grand Central Dispatch
      13. Asynchronicité
      14. Open CL
      15. La différence...
      16. Quick Time Player
      17. Le Dock
      18. Le Finder
      19. Exchange
      20. Performances
      21. Fourre tout (1)
      22. Fourre tout (2)
      23. Le futur
    4. Leopard
      1. Introduction
      2. L'héritage
      3. Nouvel aspect 1
      4. Nouvel aspect 2
      5. Le noyau
      6. 64 bits
      7. FS Events
      8. Core animation
      9. Quartz GL
      10. Core UI
      11. Détails internes
      12. Le Finder
      13. Le Dock
      14. Time Machine
      15. Performances
      16. Pot pourri
      17. Demain
    5. Tiger
      1. Introduction
      2. Retour sur le passé
      3. Nouvel aspect de Tiger
      4. Mises à jour du noyau
      5. Le lancement
      6. Les méta-données
      7. Attributs étendus
      8. Listes de contrôle d'accès
      9. Spotlight 1
      10. Spotlight 2 : analyse et potentiel
      11. Types de fichiers
      12. Méta-données : la fin
      13. Quartz
      14. Quartz 2D Extreme
      15. Core Image
      16. La vidéo sous Tiger
      17. Dashboard
      18. Le Finder
      19. Les performances
      20. Pot pourri
      21. Conclusion
    6. Panther
      1. Introduction
      2. Les précédents
      3. L'installation
      4. Nouvel aspect
      5. Performances
      6. Changement rapide d'utilisateur
      7. Gestion des fenêtres
      8. Exposé
      9. Le Finder
      10. Performance du Finder
      11. Toujours le même
      12. Safari
      13. XCode
      14. Conclusion
    7. Jaguar
      1. Introduction
      2. Le nom
      3. L'installation
      4. Modifications d'Unix
      5. Dévelopeurs...
      6. Quoi de neuf
      7. Rendezvous
      8. Quartz Extrême
      9. Performance
      10. Compositions
      11. Le Finder
      12. Applications
      13. Sherlock
      14. Le portrait
    8. Puma
      1. Prelude
      2. Introduction
      3. Installation
      4. Réglages système
      5. Performance
      6. Redimensionnement des fenêtres
      7. Utilisation de la mémoire
      8. Diagnostics de mémoire
      9. L'environnement Classique
      10. L'interface Utilisateur
      11. Le Finder
      12. Extensions de fichiers
      13. Divers, conclusion
    9. Cheeta (Mac OS X 10.0)
      1. Qu'est ce que Mac OS X
      2. Installation
      3. Le démarrage
      4. Utilisation de la RAM
      5. Performance
      6. Performance des applications
      7. Stabilité
      8. L'interface utilisateur
      9. Le Finder
      10. Le navigateur du Finder
      11. Le Finder (divers)
      12. L'interface utilisateur
      13. Os X Classique
      14. Système de fichiers
      15. Unix
      16. Applications
      17. Conclusion
    10. Les débuts de MacOsX
      1. 1999 : OSX DP2
      2. 2000 : Quartz et Aqua/a>
      3. Fin de la lune de miel
      4. la première bêta publique
      5. 2001 : Mac OS X 10.0
      6. Un investissement
    11. Finder Spatial
      1. Introduction
      2. Interfaces spatiales
      3. Le Finder spatial
      4. Le concierge
      5. Un nouveau Finder
      6. Le browser
      7. Le browser spatial
      8. Finder et méta-données
      9. Les modèles
      10. Pensées finales

Mountain Lion : la revue de Ars technica (2)

Là où Lion a trébuché, Mountain Lion regroupe et va de l'avant.

Par John Siracusa, 25 Juillet 2012


L'achat et l'installation

Lion a été la première version de Mac OS X vendue exclusivement sur l'Apple Store. Bon, disons presque exclusivement. En prévision des préventions des passionnés de technologie, (et des besoins légitimes de quelques professionnels pour une procédure d'installation sans réseau), Apple a proposé une clé USB de Lion à $69 - notablement plus chère que les $29 qu'il en coûte sur l'AppStore - un mois après le lancement. Je n'ai encore vu personnellement aucune de ces clés USB. C'est sans doute parce que il y en a très peu qui se sont vendues. Apple affirme qu'il n'y aura pas de produit équivalent pour Mountain Lion.

D'une façon générale, la transition d'Apple entre le média physique et la mise à jour de l'OS sur le réseau s'est passée en douceur. Peut-être que la plupart des utilisateurs ont reçu leur mise à jour de l'OS en achetant un nouveau Mac, avec le nouvel OS pré-installé, et que le peu de ceux qui veulent faire une mise à jour sur un Mac existant sont assez experts en technologie (et assez pourvus en largeur de bande) pour gérer un téléchargement de plusieurs Giga Octets à partir de l'Apple Store du Mac. Quelle que soit l'explication, il semble que la plupart des gens qui voulaient Lion ont été capables de l'obtenir avec un minimum d'embarras. La même chose sera sans doute vraie pour Mountain Lion.

Sans surprise, Apple suit une stratégie semblable avec Mountain Lion. Voyez le Mac App Store au bas prix de 15,99 €. Au point où on en est, il est presque étonnant qu'Apple fasse payer quelque chose.

figure

Les prix d'OS X par version de 2007 à 2012

Comme ce fut le cas pour toutes les versions non serveur de l'OS Mac, Mountain Lion n'a pas de numéro de série, pas de procédure d'activation du produit et pas de DRM d'aucune sorte. Les termes de la licence standard de l'App Store Mac permettent à tous les utilisateurs d'installer une copie du logiciel "sur tout ordinateur de marque Apple[...] que vous possédez ou dont vous avez le contrôle", y compris deux copies additionnelles sur chaque Mac au sein de machines virtuelles.

Snow Léopard avait abandonné le support des Macs à PowerPC (vous vous rappelez ?) alors que Lion a laissé tomber les Macs Intel avec des processeurs 32 bits (la vente du dernier a été stoppée en 2007). Mountain Lion continue la marche inexorable vers le progrès en délaissant le support des extensions 32 bits du noyau et en exigeant que le Mac tourne avec un noyau de 64 bits. Cela exclut pour le moment beaucoup de Macs qui ont des processeurs 64 bits y compris les iMacs de la fin 2006, et beaucoup d'années de Macs Mini et de Macs Pro. En fait, il est plus facile de donner la liste des modèles qui sont supportés. Mon propre Mac Pro 2008 passe juste à la limite.
• iMac (milieu 2007 ou plus récent)
• MacBook (Fin 2008, aluminium, ou début 2009, ou plus récent)
• MacBookPro (milieu/fin 2007 ou plus récent)
• XServe (début 2009 ou plus récent)
• MacBook Air (fin 2008 ou plus récent)
• Mac mini (début 2009 ou plus récent)
• MacPro (début 2008 ou plus récent).

L'outil d'installation a la même interface ultra simplifiée que celle introduite avec Lion et il crée la même partition de récupération sur le disque cible. Si une partition de récupération existe, résultant d'une précédente installation de Lion, elle va être mise à jour pour pouvoir démarrer Mountain Lion à la place.

figure

Pour avoir vécu avec ce régime d'achat et d'installation des systèmes d'exploitation basé sur le Mac App Store depuis un an maintenant, on en voit très clairement les nombreux avantages. S'accrocher à un outil d'installation d'OS comme pour tout autre type d'application vous confère une incroyable liberté, tout comme la possibilité d'installer le système d'exploitation sur n'importe quel volume, sans devoir re-démarrer à partir d'un autre volume. Ce n'est pas une coïncidence si ces outils d'installation s'adaptent parfaitement à l' abandon croissant des disques optiques par Apple. L'installation à partir d'un disque dur est aussi diablement plus rapide que l'installation à partir d'un disque optique.

Comme pour toute autre application achetée sur le Mac App Store, ces outils d'installation d'OS sont mis à jour dans le cadre du processus normal de mise à jour du Mac App Store quand de nouvelles versions apparaissent. C'est comme si votre disque d'installation de Mac OS X 10.6.0 se changeait progressivement en un disque d'installation 10.6.1, puis 10.6.2, et ainsi de suite. Cela élimine l'ennuyeux processus en deux étapes consistant à installer l'OS à partir de votre média original, puis à télécharger tout de suite après des centaines de Mo de mise à jour.

La combinaison de la partition de récupération, de la possibilité de re-télécharger n'importe quel achat sur le Mac App Store à tout moment (y compris les outils d'installation de l'OS), des nombreuses façons que vous avez de créer votre clé USB de récupération, et de l'ultime possibilité de récupérer le système à partir du réseau, disponible sur la plupart des Macs modernes, fait qu'il est à peu près impossible de se retrouver sans moyen de réparer ou de réinstaller le système d'exploitation de votre Mac.

Pour les convertis de fraîche date au Mac, particulièrement ceux habitués à iOS, rien de tout cela ne peut sembler vraiment spécial. Mais pour les utilisateurs de longue date du Mac, cela semble (encore) du domaine du futur.

Le premier contact avec OS X n'est pas tout à fait aussi fluide que l'outil d'installation. Notons la liste grandissante des agréments légaux qu'il faut accepter avant de continuer : l'agrément de licence de OS X ; les termes d'agrément et les conditions de iCloud ; les termes d'agrément et les conditions du Centre de Jeux (Game Center) ; la ligne de conduite privée. Du moins tout cela est-il présenté dans une interface compacte sur un seul écran.

Si vous répondez affirmativement à toutes les demandes d'Apple, vous aboutissez à un Mac et à un compte utilisateur étroitement intégrés à iCloud, y compris des services de localisation, et la caractéristique rassurante et commode d'Apple "Find My Mac"(Trouver mon Mac). (Où ai-je laissé mon Mac Book, au café, ou sur mon bureau au travail ?)

L'assistant de migration d'Apple pour transférer des comptes utilisateurs et des données depuis un autre Mac reste impressionnant pour sa minutie, mais l'avenir appartient clairement à iCloud. Plutôt que de stocker vos données localement et de les porter d'un Mac à un autre des années durant, Apple préfère que vous stockiez toutes vos données dans iCloud.

Le processus idéal de démarrage d'OS X pour le futur consiste en quelques formalités légales, suivie d'une demande pour créer votre compte iCloud ou vous y joindre. A partir de là, l'OS peut prendre le relai, créer votre compte utilisateur, configurer tous vos réglages, et télécharger toutes vos applications et vos données. Nous n'en somme pas encore là, mais Mountain Lion est un grand pas dans cette direction.