1. John Siracusa
    1. Mountain Lion
      1. Introduction
      2. Achat et installation
      3. Changements d'interface (1)
      4. Changements d'interface (2)
      5. Changements d'interface (3)
      6. Applications (1)
      7. Applications (2)
      8. Applications (3)
      9. Applications (4)
      10. Applications (5)
      11. iCloud(1)
      12. iCloud(2)
      13. iCloud(3)
      14. Gatekeeper(1)
      15. Gatekeeper(2)
      16. Retina et HiDPI
      17. Fourre-tout (1)
      18. Fourre-tout (2)
      19. Fourre-tout (3)
      20. Fourre-tout (4)
      21. Fourre-tout (5)
      22. Fourre-tout (6)
      23. Recommandations
      24. Deux pères, un fils
    2. Lion
      1. Introduction
      2. Installation
      3. Revoir les fondamentaux
      4. Redimensionnement des fenêtres
      5. Et voici pour les cinglés
      6. La gestion des fenêtres
      7. Le modèle de document
      8. le modèle des processus
      9. Les éléments internes (1)
      10. Les éléments internes (2)
      11. ARC
      12. Le système de fichiers
      13. Ses modifications dans Lion
      14. Documents, résolution
      15. Le Finder
      16. Mail, Safari
      17. Fourre tout (1)
      18. Fourre tout (2)
      19. Recommendations
    3. Snow Leopard
      1. Introduction
      2. Le ticket d'entrée
      3. L'installation
      4. Nouvel aspect
      5. Détails internes
      6. Quick Time X
      7. Système de fichiers
      8. Faire plus avec plus
      9. LLVM et Clang
      10. Les blocs
      11. Concurrence
      12. Grand Central Dispatch
      13. Asynchronicité
      14. Open CL
      15. La différence...
      16. Quick Time Player
      17. Le Dock
      18. Le Finder
      19. Exchange
      20. Performances
      21. Fourre tout (1)
      22. Fourre tout (2)
      23. Le futur
    4. Leopard
      1. Introduction
      2. L'héritage
      3. Nouvel aspect 1
      4. Nouvel aspect 2
      5. Le noyau
      6. 64 bits
      7. FS Events
      8. Core animation
      9. Quartz GL
      10. Core UI
      11. Détails internes
      12. Le Finder
      13. Le Dock
      14. Time Machine
      15. Performances
      16. Pot pourri
      17. Demain
    5. Tiger
      1. Introduction
      2. Retour sur le passé
      3. Nouvel aspect de Tiger
      4. Mises à jour du noyau
      5. Le lancement
      6. Les méta-données
      7. Attributs étendus
      8. Listes de contrôle d'accès
      9. Spotlight 1
      10. Spotlight 2 : analyse et potentiel
      11. Types de fichiers
      12. Méta-données : la fin
      13. Quartz
      14. Quartz 2D Extreme
      15. Core Image
      16. La vidéo sous Tiger
      17. Dashboard
      18. Le Finder
      19. Les performances
      20. Pot pourri
      21. Conclusion
    6. Panther
      1. Introduction
      2. Les précédents
      3. L'installation
      4. Nouvel aspect
      5. Performances
      6. Changement rapide d'utilisateur
      7. Gestion des fenêtres
      8. Exposé
      9. Le Finder
      10. Performance du Finder
      11. Toujours le même
      12. Safari
      13. XCode
      14. Conclusion
    7. Jaguar
      1. Introduction
      2. Le nom
      3. L'installation
      4. Modifications d'Unix
      5. Dévelopeurs...
      6. Quoi de neuf
      7. Rendezvous
      8. Quartz Extrême
      9. Performance
      10. Compositions
      11. Le Finder
      12. Applications
      13. Sherlock
      14. Le portrait
    8. Puma
      1. Prelude
      2. Introduction
      3. Installation
      4. Réglages système
      5. Performance
      6. Redimensionnement des fenêtres
      7. Utilisation de la mémoire
      8. Diagnostics de mémoire
      9. L'environnement Classique
      10. L'interface Utilisateur
      11. Le Finder
      12. Extensions de fichiers
      13. Divers, conclusion
    9. Cheeta (Mac OS X 10.0)
      1. Qu'est ce que Mac OS X
      2. Installation
      3. Le démarrage
      4. Utilisation de la RAM
      5. Performance
      6. Performance des applications
      7. Stabilité
      8. L'interface utilisateur
      9. Le Finder
      10. Le navigateur du Finder
      11. Le Finder (divers)
      12. L'interface utilisateur
      13. Os X Classique
      14. Système de fichiers
      15. Unix
      16. Applications
      17. Conclusion
    10. Les débuts de MacOsX
      1. 1999 : OSX DP2
      2. 2000 : Quartz et Aqua/a>
      3. Fin de la lune de miel
      4. la première bêta publique
      5. 2001 : Mac OS X 10.0
      6. Un investissement
    11. Finder Spatial
      1. Introduction
      2. Interfaces spatiales
      3. Le Finder spatial
      4. Le concierge
      5. Un nouveau Finder
      6. Le browser
      7. Le browser spatial
      8. Finder et méta-données
      9. Les modèles
      10. Pensées finales

Mountain Lion : la revue de Ars technica (3)

Là où Lion a trébuché, Mountain Lion regroupe et va de l'avant.

Par John Siracusa, 25 Juillet 2012


Les changements de l'interface

Conformément à son nom de félin modifié, Mountain Lion comprend plusieurs raffinements visuels et fonctionnels à la révision généralisée de l'interface introduite dans Lion.

Le Dock

L'aspect brillant du Dock introduit il y a cinq ans dans Léopard a finalement été retiré. A sa place, il y a un aspect de métal poli lustré très attrayant.

Bien que les points de convergence et le traitement des bordures du Dock et des icônes qui reposent dessus participent d'une conception visuelle incongrue, c'est encore le meilleur Dock 3D que j'aie jamais vu. L'aspect du Dock, quand il est sur la bordure droite ou gauche de l'écran n'a pas été modifié, autant que je sache).

figure

Le nouvel aspect du Dock sous Mountain Lion.

Sous Lion, Apple a eu la tentation d'éliminer la distinction visuelle entre les applications en fonctionnement, et celles qui ne le sont pas. Finalement, la sagesse a prévalu, et les indicateurs lumineux traditionnels sous les applications en cours sont restées dans le dock par défaut.

Mountain Lion conserve les mêmes choix par défaut, mais, pour parler clair, il fait un grand pas dans la direction opposée en rendant extrêmement subtiles les indicateurs lumineux en dessous des applications en cours. Ces indicateurs apparaissent maintenant comme de fines lumières rectangulaires comme si la bordure frontale du dock incorporait des LEDs.

figure

Les nouvelles indications lumineuses du Dock pour les applications en cours. Regardez bien, elles sont là ; je le jure.

Au premier coup d'œil, ou à distance, il est maintenant beaucoup plus difficile de dire quelles applications sont en cours. Peut-être qu'Apple essaie seulement de nous habituer tous à ce meilleur des mondes.

Quand des items sont copiés (ou téléchargés par Safari) dans un dossier du Dock, une petite barre de progression est affichée sur le Dock en dessous du dossier. Comme nous le verrons plus tard, la même sorte de rétroaction est aussi affichée lors des opérations de copie entre items dans le Finder.

figure

barre de progression pour les téléchargements et les opérations de copie de fichiers.

Apple continue à guider le Dock carrément en faveur des besoins des utilisateurs débutants en rendant beaucoup plus difficile l'élimination accidentelle d'un item dans Mountain Lion. Une icône doit être déplacée d'environ un pouce (60 points) au delà des limites du Dock, et maintenue là pendant un temps minimum avant que le curseur ne se transforme en nuage de fumée. Terminez la course plus près du dock, et l'icône va revenir, inchangée, à sa position originale.

Les barres de défilement

Après plus d'une décennie de barres de défilement en couleurs vives, Lion a introduit des changements radicaux au défilement dans OS X. Deux modifications ont été particulièrement critiquées : l'inversion de correspondance entre une entrée au toucher et la direction de défilement, et la soustraction complète à la vue par défaut des barres de défilement, seulement quand on utilise un périphérique sensible au toucher, et autrement, l'affichage de "barres de défilement surimposées". Ces deux changements sont facilement modifiables à l'aide des préférences, mais les choix par défaut expriment clairement les souhaits d'Apple.

Après un an d'utilisation, il est clair pour moi que l'inversion de la direction de défilement est le genre de modification auquel les utilisateurs deviennent habitués très vite. Après une semaine ou deux d'utilisation, revenir aux préférences de comportement antérieures à Lion peut entraîner plus de confusion que l'inversion originale de Lion.

Cela dit, j'ai toujours ma direction de défilement pré-Lion, principalement parce que mon outil de pointage principal est une souris avec une roulette de défilement. Le défilement pour voir plus bas dans un document (vous voyez, je ne peux même plus dire défilement vers le haut ou vers le bas) est de loin la direction la plus courante, et glisser le doigt sur ma roulette vers moi semble beaucoup plus efficace mécaniquement que l'action opposée.

Les barres de défilement cachées de Lion, d'autre part, tendent à poser plus de problème avec le temps, et pas moins, en tout cas, pour une certaine classe d'utilisateurs. Si vous êtes le genre de personne qui se découvre, consciemment ou non, en train de regarder la barre de défilement pour avoir une idée de sa taille et de sa position, les petites piques de contrariété associées à l'absence d'une rétroaction visuelle tendent à s'accumuler avec le temps. Le résultat final est souvent une excursion vers les Préférences et une soumission exaspérée à la confusion visuelle accrue des barres de défilement toujours visibles.

Dans Mountain Lion, Apple a astucieusement différencié la situation de défilement. La direction de défilement par défaut est la même que sous Lion, bien que le réglage inverse subsiste. (Dans quelque années proches, cher lecteur, vous pourrez régaler des jeunes incrédules d'histoires sur la manière dont le défilement sur le Mac fonctionnait). Pour aider à rendre le monde des barres de défilement surimposées plus habitable à ceux qui s'imposent l'exil, Apple a rajouté la possibilité de demander explicitement la taille d'un document et une information de positionnement. Posez simplement deux doigts sur le trackpad du Mac, sans les déplacer, et les barres de défilement en surimposition de la fenêtre active vont disparaître. (Cela ne fonctionne que sur le trackpad ; la Magic Mouse d'Apple en est exclue, parce que les utilisateurs sont plus susceptibles de laisser leurs doigts reposer à la surface de la souris.)

Est-ce que cela sera suffisant pour ramener les exilés ? Peut-être que non, mais c'est une facilité pour une vaste majorité d'utilisateurs de Mac qui n'ont jamais abordé les préférences de défilement. Sous Lion, j'ai vu des utilisateurs mettre deux doigts sur le trackpad, et donner un petit coup simplement pour faire apparaître les barres de défilement surimposées. Mountain Lion a rendu le mouvement inutile, ce qui rend d'autant plus probable l'adoption du double toucher comme élément inconscient du vocabulaire d'un utilisateur d'ordinateur.

Mountain Lion propose d'autres petits changements au défilement. Les curseurs de défilement surimposés peuvent à présent se superposer dans les coins. Cela supprime la zone disgracieuse non utilisée au coin de la fenêtre, et entraîne à la place une collision disgracieuse de deux éléments transparents de l'interface.

figure

Les curseurs de défilement non superposables de Lion à gauche, et ceux de Mountain Lion qui se superposent à droite.

Le passage du curseur sur l'une des pistes de défilement la fait maintenant apparaître fortement agrandie. La tentative de saisir et de manipuler les curseurs de défilement très fins des barres de défilement surimposées dans Lion était toujours frustrante, si bien que les nouveaux curseurs de défilement, plus larges, de Mountain Lion représentent une modification bienvenue.

Mais ils introduisent une certaine maladresse visuelle. Une fenêtre isolée peut avoir simultanément un curseur de défilement épais sur un axe, et un curseur fin sur l'autre. Mais au moins, la piste de défilement ne rend pas flou ce qui est derrière elle, un effet qui ressemblait souvent sous Lion à une tache. La piste apparaît maintenant comme semi-transparente, pas comme une superposition floue. C'est un aspect beaucoup plus propre.

figure

Les curseurs surimposés de la souris sous Lion à gauche, et sous Mountain Lion à droite.

Pour finir, Apple a rajouté dans Mountain Lion le défilement accéléré de style iOS. Les trois premiers balayages sur le trackpad défilent comme ils le faisaient sous Lion, mais au quatrième balayage, la distance parcourue dans le document augmente considérablement. Ce rapport agrandi des mouvements de doigt se poursuit tant que l'utilisateur continue le balayage.

Toutes ces modifications sont tout à fait subtiles. Quand l'OS est sorti depuis un moment, essayez de demander à un ami utilisateur de Mac qui ne lit pas avec obsession des comptes rendus de système d'exploitation de plusieurs milliers de mots sur Internet, s'il a remarqué une différence dans le défilement de Mountain Lion. Je confesse que je n'avais moi-même pas vu la superposition des curseurs de défilement dans le coin avant qu'on ne me l'ait dit à la WWDC.

Mais, aussi subtile que cela paraisse, l'effet net des modifications de défilement de Mountain Lion est tout a fait positif. Les pistes de défilement plus larges, et le défilement accéléré rendent le parcours de longs documents moins difficile. Le toucher à deux doigts pour afficher des barres de défilement surimposées est un acquiescement limité, mais satisfaisant à ceux d'entre nous qui ne pouvaient pas supporter de rester collés aux défauts de Lion. Et l'adoption du passage de Lion à une direction de défilement "naturel" montre qu'Apple n'a pas perdu sa ténacité.